Chinese Man, 15 années d'histoire collective

Chinese Man. © Damien Chamcirkan

Le trio marseillais Chinese Man, dont les aventures débutent au milieu des années 2000, sort le volume 5 de ses Groove Sessions. Et pour fêter leur anniversaire en beauté, ils y invitent Scratch Bandit Crew et Baja Frequencia de la famille Chinese Man Records.

La création de cette nouvelle Groove Sessions commence il y a maintenant plus d’un an dans les montagnes françaises. Pendant une dizaine de jours, sept producteurs s’enferment pour confectionner un disque. Les deux producteurs de Baja Frequencia, derniers arrivés de la maison Chinese Man Records, et le groupe Scratch Bandit Crew, se joignent au trio phare du label pour s’amuser à produire de la musique différemment.

Sur cet album, il n'est pas question de faire simplement un collage de plusieurs titres de chaque artiste, les groupes sont explosés pour former des binômes. Ils préparent chacun des bribes de morceaux que tous modifient petit à petit : un véritable cadavre exquis.

C’est l’occasion pour les uns et les autres de casser une routine de travail et de participer à cette grande fête d’anniversaire explique Goodjiu de Baja Frequencia : "C’était un peu comme un défi. On se côtoie tout le temps, mais est-ce qu’on arrivera à être productif et créer des titres avec eux ? Finalement, ça a été très naturel et l'on ne s’attendait pas à ce que ça soit aussi facile !" et Sly de Chinese Man continue : "On est vieux, Chinese Man ! On avait besoin de sang neuf avec Baja [Frequencia ndlr] (rires). Plus sérieusement, c’était pour marquer les 15 ans du label et pour aller plus loin dans le côté travail collectif".

Fondée en 2004, le label sert alors simplement à presser les disques créés par Chinese Man pour qu’ils puissent les jouer durant leur mixes. Mais en une quinzaine d’années, il s’est mû en une petite maison prenant le temps d’accompagner les artistes qui ont conquis le cœur du groupe.

Evolution du label

Toujours nichés à Marseille, ils se sont progressivement entourés de toute une équipe qui s’occupe maintenant de chapeauter toute la partie label et tournée. Fred Maigne, directeur de Chinese Man Records, raconte la façon dont le label a évolué avec le groupe : "Avant le succès du titre I’ve Got That Tune en 2007, les débuts sont assez nébuleux parce que le label est à la base plus un collectif pour faire de l’art au sens large (vidéo, graphisme, musique…). Le groupe est une extension de ce collectif. Et après, c’est finalement le groupe qui a pris le pas sur le label et le collectif. Mais à la base, ça vient de là. Maintenant, on est cinq personnes à bosser à temps plein pour le label avec en plus, des chargés de production qui travaillent avec nous."

Au sein du label, tout se fait "avec beaucoup d’humains", ils travaillent d’ailleurs tous dans un local un peu étroit près du quartier de La Plaine. Certains artistes du label viennent donner un coup de main sur la communication ou sur des visuels quand d’autres peaufinent juste un titre. C’est finalement ce fonctionnement collectif au quotidien qui a rendu évident l’idée d’un projet à plusieurs pour la cinquième Groove Sessions : "Les Groove Sessions, c’est chaque fois comme un état des lieux du label à un moment donné, insiste Fred Maigne. Et donc quand ils l’ont enregistré, on voulait tous faire des projets collectifs dans le label."

Une histoire collective

Cette construction progressive tous ensemble paraît finalement presque en décalage avec un monde musical qui a radicalement changé durant la dernière décennie. À l’heure où certains micro-labels sont capables de signer des musiciens de la Terre entière grâce à Internet, eux décident de fonctionner collectivement et en travaillant seulement avec des artistes qu’ils fréquentent et apprécient.

Les Toulousains de Scratch Bandit Crew arrivent sur Chinese Man Records en 2017 pour leur troisième album alors que les membres se connaissent déjà depuis des années et se sont croisés de nombreuses fois. "Ils étaient venus nous demander notre avis et des conseils sur leur nouveau disque. Et l'on a fini par leur proposer de le sortir chez nous", explique Benjamin Befort qui gère la promotion de Chinese Man Records.

Les petits jeunes de la bande, Baja Frequencia, étaient dans l’univers musical marseillais depuis un moment quand Chinese Man Records leur a proposé de sortir leur premier disque en 45 tours. Un des deux membres du groupe, Azuleski, faisait déjà du graphisme pour le label : "On croisait les membres sans savoir qui c’était à Marseille. On a fini par travailler sur des projets ensemble et au bout du compte, quand il a fallu sortir un disque, c’était chez eux. Mais tout ça s’est fait sur plusieurs années."

Et pour continuer l’histoire collective, ils travaillent tous ensemble sur une tournée qui est compliquée à préparer pour eux puisqu’ils sont tous producteurs de ce disque : "On ne peut pas tous être en même temps sur scène pour chaque morceau." Alors ils se sont partagé les titres et ont tous appris leurs rôles, pour être prêts pour une tournée qui affiche d’ores et déjà complet dans de nombreuses villes.

Cet anniversaire est pour l’instant une réussite à leurs yeux, mais ils gardent encore la tête sur les épaules concernant leur avenir : "on va continuer notre petit bonhomme de chemin sans avoir des prétentions énormes. Si ça dure comme ça pendant encore quinze ans, on signe !", conclut tout sourire Sly.

Chinese Man + Scratch Bandits Crew + Baja Frequencia The Groove Sessions 5 (Chinese Man Records) 2020

Facebook / Instagram / Twitter