Blues, Gospel, Negro Spirituals, Jazz, Rhythm & Blues, Soul, Funk, Rap, Reggae, Rock’n’Roll… l’actualité de la musique fait rejaillir des instants d’histoire vécus par la communauté noire au fil des siècles. Des moments cruciaux qui ont déterminé la place du peuple noir dans notre inconscient collectif, une place prépondérante, essentielle, universelle ! Chaque semaine, l’Épopée des musiques noires réhabilite l’une des formes d’expression les plus vibrantes et sincères du XXème siècle : La Black Music ! À partir d’archives sonores, d’interviews d’artistes, de producteurs, de musicologues, Joe Farmer donne des couleurs aux musiques d’hier et d’aujourd’hui.

Réalisation : Nathalie Laporte
Retrouvez la playlist de l'Épopée des musiques noires sur Deezer

 

En savoir plus sur l'émission, les horaires, le calendrier ... En savoir plus sur l'émission

Al Jarreau

Lorsqu’il sort son premier album, « We Got By », en 1975, Al Jarreau a déjà 35 ans. Il est alors un artiste aguerri qui, de longue date, écume les clubs californiens. Ce n’est donc pas un petit ingénu qui signe, cette année là, un contrat d’exclusivité avec le label Warner. Il sait que cette offre discographique va bouleverser sa destinée. Il n’imagine cependant pas que ce premier enregistrement sera son sésame vers une notoriété internationale.

Profondément attaché à la valeur patrimoniale de la culture noire, il veillera à ne pas s’enfermer dans un seul genre musical. Ses prouesses vocales lui permettront de jouer avec les contours du jazz, et de s’illustrer dans l’univers de la Soul, du Funk, et… de la Pop, au grand regret de ses plus fervents admirateurs, quelque peu irrités par cette volte face stylistique, qu’ils jugent davantage dictée par des choix commerciaux que par des considérations artistiques.

Qu’à cela ne tienne, au cœur des années 80, Al Jarreau devient une icône planétaire, et impose une vision toute personnelle de la musique populaire noire américaine. « Boogie Down », « Roof Garden », « Breakin Away », « Mornin’ » deviennent des classiques, et le hissent au rang de superstar.

Pour autant, Al Jarreau conserve une réelle passion pour les étoiles du jazz, et reviendra progressivement à ses racines ancestrales.

Aujourd’hui, à 70 ans, il s’autorise des escapades vers la tradition léguée par ses aînés. La frénésie d’une époque glorieuse est retombée, et notre septuagénaire s’amuse désormais avec le répertoire de sa jeunesse. Place à l’improvisation, à l’inattendue, à l’expérimentation, Al Jarreau vit l’instant présent avec une certaine jubilation !

→ Le site d'Al Jarreau

Facebook/Twitter édition