Blues, Gospel, Negro Spirituals, Jazz, Rhythm & Blues, Soul, Funk, Rap, Reggae, Rock’n’Roll… l’actualité de la musique fait rejaillir des instants d’histoire vécus par la communauté noire au fil des siècles. Des moments cruciaux qui ont déterminé la place du peuple noir dans notre inconscient collectif, une place prépondérante, essentielle, universelle ! Chaque semaine, l’Épopée des musiques noires réhabilite l’une des formes d’expression les plus vibrantes et sincères du XXème siècle : La Black Music ! À partir d’archives sonores, d’interviews d’artistes, de producteurs, de musicologues, Joe Farmer donne des couleurs aux musiques d’hier et d’aujourd’hui.

Réalisation : Nathalie Laporte
Retrouvez la playlist de l'Épopée des musiques noires sur Deezer

 

En savoir plus sur l'émission, les horaires, le calendrier ... En savoir plus sur l'émission

La Muse de Prince...

Sheila Escovedo. © AP

Si la notoriété de Sheila Escovedo fut largement liée à son association avec le génial Prince au cœur des années 80, la célèbre percussionniste tient aujourd'hui à rétablir la vérité sur son épopée vertigineuse dans l'univers des musiques afro-latino-funk. Certes, son exposition médiatique et ses collaborations fructueuses avec le guitariste, chanteur et compositeur de Minneapolis ont accéléré son ascension, mais il serait injuste de réduire le talent de cette artiste aguerrie à ce seul chapitre de son aventure musicale.

Bien avant que Rogers Nelson Prince ne s'entiche de sa nouvelle muse, la jeune Sheila Escovedo partageait la scène avec les grandes figures du jazz ou de la soul-music. En 1977, en compagnie du batteur Billy Cobham, elle développe déjà son sens rythmique et sa tonalité métisse. Elle n'a alors que 20 ans mais suscite l'admiration sincère de ses aînés. Le pianiste George Duke la remarque à son tour et lui propose de participer à ses nouvelles productions. C'est le début d'une course folle vers les sommets de la gloire.

Son dynamisme et son enthousiasme épousent la frénésie de l'époque. Elle croise la route de véritables légendes de la culture noire, Herbie Hancock, les Jackson 5, Quincy Jones, Marvin Gaye, Lionel Richie... Sheila E devient une personnalité incontournable qui attise les convoitises et capte le regard d'un jeune créateur pétri de talent. Il s'appelle Prince et se laisse facilement séduire par la force expressive de la demoiselle. Pendant près d'une décennie, les deux tourtereaux se feront la cour et virevolteront ensemble sur le même tempo.

© usaforafrica.org
Au premier rang : Stevie Wonder, Lionel Richie, Sheila E, Diana Ross, Michael Jackson, Smokey Robinson, Kim Carnes.

Depuis la parution de son autobiographie, «The Beat of my own drum», Sheila E se dévoile, se libère et nuance les jugements hâtifs à son égard. Certes, elle est une brillante artiste portée par l'engouement du public mais le feu des projecteurs dissimulait en fait, depuis des années, un mal-être profond qui altérait son équilibre psychologique et sa sérénité. En créant la fondation «Elevate Hope», Sheila Escovedo veut aujourd'hui venir en aide et redonner espoir aux enfants maltraités, abusés, molestés qui, comme elle, ont connu une jeunesse troublée et cherchent une échappatoire à leurs tourments.

Le 8 août 2015, Sheila E achevait une tournée estivale américaine à Atlanta devant 10 000 spectateurs euphoriques ! A 57 ans, celle qu'on appelait «La Muse de Prince» inspire désormais des millions d'admirateurs à travers la planète, fascinés par la maestria, la générosité et la bienveillance d'une artiste au grand cœur...

© EPA/Paul Bergen.
Sheila E en live.