Blues, Gospel, Negro Spirituals, Jazz, Rhythm & Blues, Soul, Funk, Rap, Reggae, Rock’n’Roll… l’actualité de la musique fait rejaillir des instants d’histoire vécus par la communauté noire au fil des siècles. Des moments cruciaux qui ont déterminé la place du peuple noir dans notre inconscient collectif, une place prépondérante, essentielle, universelle ! Chaque semaine, l’Épopée des musiques noires réhabilite l’une des formes d’expression les plus vibrantes et sincères du XXème siècle : La Black Music ! À partir d’archives sonores, d’interviews d’artistes, de producteurs, de musicologues, Joe Farmer donne des couleurs aux musiques d’hier et d’aujourd’hui.

Réalisation : Nathalie Laporte
Retrouvez la playlist de l'Épopée des musiques noires sur Deezer

 

En savoir plus sur l'émission, les horaires, le calendrier ... En savoir plus sur l'émission

Hommage à Solomon Burke

Dans son dernier ouvrage, « L’odyssée de la Soul et du R&B » (Editions Hors Collection), Florent Mazzoleni, notre invité du jour, écrit : « En 1960, Solomon Burke signe chez Atlantic. Le producteur Jerry Wexler a déjà repéré ses enregistrements Gospel sous la marque Apollo. Lorsque celui-ci demande à Burke ce qu’il compte chanter et enregistrer pour la compagnie de disques Atlantic, Burke répond qu’il veut chanter avec son âme ». Le 10 octobre 2010, le premier roi de la Soul disparaissait à l’âge de 70 ans, et entrait à tout jamais dans « L’épopée des Musiques Noires ».

Né le 21 mars 1940, Solomon Burke fut un personnage fantasque dont on a longtemps mésestimé le rôle déterminant dans l’histoire de la Soul-Music. Comme Ray Charles ou Sam Cooke, il fut un pionnier, un esprit frondeur qui avait osé marier les répertoires sacrés et profanes, le Gospel et le Rythm & Blues. 

Cette affirmation de l’identité noire américaine fut le combat de sa vie. Il voulait ouvrir le cœur de ses fidèles à d’autres sonorités, d’autres tonalités, d’autres couleurs de l’âme. Il voulait faire disparaître les réflexes sociaux et raciaux des Afro-Américains, en prêchant à l’église, et en chantant sur les scènes internationales.

 
 

 

Son plus grand succès, « Everybody needs somebody to love », fut maintes fois adapté, sans que les interprètes ne prennent le temps d’honorer l’auteur. Les Rolling Stones, les Blues Brothers, ou Wilson Pickett avaient connu la gloire en s’appropriant cette chanson, mais le nom de Solomon Burke restait toujours obscur pour le grand public. 

Le 2 novembre 2010, sortira en France son ultime album, « Nothing’s Impossible ».

Gageons qu’au-delà de la mort, Solomon Burke recevra les lauriers unanimes des amateurs de Soul-Music ! « Rien n’est impossible », disait-il… 

http://www.thekingsolomonburke.com/

Facebook/Twitter édition