Blues, Gospel, Negro Spirituals, Jazz, Rhythm & Blues, Soul, Funk, Rap, Reggae, Rock’n’Roll… l’actualité de la musique fait rejaillir des instants d’histoire vécus par la communauté noire au fil des siècles. Des moments cruciaux qui ont déterminé la place du peuple noir dans notre inconscient collectif, une place prépondérante, essentielle, universelle ! Chaque semaine, l’Épopée des musiques noires réhabilite l’une des formes d’expression les plus vibrantes et sincères du XXème siècle : La Black Music ! À partir d’archives sonores, d’interviews d’artistes, de producteurs, de musicologues, Joe Farmer donne des couleurs aux musiques d’hier et d’aujourd’hui.

Réalisation : Nathalie Laporte
Retrouvez la playlist de l'Épopée des musiques noires sur Deezer

 

En savoir plus sur l'émission, les horaires, le calendrier ... En savoir plus sur l'émission

Tower of Power

Dans l'histoire de la Soul Music et du Funk, on connaît principalement les grandes figures des années 60 et 70, les James Brown, Marvin Gaye, Michael Jackson ou Stevie Wonder, mais on évoque assez peu les orchestres qui ont accompagné les légendes d'antan. Tower of Power est une formation américaine de grand talent qui a fêté, en 2010, son 40ème anniversaire, et qui continue de porter l'héritage musical de la communauté noire à travers des prestations toujours aussi éclatantes et enthousiasmantes.

Au coeur des années 60, les artistes du label Tamla Motown occupent les premières places des hit-parades, et tous les jeunes Américains fredonnent les mélodies populaires de l'époque. Émilio Castillo, futur leader de Tower of Power, est alors un adolescent qui, comme ses camarades de classe, se passionne pour la Soul Music. Il vit à Détroit, la ville de Motown, et envisage de monter un groupe fortement influencé par l'humeur sonore du moment. Persuadé d'être dans l'air du temps, encouragé par ses parents, il se lance dans l'aventure à 18 ans. 

En quelques semaines, Tower of Power va réussir à imposer un style, un son, une patte personnelle qui deviendra la référence, la norme pour bon nombre d'amateurs de Soul et de Funk. La section de cuivres du groupe sera saluée à l'unisson par les professionnels et les anonymes. À tel point que l'on sollicitera de plus en plus souvent ces valeureux musiciens pour soutenir de jeunes chanteurs ou jeunes chanteuses encore trop fragiles ou pour donner du relief à certaines productions un peu trop mornes ou désuètes.

© Warner Records

Tower of Power va donc répondre aux exigences du marché, et s'habituer à cette double vie qui transforme un groupe de scène en pilier de studio. Il faut croire que jouer sur plusieurs tableaux n'est pas un obstacle majeur pour les membres de Tower of Power. Depuis 1970, ils ont mené de front deux carrières simultanées. Sur scène pour des prestations Funk imparables, ou en studio, pour le compte d'artistes aussi divers que Carlos Santana, John Lee Hooker, Elton John, Jermaine Jackson, Rod Stewart, Larry Graham, Smokey Robinson, ou B.B King. 

En plus de 40 ans de carrière, les musiciens de Tower of Power ont vécu 1000 et une aventures. Ils ont partagé l'affiche avec les plus grands, et ont parfois été les témoins d'événements historiques, comme ce jour de mars 1971 où ils ont assuré la première partie du concert d'Aretha Franklin au Fillmore West de San Francisco en présence de Ray Charles. 

Après de telles expériences, on pourrait imaginer qu'Emilio Castillo et toute sa bande ne rêvent plus, sont blasés, et attendent le jour où ils pourront enfin prendre leur retraite. C'est mal les connaître ! Tower of Power est un groupe qui continue d'avancer et de se lancer des défis, comme nous pourrons nous en rendre compte le 26 mars 2012 à la Cigale à Paris. 

 

 

 

 http://www.towerofpower.com/