Blues, Gospel, Negro Spirituals, Jazz, Rhythm & Blues, Soul, Funk, Rap, Reggae, Rock’n’Roll… l’actualité de la musique fait rejaillir des instants d’histoire vécus par la communauté noire au fil des siècles. Des moments cruciaux qui ont déterminé la place du peuple noir dans notre inconscient collectif, une place prépondérante, essentielle, universelle ! Chaque semaine, l’Épopée des musiques noires réhabilite l’une des formes d’expression les plus vibrantes et sincères du XXème siècle : La Black Music ! À partir d’archives sonores, d’interviews d’artistes, de producteurs, de musicologues, Joe Farmer donne des couleurs aux musiques d’hier et d’aujourd’hui.

Réalisation : Nathalie Laporte
Retrouvez la playlist de l'Épopée des musiques noires sur Deezer

 

En savoir plus sur l'émission, les horaires, le calendrier ... En savoir plus sur l'émission

Tommy Castro

Tommy Castro n’est pas une figure majeure dans « L’épopée des Musiques Noires ». Né à San José en Californie, le 15 avril 1955, il fait partie d’une génération qui a accompagné l’évolution du Blues et de la Soul-Music jusqu’à en devenir l’un des fervents partisans au XXIème siècle. Sa mission épouse aujourd’hui celle de ses illustres prédécesseurs.

Décider d’adapter le fameux « Sex Machine » de James Brown est un pari audacieux, c’est pourtant le risque que prend Tommy Castro à chacun de ses concerts. C’est aussi, pour lui, l’occasion d’honorer un genre musical qui a façonné son identité sonore. Au fil des décennies, il a su développer une musicalité profondément sincère et authentique, à tel point que les meilleurs instrumentistes de la planète ont reconnu en lui l’héritier d’une tradition. B.B King, Dr John, ou Carlos Santana, n’hésitent pas à encenser ce brillant artiste qui cite volontiers Wilson Pickett, Ray Charles ou Otis Redding comme ses principales influences. 

Outre la Soul-Music de ses aînés, Tommy Castro est un grand amateur de Blues, et un guitariste accompli. Il a d’ailleurs pu côtoyer sur scène ou en studio quelques unes de ses idoles, dont le regretté John Lee Hooker. 

Toujours enthousiaste, Tommy Castro est d’abord un spectateur de sa propre destinée. Il sait quelle est sa place dans le grand livre de l’histoire, et préfère parler des autres que de lui-même. Son humilité est une force, et son talent de conteur, un gage d’honnêteté. A 56 ans, il continue de regarder ses héros avec l’œil du fan. Cette fraîcheur et cette passion réelle pour le patrimoine suscitent l’admiration de ses contemporains. 

Le 13 avril 2011, Tommy Castro vous donne rendez-vous au New Morning à Paris. Vous découvrirez un homme simple et un musicien virtuose.

« Je ne suis qu’un artisan qui essaye de porter la flamme du blues au XXIème siècle, et avec un peu chance, qui parviendra à imposer son empreinte ! » - Tommy Castro. 

 

 

 

http://www.tommycastro.com/