Blues, Gospel, Negro Spirituals, Jazz, Rhythm & Blues, Soul, Funk, Rap, Reggae, Rock’n’Roll… l’actualité de la musique fait rejaillir des instants d’histoire vécus par la communauté noire au fil des siècles. Des moments cruciaux qui ont déterminé la place du peuple noir dans notre inconscient collectif, une place prépondérante, essentielle, universelle ! Chaque semaine, l’Épopée des musiques noires réhabilite l’une des formes d’expression les plus vibrantes et sincères du XXème siècle : La Black Music ! À partir d’archives sonores, d’interviews d’artistes, de producteurs, de musicologues, Joe Farmer donne des couleurs aux musiques d’hier et d’aujourd’hui.

Réalisation : Nathalie Laporte
Retrouvez la playlist de l'Épopée des musiques noires sur Deezer

 

En savoir plus sur l'émission, les horaires, le calendrier ... En savoir plus sur l'émission

L'intégrale Otis Redding

Il y a 50 ans, le légendaire Otis Redding faisait paraître son tout premier album « Pain in my Heart » déjà doté de quelques mélodies efficaces comme « These arms of mine ». À cette occasion, le label Atlantic Records célèbre ce formidable chanteur trop tôt disparu en éditant un coffret 4 CDs, « The King of Soul », résumant en 92 titres sa fulgurante destinée.

Lorsque l'on écoute attentivement les chansons interprétées par Otis Redding dans les années 60, on n'y décèle que peu de revendications. Alors que la communauté noire bataillait ferme pour se faire respecter, Otis Redding préférait chanter l'amour et n'intervenait pas directement dans le débat social. Pourtant, son message universaliste a accompagné le mouvement des droits civiques.

S'il n'a jamais été un militant, dans le sens premier du terme, ses mots ont porté le vœu d'entente et d'unité de ses contemporains. La chanson « Respect » qui devint l'un des hymnes de la communauté noire au milieu des années 60 n'était pas à l'origine une œuvre contestataire, mais elle a symbolisé l'appel à la justice des Noirs d'Amérique.

Le 10 décembre 1967, à 26 ans, la jeune star de la Soul-Music trouvait la mort, lors du crash de son avion dans un lac gelé du Wisconsin. Depuis cette date funeste, Zelma Redding (sa veuve) ne cesse d'entretenir la flamme et de magnifier l'œuvre de celui qu'elle avait tant aimé. Les photos ont jauni mais les souvenirs sont restés intacts, et chaque fois qu'elle le peut, elle ravive la mémoire de son époux en évoquant certains classiques qui lui sont chers.

© www.otisredding.com
Zelma Redding.
© www.otisredding.com
Otis Redding III.

Une comète, si fugace soit-elle, parvient toujours à illuminer durablement l'imaginaire populaire. Et pour qu'elle brille à jamais, il faut la constance et l'abnégation de tous ceux qui la protégeront. Otis Redding III, le dernier fils de l'étoile disparue, n'est pas impressionné par l'ampleur de la tâche.

En exclusivité, nous avons recueilli, depuis Atlanta, les propos émus de Madame Zelma Redding et de son fils Otis III qui ont accepté de nous conter l'aventure peu commune d'une figure historique dans «L'épopée des Musiques Noires» !

http://www.otisredding.com/

 

Facebook/Twitter édition