Blues, Gospel, Negro Spirituals, Jazz, Rhythm & Blues, Soul, Funk, Rap, Reggae, Rock’n’Roll… l’actualité de la musique fait rejaillir des instants d’histoire vécus par la communauté noire au fil des siècles. Des moments cruciaux qui ont déterminé la place du peuple noir dans notre inconscient collectif, une place prépondérante, essentielle, universelle ! Chaque semaine, l’Épopée des musiques noires réhabilite l’une des formes d’expression les plus vibrantes et sincères du XXème siècle : La Black Music ! À partir d’archives sonores, d’interviews d’artistes, de producteurs, de musicologues, Joe Farmer donne des couleurs aux musiques d’hier et d’aujourd’hui.

Réalisation : Nathalie Laporte
Retrouvez la playlist de l'Épopée des musiques noires sur Deezer

 

En savoir plus sur l'émission, les horaires, le calendrier ... En savoir plus sur l'émission

Les 30 ans du Baiser Salé !

«Ce n'est pas un club caribéen, c'est le carrefour de tous les jazz», clame Maria Rodriguez, l'âme du Baiser Salé depuis 1983. Il est vrai que, depuis 30 ans, ce petit club parisien a accueilli la crème des musiciens internationaux, de Richard Bona à Sylvain Luc, de Paco Sery à Rick Margitza, de NGuyen Lê à Mokhtar Samba, en passant par Orlando Poleo, Rido Bayonne, Nicolas Fomler, Dominique Di Piazza, Alain Jean-Marie, Allen Hoist, Khalil Chahine, David Linx, Louis Winsberg, et tant d'autres ! Certains d'entre eux sont nés sur cette scène incontournable du cœur de Paris. Angélique Kidjo y fit ses débuts au milieu des années 80...

Aujourd'hui encore, le Baiser Salé reste l'un des rares établissements où peuvent se révéler des talents, se concrétiser des projets, se forger des identités sonores. Ce lieu de rencontres multiculturelles est le vivier des virtuoses inspirés. Pour célébrer 3 décennies d'agitation musicale, le bassiste Etienne Mbappé, le pianiste Mario Canonge et le batteur Sonny Troupé nous racontent, cette semaine, leur «épopée» au Baiser Salé sous le regard bienveillant de Maria Rodriguez.

Pour l'occasion, nous nous sommes rendus à cette fameuse adresse, le 58 rue des Lombards, pour ressentir la chaleur de cette famille de musiciens complices, et prendre le pouls de l'effervescence nocturne ! De cette conversation improvisée, ont jailli des souvenirs, des images, des notes et des mots, un écho vibrant du bouillonnement artistique de ce club historique.

Alors que débute la 8ème édition des «Caribéennes de mai», le festival printanier du Baiser Salé, nous vous proposons une plongée dans la mémoire multicolore d'un temple jazz, et nous saluons la constance de cette joyeuse équipe intrépide et passionnée !

 

 

http://www.lebaisersale.com/