Blues, Gospel, Negro Spirituals, Jazz, Rhythm & Blues, Soul, Funk, Rap, Reggae, Rock’n’Roll… l’actualité de la musique fait rejaillir des instants d’histoire vécus par la communauté noire au fil des siècles. Des moments cruciaux qui ont déterminé la place du peuple noir dans notre inconscient collectif, une place prépondérante, essentielle, universelle ! Chaque semaine, l’Épopée des musiques noires réhabilite l’une des formes d’expression les plus vibrantes et sincères du XXème siècle : La Black Music ! À partir d’archives sonores, d’interviews d’artistes, de producteurs, de musicologues, Joe Farmer donne des couleurs aux musiques d’hier et d’aujourd’hui.

Réalisation : Nathalie Laporte

Retrouvez la playlist de l'Épopée des musiques noires sur Deezer

En savoir plus sur l'émission, les horaires, le calendrier ... En savoir plus sur l'émission

Alligator Records - 40 ans de Blues !

Il y a 40 ans, un jeune amateur de blues, originaire de Cincinnati, aux États-Unis, découvre, presque par hasard, le talent d'un guitariste noir dont la fougue et l'authenticité le fascinent véritablement. Ce spectateur enthousiaste s'appelle Bruce Iglauer, et son idole, Hound Dog Taylor. Leur rencontre fortuite va donner naissance à l'un des plus importants labels du blues indépendant au monde, Alligator Records.

Bruce Iglauer a 23 ans lorsqu'il entend, pour la première fois, le blues sauvage d’Hound Dog Taylor. Il prend soudainement conscience de la valeur patrimoniale de cette musique, et entend bien la faire connaître à l'échelle planétaire. Pour cela, il lui faut convaincre son ami et employeur, Bob Koester, patron de Delmark Records. Mais ce dernier n'accorde que peu d'intérêt aux propos enflammés de Bruce Iglauer, et l'idée de signer un vieux bluesman inconnu du grand public ne l'enchante guère.

Qu'à cela ne tienne, convaincu d'avoir déniché la perle rare, Bruce Iglauer décide de s'endetter en créant sa propre maison de disques. Nous sommes au printemps 1971, Alligator Records voit le jour, et offre un contrat à un vétéran de 63 ans, Hound Dog Taylor ! 

Ce premier enregistrement, réalisé il y a 40 ans, sera le point de départ d'une aventure humaine et musicale remarquable. À cette époque, la majorité des artistes blues cherche un second souffle. La Soul Music de Motown fait danser la jeunesse afro-américaine, et les pionniers de la culture noire n'intéressent plus grand monde. Bruce Iglauer a donc l'idée saugrenue de réhabiliter ces artistes que l'industrie du disque a laissés sur le bord de la route. C'est ainsi que Junior Wells, Albert Collins, James Cotton, ou Koko Taylor retrouveront les faveurs du public, et l'énergie de leurs 20 ans. 

Au fil des années, Alligator Records devient un refuge pour la famille Blues de Chicago. Bruce Iglauer devient une personnalité et ses choix artistiques imposent le respect. Non content de redonner de l'éclat à des musiciens en péril, il parie également sur la jeune génération. Lucky Peterson ou Shemekia Copeland seront les symboles lumineux de cet attachement à toute l'histoire du blues, de ses origines à l'actualité la plus brûlante.   

 

 

Depuis 1971, Bruce Iglauer a reçu de nombreuses récompenses honorifiques pour son travail d'historien. En accueillant la crème des musiciens blues du XXème siècle dans ses studios, il a constitué une somme d'archives inestimables que les musicologues, chercheurs, ou simples auditeurs peuvent aujourd'hui savourer à leur juste valeur.

http://www.alligator.com/
   

Facebook/Twitter édition