Blues, Gospel, Negro Spirituals, Jazz, Rhythm & Blues, Soul, Funk, Rap, Reggae, Rock’n’Roll… l’actualité de la musique fait rejaillir des instants d’histoire vécus par la communauté noire au fil des siècles. Des moments cruciaux qui ont déterminé la place du peuple noir dans notre inconscient collectif, une place prépondérante, essentielle, universelle ! Chaque semaine, l’Épopée des musiques noires réhabilite l’une des formes d’expression les plus vibrantes et sincères du XXème siècle : La Black Music ! À partir d’archives sonores, d’interviews d’artistes, de producteurs, de musicologues, Joe Farmer donne des couleurs aux musiques d’hier et d’aujourd’hui.

Réalisation : Nathalie Laporte
Retrouvez la playlist de l'Épopée des musiques noires sur Deezer

 

En savoir plus sur l'émission, les horaires, le calendrier ... En savoir plus sur l'émission

Dans la cuisine d’Hervé Celcal

Hervé Celcal à RFI. © Christian Rose

Lorsque le pianiste martiniquais Hervé Celcal nous avait présenté Bel air for piano en 2013, son appétit pour les expérimentations métisses sautait aux oreilles. Il faudra désormais faire appel à nos papilles pour apprécier la saveur de son imagination. Colombo est, en effet, un nouvel album qui se… déguste puisqu’il puise son inspiration dans l’art culinaire antillais. Chaque composition est une invitation à goûter les épices musicales de ce chef dont le répertoire est un menu succulent. A quelques jours de son prochain concert parisien, Hervé Celcal nous convie derrière ses fourneaux.

L’instrumentiste inspiré est aussi un fin gourmet qui a le talent d’assaisonner sa culture d’ingrédients venus d’horizons très divers. Trouver la bonne recette pour attiser la curiosité des auditeurs est un exercice de style qui requiert un minimum de connaissances historiques, car la destinée d’un peuple est souvent le fruit de ses turpitudes. Ainsi, Colombo évoque aussi l’épopée mouvementée d’une île des Caraïbes façonnée par des rencontres plus ou moins fortuites, glorieuses ou désirées. C’est la raison pour laquelle Hervé Celcal ne s’en tient pas à la narration édulcorée d’une aventure humaine tumultueuse. L’esclavage, les bateaux négriers, font aussi partie de ce récit mis en perpective par la force expressive du musicien, tout comme l’influence artistique européenne intrinsèque des quadrilles, héritées des contredanses françaises du XVIIIe siècle, que le mélodieux pianiste n’oublie pas de suggérer.

 

© Christian Rose
Hervé Celcal au micro de Joe Farmer.

 

Affirmer une existence créole est une vraie gageure tant les vestiges d’une colonisation ancestrale résistent à l’érosion du temps. Hervé Celcal cherche pourtant à magnifier ses racines. Sans complaisance, il célèbre un patrimoine qui l’identifie. Colombo n’est pas qu’un plat fort goûtu, c’est une invitation au partage et à l’échange de valeurs que le peuple caribéen a toujours souhaités. Ce vœu d’unité est l’un des fondements de la cohésion sociale ultramarine. Se réunir autour d’un mets traditionnel antillais porte symboliquement le message d’accueil des Arawaks, ces anciennes civilisations amérindiennes de l’espace caraïbe, injustement tyrannisés, opprimés, exploités par les premiers colons blancs parvenus d’Europe au XVe siècle.

Hervé Celcal nous éclaire donc sur ses origines, son histoire, sa lignée, à travers ses œuvres. L’entendre jouer avec la cadence du Bèlè, marqueur rythmique du quotidien en Martinique, nous plonge dans le tourbillon du temps, au cœur de sa terre natale. Il nous donne d’ailleurs rendez-vous, le 13 mars 2019, au Sunside à Paris pour un cours d’histoire musical et magistral qui pourrait bien être généreusement aromatisé.

Le site d'Hervé Celcal

 

© Ting Bang / L'autre distribution
Pochette de l'album "Colombo".