Blues, Gospel, Negro Spirituals, Jazz, Rhythm & Blues, Soul, Funk, Rap, Reggae, Rock’n’Roll… l’actualité de la musique fait rejaillir des instants d’histoire vécus par la communauté noire au fil des siècles. Des moments cruciaux qui ont déterminé la place du peuple noir dans notre inconscient collectif, une place prépondérante, essentielle, universelle ! Chaque semaine, l’Épopée des musiques noires réhabilite l’une des formes d’expression les plus vibrantes et sincères du XXème siècle : La Black Music ! À partir d’archives sonores, d’interviews d’artistes, de producteurs, de musicologues, Joe Farmer donne des couleurs aux musiques d’hier et d’aujourd’hui.

Réalisation : Nathalie Laporte
Retrouvez la playlist de l'Épopée des musiques noires sur Deezer

 

En savoir plus sur l'émission, les horaires, le calendrier ... En savoir plus sur l'émission

Blick Bassy

Blick Bassy. © Harry Cell

Blick Bassy est un baroudeur altruiste, à l'écoute du monde qui l'entoure, et passionné d'histoire. Les traditions, les croyances, les rites ancestraux tiennent une place capitale dans son développement artistique. Son nouvel album Hongo Calling raconte en musique l'épopée douloureuse des esclaves partis d'Afrique contre leur gré vers les Amériques.

Du Cameroun, sa terre natale, au Brésil via le Bénin, le Sénégal et le Cap-Vert, Blick Bassy suit pas à pas le parcours sinueux de ses ancêtres. Comme Lokua Kanza ou Richard Bona, il a trouvé à Rio les traces musicales de sa propre destinée.

Issu de la grande bourgeoisie africaine, Blick Bassy aurait dû connaître une vie facile et confortable. On le destinait même à une carrière de haut fonctionnaire, mais son caractère tempétueux et son indiscipline vont bousculer son devenir. A 10 ans, son esprit frondeur et sa fougue juvénile auront raison de la patience de son père. Le petit Blick Bassy est alors envoyé chez ses grands-parents, à Mintaba, à mi-chemin entre Yaoundé et Douala.

Du jour au lendemain, il doit réapprendre à vivre, sans eau courante, sans électricité, mais surtout, sans les disques de ses parents, sans le jazz, la soul-music, Nat King Cole ou la musique brésilienne.

Les longues heures de marche entre la maison et l'école lui donnent l'opportunité de méditer sur son sort et d'envisager un autre avenir… Il se voit guitariste, chanteur, musicien nomade, mais en aucun cas, employé de bureau dans une ambassade ou un consulat. Son désir d'échapper à la volonté paternelle est si fort qu'il décide, à 17 ans, de monter son premier groupe, The Jazz Crew.

Depuis, Blick Bassy n'a jamais quitté sa guitare, et nous invite à partager son aventure transatlantique, des villages Bassa du Cameroun aux faubourgs de Bahia au Brésil…

Son prochain concert au New Morning de Paris, le 7 juin 2011, sera l'une des étapes déterminantes de son périple culturel et de sa quête identitaire.

 

 

Facebook/Twitter édition