Blues, Gospel, Negro Spirituals, Jazz, Rhythm & Blues, Soul, Funk, Rap, Reggae, Rock’n’Roll… l’actualité de la musique fait rejaillir des instants d’histoire vécus par la communauté noire au fil des siècles. Des moments cruciaux qui ont déterminé la place du peuple noir dans notre inconscient collectif, une place prépondérante, essentielle, universelle ! Chaque semaine, l’Épopée des musiques noires réhabilite l’une des formes d’expression les plus vibrantes et sincères du XXème siècle : La Black Music ! À partir d’archives sonores, d’interviews d’artistes, de producteurs, de musicologues, Joe Farmer donne des couleurs aux musiques d’hier et d’aujourd’hui.

Réalisation : Nathalie Laporte
Retrouvez la playlist de l'Épopée des musiques noires sur Deezer

 

En savoir plus sur l'émission, les horaires, le calendrier ... En savoir plus sur l'émission

Les concerts de légende

Dans « L'épopée des musiques noires », il y a des dates et des événements qui nourrissent la bravoure, l'engagement et l'unité du peuple noir. Souvent, ces sursauts citoyens s'accompagnent de célébrations musicales gigantesques censées galvaniser les foules et les conduire vers un avenir meilleur.
Alors que l'année 2011 vient de commencer, nous vous proposons de remonter le cours de l'histoire lorsque les artistes épousaient le combat social et racial de leurs contemporains.
 

Le 30 octobre 1974 à Kinshasa au Zaïre, un fameux combat de boxe opposant Mohamed Ali et George Foreman, fait la Une des journaux, mais au-delà de l'enjeu sportif, c'est la dimension universelle de cette confrontation qui suscitera l'engouement du public. Il fallait que ce duel au sommet se tienne sur la terre africaine, et les organisateurs n'hésiteront pas une seconde à mettre des moyens énormes pour que cet affrontement devienne un symbole. Un festival réunissant les grandes figures de la culture noire est échafaudé, à la hâte, et permettra aux spectateurs zaïrois de patienter en musique avant le choc des titans. Ce 30 octobre 1974, verra le sacre de Mohamed Ali, et plus généralement, de la force expressive de la communauté noire à l'échelle planétaire, mis en lumière par le « Godfather of Soul », James Brown, mais aussi Myriam Makeba, B.B King, Ray Barretto, et quelques dizaines d'autres…

Affiche du film "When we were kings" de Leon Gast

Parmi les grands rassemblements de l'histoire politico-musicale d'hier, il y eut aussi Wattstax ! Le 20 août 1972, au Memorial Coliseum de Los Angeles, le label Stax Records parvient à mobiliser la quasi-totalité des stars qui font sa gloire. Isaac Hayes, le bluesman Albert King, les Staples Singers, Kim Weston, Rufus et Carla Thomas, Little Milton, les Barkays, et le célèbre soulman Eddie Floyd. Pendant près de 7 heures, 112 000 personnes vibreront aux notes et aux prêches incantatoires de chanteurs en vogue et d'orateurs célèbres comme le révérend Jesse Jackson, compagnon de route de Martin Luther King, et défenseur infatigable de la cause noire. Ce jour-là, son discours entre dans la légende.

Affiche du film Wallstax de Mel Stuart

L'élan de générosité des artistes à travers leurs plus illustres prestations fut aussi le leitmotiv du festival de Woodstock. Jimi Hendrix fut sans nul doute l'étoile noire lumineuse de ces trois jours d'août 69 qui allaient à tout jamais bousculer la société américaine embourbée au Vietnam, et figée dans ses contradictions. Woodstock fut l'un des festivals majeurs de la pop mondiale. 500 000 jeunes assistèrent aux concerts de Carlos Santana, Joe Cocker, Joan Baez, les Who, Ten Years After, ou Crosby Stills Nash & Young. Imaginez le défi de monter sur scène face à une telle marée humaine. Ce fut pourtant cette frayeur légitime qui poussa le chanteur et guitariste Richie Havens à inaugurer, seul, cette grand-messe « Peace & Love ». Voilà quelques exemples de grands moments vécus sur scène par quelques-uns des plus grands artistes de notre temps.

Mais cette première émission de l'année 2011 ne serait pas complète sans une surprise concoctée par notre réalisatrice, Nathalie Laporte. Depuis des mois, elle compile secrètement les approximations, cafouillages, et autres déclarations imprévues, dans le but de vous proposer le tout premier bêtisier de « l'épopée ». Un rendez-vous cocasse à ne pas manquer pour démarrer l'année avec le sourire…

 

 

Facebook/Twitter édition