Blues, Gospel, Negro Spirituals, Jazz, Rhythm & Blues, Soul, Funk, Rap, Reggae, Rock’n’Roll… l’actualité de la musique fait rejaillir des instants d’histoire vécus par la communauté noire au fil des siècles. Des moments cruciaux qui ont déterminé la place du peuple noir dans notre inconscient collectif, une place prépondérante, essentielle, universelle ! Chaque semaine, l’Épopée des musiques noires réhabilite l’une des formes d’expression les plus vibrantes et sincères du XXème siècle : La Black Music ! À partir d’archives sonores, d’interviews d’artistes, de producteurs, de musicologues, Joe Farmer donne des couleurs aux musiques d’hier et d’aujourd’hui.

Réalisation : Nathalie Laporte
Retrouvez la playlist de l'Épopée des musiques noires sur Deezer

 

En savoir plus sur l'émission, les horaires, le calendrier ... En savoir plus sur l'émission

Les Ladies du Jazz

Il y a quelques semaines, le label Sony music faisait paraître un double album intitulé « Ladies in Satin » regroupant les plus belles voix jazz du XXème siècle, Billie Holiday, Ella Fitzgerald, Nina Simone, Sarah Vaughan, Betty carter, Shirley Horn. Ces divas de l'art vocal nous ont quittés, mais leurs héritières continuent de perpétuer, à leur manière, le message de leurs aînées.

L'une des plus authentiques étoiles du jazz, de nos jours, s'appelle Dianne Reeves. Formidable interprète, profondément enracinée dans l'âme noire, elle voue une admiration sans faille à ses consoeurs d’hier et d'aujourd'hui. Fortement influencée par la divine Sarah Vaughan, elle lui avait même consacré un album entier en 2001 dans lequel elle reprenait ses grands classiques dont « Lullaby of Birdland » enregistré à l'origine 1954. Dianne Reeves est donc une artiste très respectueuse du passé, et elle continue de s'extasier à l'écoute de ses grandes soeurs.

 

Si Dianne Reeves s'efforce de faire entendre sa différence, il est toujours périlleux de vouloir faire oublier les grandes voix d'autrefois. Il faut donc se distinguer et adopter une attitude et une humeur sonore inédite. C'est ce que tente de proposer depuis 20 ans la très controversée Cassandra Wilson. Souvent qualifiée de « Star Capricieuse », elle a malgré tout su imposer une couleur, une texture vocale unique qui l’identifie immédiatement.

 

Cassandra Wilson ne laisse personne indifférent. On aime ou on déteste, mais cette voix sombre a clairement modifié l'image stéréotypée des « Ladies du jazz ». Elle a d'ailleurs emmené avec elle toute une génération de chanteuses pop-jazz ou pop-soul qui s'inspirent de l'air du temps pour leur propre répertoire. La très créative Rachelle Ferrell a notamment créé l'événement en adoptant la technique vocale d'un certain… Al Jarreau. Un mélange de scat et d'onomatopées jazz qu'elle a développé au fil des années.

 

Il n'est pas donné à tous de savoir faire chanter les mélodies célèbres, et les élus sont d'abord des êtres dotés d'une sensibilité hors du commun, héritée de l'oralité ancestrale du continent noir. Dee Dee Bridgewater a choisi de conjuguer ses racines américaines et africaines. Son pèlerinage au Mali a d'ailleurs donné du corps à son expressivité.

 

 

 

Toutes ces dames ont en commun ce regard bienveillant et révérencieux à l'égard de leurs ancêtres. Il était grand temps de les honorer à notre tour…

 

 

http://www.diannereeves.com/
http://www.cassandrawilson.com/
http://www.deedeebridgewater.com/
http://www.rachelleferrell.com/