Blues, Gospel, Negro Spirituals, Jazz, Rhythm & Blues, Soul, Funk, Rap, Reggae, Rock’n’Roll… l’actualité de la musique fait rejaillir des instants d’histoire vécus par la communauté noire au fil des siècles. Des moments cruciaux qui ont déterminé la place du peuple noir dans notre inconscient collectif, une place prépondérante, essentielle, universelle ! Chaque semaine, l’Épopée des musiques noires réhabilite l’une des formes d’expression les plus vibrantes et sincères du XXème siècle : La Black Music ! À partir d’archives sonores, d’interviews d’artistes, de producteurs, de musicologues, Joe Farmer donne des couleurs aux musiques d’hier et d’aujourd’hui.

Réalisation : Nathalie Laporte
Retrouvez la playlist de l'Épopée des musiques noires sur Deezer

 

En savoir plus sur l'émission, les horaires, le calendrier ... En savoir plus sur l'émission

Howard Tate

Alors qu'on lui prédisait un avenir prometteur dans l'univers de la Soul-Music au milieu des années 60, la destinée d’Howard Tate, fut quelque peu ternie par une industrie du disque incapable de déceler la valeur du personnage. Ainsi, pendant 30 ans, ce chanteur noir-américain disparaîtra des hit-parades et devra survivre à cette injustice artistique en multipliant les petits boulots, bien loin de son statut de Soulman.

Ce brave homme nous a quittés le 2 décembre 2011 à l'âge de 72 ans. Son aventure serait profondément cruelle s'il n'avait pas retrouvé les faveurs du public à l'aube du XXIème siècle. 

Lorsque que Howard Tate fait paraître « Look at granny run run » en 1966, il croit en sa bonne étoile et imagine qu'il sera, comme Sam Cooke, un artiste célébré par le public américain, mais ses rêves vont vite tourner au cauchemar.

L'Amérique des sixties est raciste, et personne ne prend le soin d'écouter avec attention la voix et les compositions de ce chanteur de 27 ans. Malgré ses efforts, la mayonnaise ne prend pas, et après cinq ans de lutte acharnée pour exister dans le monde du spectacle, Howard Tate baisse les bras et décide d'abandonner. La société dans laquelle il vit est décidément trop blanche pour permettre à un jeune Afro-Américain talentueux de réussir sa vie et vivre de sa passion. 
 

Pendant 30 ans, Howard Tate vit modestement dans le New Jersey, sans aucun espoir de revenir au devant de la scène. Il préfère se consacrer aux autres plutôt que de pleurer sur sa petite personne. Il devient pasteur et s'occupe des plus démunis, son quotidien est celui d'un citoyen américain de base qui résiste, tant bien que mal, à la pression économique et sociale. Pendant trois décennies, Howard Tate vieillit, mûrit, et se fait une raison. Il s'accommode de cette vie de bohème et accepte son sort.

Pourtant, le 1er janvier 2001, au hasard d'une rencontre, sa monotonie va brusquement laisser place à une effervescence qu'il n'espérait plus. Howard Tate avait été enchanté de nous narrer, dans le détail, ce retour en grâce… Nous redécouvrons, cette semaine, ce document sonore émouvant réalisé à RFI en décembre 2003.

© Wikicommons/Olivier Ménart
Howard Tate. Live en France, 2008.