Blues, Gospel, Negro Spirituals, Jazz, Rhythm & Blues, Soul, Funk, Rap, Reggae, Rock’n’Roll… l’actualité de la musique fait rejaillir des instants d’histoire vécus par la communauté noire au fil des siècles. Des moments cruciaux qui ont déterminé la place du peuple noir dans notre inconscient collectif, une place prépondérante, essentielle, universelle ! Chaque semaine, l’Épopée des musiques noires réhabilite l’une des formes d’expression les plus vibrantes et sincères du XXème siècle : La Black Music ! À partir d’archives sonores, d’interviews d’artistes, de producteurs, de musicologues, Joe Farmer donne des couleurs aux musiques d’hier et d’aujourd’hui.

Réalisation : Nathalie Laporte
Retrouvez la playlist de l'Épopée des musiques noires sur Deezer

 

En savoir plus sur l'émission, les horaires, le calendrier ... En savoir plus sur l'émission

La Planète Jazz Contre Bush !

Il y a 10 ans, New-York affrontait la violence dévastatrice des attentats du 11 septembre… Cette date funeste restera à jamais gravée dans notre mémoire collective ! Quelques jours après le drame, les artistes américains ont commencé à relayer le message unitaire des politiques.

Comme nombre de ses homologues jazzmen, le saxophoniste Charles Lloyd fût profondément atteint par cette blessure humaine planétaire : « J’étais à New York au moment des attentats, j’ai été témoin de ces évènements, je vivais à Greenwich Village, j’ai ressenti tellement de douleur et de souffrance. Peu après, j’ai quitté New York pour donner un concert à l’Olympia à Paris. Ce jour là, je n’ai pas pu sortir un son harmonieux de mon saxophone, les notes étaient entachées de tristesse et de trouble. Quand je suis rentré à la maison, les vieux Negro-Spirituals que j’écoutais jadis, dans le sud profond, me sont revenus en mémoire. Je me suis mis au piano et j’ai joué « Lift every voice and sing », « Go down Moses ». Cela m’a rendu espoir durant ces moments tragiques, et m’a permis de retrouver la paix intérieure. J’ai appelé mes musiciens à New York, et je leur ai dit qu’il fallait absolument retourner en studio. C’était une nécessité absolue ! Je voulais que l’on enregistre « Amazing Grace ». Ce fut un instant d’intense inspiration et de réconfort ! »

Mais au-delà de l’émotion, la dénonciation d’une politique, aveugle et sourde, devînt le leitmotiv de toute une génération… Le va-t-en-guerre George W.Bush fût le bouc émissaire de cette fronde massive !

Jusqu’à l’élection de Barack Obama, en novembre 2008, la communauté des musiciens démocrates et pacifistes oeuvra avec force et détermination pour exprimer le dégoût de tout un peuple face aux dérives de l’administration américaine.

Cet élan de contestation internationale a écrit un nouveau chapitre de « L’épopée des Musiques Noires »… Entre compassion et revendication, une décennie de mots et de notes, reflet d’un malaise et d’une espérance !

© Wikicommons
Aretha Franklin