Blues, Gospel, Negro Spirituals, Jazz, Rhythm & Blues, Soul, Funk, Rap, Reggae, Rock’n’Roll… l’actualité de la musique fait rejaillir des instants d’histoire vécus par la communauté noire au fil des siècles. Des moments cruciaux qui ont déterminé la place du peuple noir dans notre inconscient collectif, une place prépondérante, essentielle, universelle ! Chaque semaine, l’Épopée des musiques noires réhabilite l’une des formes d’expression les plus vibrantes et sincères du XXème siècle : La Black Music ! À partir d’archives sonores, d’interviews d’artistes, de producteurs, de musicologues, Joe Farmer donne des couleurs aux musiques d’hier et d’aujourd’hui.

Réalisation : Nathalie Laporte

Retrouvez la playlist de l'Épopée des musiques noires sur Deezer

En savoir plus sur l'émission, les horaires, le calendrier ... En savoir plus sur l'émission

Reese Wynans, au service du blues…

Reese Wynans. © Ed Rode

Reconnu pour son jeu virevoltant aux côtés du génial et regretté guitariste Stevie Ray Vaughan, Reese Wynans a aussi démontré sa virtuosité incontestable et son sens inné de l’accompagnement en compagnie de Hank Williams Jr, de Buddy Guy, de John Mayall ou de Larry Carlton, entre autres, qui ont su déceler le lyrisme de ce pianiste émérite. À 71 ans, Reese Wynans fait paraître son tout premier album solo. L’évènement est de taille ! Ses nombreux amis, Sam Moore, Keb Mo, Kenny Wayne Shepherd, Warren Haynes, notamment, ont décidé de le soutenir en acceptant de le seconder en studio.

Originaire de Sarasota en Floride, Reese Wynans n’a jamais cherché le feu de projecteurs. Il a été un instrumentiste discret qui évoluait dans l’ombre des légendes de la musique populaire américaine. Depuis un demi-siècle, ce fringant septuagénaire a écrit de belles pages de "L’épopée des Musiques Noires". Ses souvenirs sont précieux car ils témoignent d’une époque révolue qu’il racontera toujours mieux que les livres d’histoire. Pour autant, bien qu’il ait été l’acteur de certains événements marquants, il ne veut pas être perçu comme le détenteur unique d’un savoir musical. Il n’est que le simple conteur de sa propre destinée. "J’ai enregistré de nombreux albums pour de nombreux artistes. J’ai derrière moi une longue carrière. Je suis un musicien professionnel depuis 50 ans. Mon premier engagement dans un groupe date de 1968. Je suis un compositeur honorable mais je suis surtout un organiste aguerri. J’ai juste eu la chance de saisir quelques bonnes opportunités. Personne ne sait véritablement qui je suis, ni même à quoi je ressemble, car j’ai œuvré pour d’autres tout au long de ma vie, notamment pour Stevie Ray Vaughan pendant 5 ans".

 

© Ed Rode
Reese Wynans en studio à Nashville.

Reese Wynans nous l’assure, il veut aller de l’avant et se surprendre lui-même mais ses propos révèlent malgré tout une pointe de nostalgie indélébile. Né en 1947, la musique de sa jeunesse continue de nourrir son inspiration. Il suffit d’écouter chaque titre de son nouvel album pour déceler les différents épisodes de son parcours artistique. Le rock des années 1950, la soul des années 1960, le blues des années 1970, une palette de couleurs sonores qui illuminent la créativité de ce fougueux pianiste trop longtemps mésestimé. Reese Wynans est, certes, un véritable bluesman mais son ouverture d’esprit le pousse parfois à tenter quelques expériences.

Pour clore son premier disque, il voulait laisser un message. Il a donc interprété, seul au piano, Blackbird des Beatles. Ce titre fut composé, le 11 juin 1968, par Paul McCartney en réponse aux exactions policières aux États-Unis, durant le mouvement pour les droits civiques emmené par le pasteur Martin Luther King. Ce fameux Blackbird, cet "oiseau noir", qui cherche à s’envoler vers la liberté, aurait même été un clin d’œil appuyé à la jeune militante d’alors, Angela Davis. Reese Wynans n’a pas pu oublier ces moments dramatiques de l’histoire américaine et il n’est pas anodin qu’il ait choisi cette œuvre en guise de conclusion. "J’adore cette chanson, j’adore la mélodie et, de surcroît, les paroles ont un sens qui me sont chères. Parler de liberté, de la tristesse d’une population meurtrie, mais aussi de la joie de pouvoir s’épanouir, tout cela fait partie du blues. Une fois de plus, c’est l’humanité d’une chanson qui me parle avant toute chose. J’aurais pu choisir 1 000 autres compositions pour conclure cet album mais il fallait que ce soit celle-ci".

Sweet Release, produit par le guitariste Joe Bonamassa, paraîtra le 1er mars 2019 chez Provogue/Mascot.

Mascot Label group / Reese Wynans and friends

 

© Ed Rode
Keb Mo, invité de Reese Wynans pour l’album "Sweet Release".