Blues, Gospel, Negro Spirituals, Jazz, Rhythm & Blues, Soul, Funk, Rap, Reggae, Rock’n’Roll… l’actualité de la musique fait rejaillir des instants d’histoire vécus par la communauté noire au fil des siècles. Des moments cruciaux qui ont déterminé la place du peuple noir dans notre inconscient collectif, une place prépondérante, essentielle, universelle ! Chaque semaine, l’Épopée des musiques noires réhabilite l’une des formes d’expression les plus vibrantes et sincères du XXème siècle : La Black Music ! À partir d’archives sonores, d’interviews d’artistes, de producteurs, de musicologues, Joe Farmer donne des couleurs aux musiques d’hier et d’aujourd’hui.

Réalisation : Nathalie Laporte
Retrouvez la playlist de l'Épopée des musiques noires sur Deezer

 

En savoir plus sur l'émission, les horaires, le calendrier ... En savoir plus sur l'émission

Le Clan Marsalis

Wynton Marsalis. © Wikimedia/Commons

Ellis, Wynton, Branford, Delfeayo, Jason… Ils sont tous originaires de La Nouvelle-Orléans, le berceau du jazz où Louis Armstrong fit basculer le XXème siècle dans l'univers du swing. Il n'est donc pas étonnant que les héritiers de cette tradition continuent de célébrer en musique le patrimoine de ce grand personnage. C'est le cas de la famille Marsalis qui, depuis les années 30, préserve la culture néo-orléanaise de génération en génération.

The Marsalis Family, 2001

Aujourd'hui, ce sont Branford et Wynton Marsalis que l'on connaît le mieux. Respectivement saxophoniste et trompettiste, ils défendent le répertoire et l'image de leurs aînés, et notamment, de leur père Ellis Marsalis, pianiste de grand talent qui, du haut de ses 77 ans, représente la mémoire jazz de La Nouvelle Orléans. 

Moins souvent dans la lumière, Delfeayo et Jason Marsalis, tromboniste et batteur, complètent cette drôle de famille qui fait vivre « L'épopée des musiques noires » avec force et détermination. 

Chez les Marsalis, Wynton est le plus productif et sûrement le plus doué. Ses interprétations sont impeccables, ses concerts enthousiasmants, et ses projets toujours plus ambitieux. Cette énergie et cette volonté farouches de porter le plus loin possible la flamme jazz de ses ancêtres suscitent l'admiration, mais aussi la jalousie et la critique. Wynton Marsalis subit, depuis ses tout débuts, les reproches de musiciens qui ne voient en lui qu'un bon élève qui ne fait que retranscrire l'humeur musicale de ses prédécesseurs, sans y ajouter sa propre personnalité. 

Devant tant de propos acerbes, l'esprit de famille rejaillit et la fratrie est un rempart contre les attaques jugées déloyales. Quoi que l'on pense de la famille Marsalis, personne ne peut douter de sa légitimité à jouer un jazz enraciné dans l'âme noire. 

Si Branford et Wynton Marsalis sont dans le feu des projecteurs, leurs plus jeunes frères, Jason et Delfeayo Marsalis, sont plus discrets et modérés. Lorsque leurs aînés doivent tenir un discours tranché pour esquiver les coups de la presse spécialisée, les petits derniers cherchent l'apaisement et l'entente cordiale. Delfeayo, aujourd'hui producteur, a toujours défendu la famille avec tact et clairvoyance. 

Le 15 juin 2009, à Washington, les fils Marsalis avaient choisi de rendre un vibrant hommage à leur père, Ellis Marsalis, devant plusieurs milliers de spectateurs. Ce concert exceptionnel a permis la levée de fonds pour la création d'une école de musique à La Nouvelle-Orléans qui portera le nom d'Ellis Marsalis. Ce jour-là, sous les acclamations de la foule, c'est toute la tradition du jazz New Orleans qui était célébrée, et accessoirement, les 75 ans du patriarche. Vous retrouverez cette prestation unique sur l'album « Music Redeems » paru, il y a quelques semaines, sur le label « Marsalis music ». 

http://www.ellismarsalis.com 

http://branfordmarsalis.com/ 

http://www.wyntonmarsalis.org/ 

http://www.dmarsalis.com/ 

http://www.jasonmarsalis.com/ 

http://www.marsalismusic.com/releases/music-redeems 

The Marsalis Family, 2009

Facebook/Twitter édition