Blues, Gospel, Negro Spirituals, Jazz, Rhythm & Blues, Soul, Funk, Rap, Reggae, Rock’n’Roll… l’actualité de la musique fait rejaillir des instants d’histoire vécus par la communauté noire au fil des siècles. Des moments cruciaux qui ont déterminé la place du peuple noir dans notre inconscient collectif, une place prépondérante, essentielle, universelle ! Chaque semaine, l’Épopée des musiques noires réhabilite l’une des formes d’expression les plus vibrantes et sincères du XXème siècle : La Black Music ! À partir d’archives sonores, d’interviews d’artistes, de producteurs, de musicologues, Joe Farmer donne des couleurs aux musiques d’hier et d’aujourd’hui.

Réalisation : Nathalie Laporte

Retrouvez la playlist de l'Épopée des musiques noires sur Deezer

En savoir plus sur l'émission, les horaires, le calendrier ... En savoir plus sur l'émission

Olu Dara

Olu Dara est un personnage discret qui, depuis 40 ans, évolue dans un univers artistique très vaste où la danse, le théâtre, le blues et le rap se côtoient avec la même force expressive, celle du peuple noir. Bien qu'il n'ait sorti que deux albums durant sa carrière, son épopée est le fruit d'une curiosité culturelle unique qui remonte aux années 60.

À cette époque, Olu Dara est un jeune homme de 25 ans qui observe avec intérêt l'agitation musicale de la communauté afro-américaine de New York où il réside depuis peu. Originaire de Natchez dans le Mississippi, cette effervescence le dépasse quelque peu, mais lui fait prendre conscience des différences sociales entre le Nord et le Sud. Le free jazz du Nord ne reflète absolument pas ses préoccupations de bluesman du sud. 

Face aux revendications raciales bruyantes des jazzmen de New York, Olu Dara réalise que son paysage musical n'est pas le même. Son discours, sa réflexion, ses aspirations produisent un autre son, moins caricatural et exacerbé que le free jazz de ses homologues du Nord. Pour autant, son blues lui ouvre l'esprit, lui donne les clés d'une histoire ancestrale qu'il partage avec tous les Noirs d'Amérique, c'est le combat d'une population dont on a minimisé l'apport culturel depuis des siècles. 

Olu Dara a pris tout son temps pour asseoir sa réputation et enregistrer un premier album. Ce n'est qu'en 1998, à 57 ans, qu'il se décide enfin à entrer en studio pour exprimer sa véritable identité culturelle, mais la musique n’est à ses yeux qu'une parcelle de sa réalité artistique. Ce premier disque, « In the World from Natchez to New York » nous permettra de découvrir la singularité de ce musicien multidisciplinaire profondément attaché à la valeur historique du blues, quitte à remettre en question la place de l'Afrique dans la genèse de cette musique, pourtant bien enracinée dans l’âme noire. 

Par définition, le blues est le résultat d'un choc culturel survenu, il y a quatre siècles, sur le continent américain. S'il est sûrement le fruit d'un métissage entre la musicalité des Indiens d'Amérique et des Noirs d'Afrique, on ne peut ignorer l'influence des colons européens. Ce sont toutes ces composantes qui ont façonné, au fil des décennies, le patrimoine musical américain. Le blues est donc une forme d'expression beaucoup plus riche qu'on ne le pense, et cette vérité absolue est devenue l'une des obsessions d'Olu Dara : Réhabiliter le blues, et lui donner le statut de « musique classique américaine ».

http://www.oludara.info/