Blues, Gospel, Negro Spirituals, Jazz, Rhythm & Blues, Soul, Funk, Rap, Reggae, Rock’n’Roll… l’actualité de la musique fait rejaillir des instants d’histoire vécus par la communauté noire au fil des siècles. Des moments cruciaux qui ont déterminé la place du peuple noir dans notre inconscient collectif, une place prépondérante, essentielle, universelle ! Chaque semaine, l’Épopée des musiques noires réhabilite l’une des formes d’expression les plus vibrantes et sincères du XXème siècle : La Black Music ! À partir d’archives sonores, d’interviews d’artistes, de producteurs, de musicologues, Joe Farmer donne des couleurs aux musiques d’hier et d’aujourd’hui.

Réalisation : Nathalie Laporte
Retrouvez la playlist de l'Épopée des musiques noires sur Deezer

 

En savoir plus sur l'émission, les horaires, le calendrier ... En savoir plus sur l'émission

Warren Haynes

« Avant d’être guitariste, je voulais être chanteur… ». Cet aveu tardif du virtuose Warren Haynes reflète parfaitement son attachement aux mélodies et aux harmonies inscrites dans «L’épopée des Musiques Noires».

Originaire d’Asheville en Caroline du Nord, et bien qu’il ne soit pas issu de la communauté noire américaine, Warren Haynes a grandi à l’écoute de Sam & Dave, Wilson Pickett, Otis Redding ou James Brown, les grandes figures des années 60. 

Ces légendes d’antan ont insufflé une tonalité nouvelle à son répertoire. Alors qu’il se voyait guitar-hero dans l’univers du Blues et du Rock, Warren Haynes se découvre, à 51 ans, une âme de soulman

Son dernier album en date, « Man in Motion » (Provogue/Wagram), est le fruit de cette lente gestation musicale qui l’amène aujourd’hui sur les traces de Freddie King, B.B King, les Temptations ou Aretha Franklin… 

 

 

Soutenu par quelques étoiles de la culture noire, Ron Holloway (ancien partenaire de Dizzy Gillespie et Gil Scott-Heron), George Porter Jr (Pilier du groupe « The Meters ») ou Ivan Neville (membre éminent de la famille Neville), Warren Haynes remonte le temps lorsque le label Stax défiait Motown Records en faisant naître l’humeur sudiste. 

C’est cette histoire que Warren Haynes a vécue gamin, et tente de ressusciter à travers ses propres compositions. Un vrai défi pour un artiste américain blanc dont la destinée ne devait pas épouser celle du peuple noir… 

Le 8 juillet 2011, il fera jaillir toute sa force expressive à l’Olympia à Paris, en compagnie d’un autre fabuleux chanteur et guitariste, le célèbre Johnny Winter ! 

http://www.warrenhaynes.net/

 

Facebook/Twitter édition