Blues, Gospel, Negro Spirituals, Jazz, Rhythm & Blues, Soul, Funk, Rap, Reggae, Rock’n’Roll… l’actualité de la musique fait rejaillir des instants d’histoire vécus par la communauté noire au fil des siècles. Des moments cruciaux qui ont déterminé la place du peuple noir dans notre inconscient collectif, une place prépondérante, essentielle, universelle ! Chaque semaine, l’Épopée des musiques noires réhabilite l’une des formes d’expression les plus vibrantes et sincères du XXème siècle : La Black Music ! À partir d’archives sonores, d’interviews d’artistes, de producteurs, de musicologues, Joe Farmer donne des couleurs aux musiques d’hier et d’aujourd’hui.

Réalisation : Nathalie Laporte
Retrouvez la playlist de l'Épopée des musiques noires sur Deezer

 

En savoir plus sur l'émission, les horaires, le calendrier ... En savoir plus sur l'émission

Les Intuitions d’Alicia Olatuja

Alicia Olatuja. © Christian Rose

La New-Yorkaise Alicia Olatuja est la nouvelle coqueluche de la scène jazz outre-Atlantique. Encensée par la fabuleuse Dianne Reeves, la jeune chanteuse a attisé la curiosité au sein du chœur gospel "Tabernacle" de Brooklyn, lors de la seconde investiture du président Obama en 2013. Depuis, Alicia Olatuja est sur un petit nuage et vit intensément son début de carrière. Le 8 mars 2019, elle se produisait pour la première fois en France, au Duc des Lombards, à Paris. Nous sommes allés à sa rencontre alors qu’elle présentait Intuition : Songs from the minds of women, son dernier album en date.

L’aventure discographique d’Alicia Olatuja débuta en 2013 avec l’album The Promise dans lequel elle avait choisi de mêler ses racines américaines à celles de son ancien mari nigérian, Michael Olatuja. Chanté en anglais et en yoruba, ce répertoire permit de découvrir les harmonies vocales radieuses de cette interprète, alors, en pleine ascension. Forte de cette première expérience, la jeune diva enregistra Timeless l’année suivante, l’occasion d’adapter, non sans une certaine réussite, les classiques de ses aînés, Michael Jackson, Stevie Wonder, Chaka Khan... C’est en participant au projet "Songs of Freedom" du batteur Ulysse Owens Jr, en 2016, que l’idée d’un nouvel album consacré à ses héroïnes germa dans son esprit créatif. Intuition : Songs from the minds of women est donc une ode poétique à la force expressive des femmes.

© RFI/Joe Farmer
Alicia Olatuja en concert au Duc des Lombards à Paris (mars 2019).

 

"J’ai choisi des chansons qui reflètent la diversité des couleurs que les femmes projettent à travers le monde. Évidemment, il était impossible que je transcrive tout cela en 13 chansons, j’ai donc sélectionné des œuvres qui évoquent la passion dont les femmes font preuve dans chacun de leurs engagements. Je voulais aussi parler de certains sentiments très féminins, la sensation d’abandon lorsqu’un être cher vous quitte, la douleur de perdre un enfant, ou la joie de tomber amoureuse, la naissance d’une relation tout comme la fin d’une relation. Les abus, le racisme, ou bien le plaisir de parvenir à ses fins, la gaité, etc. Je voulais représenter cet arc-en-ciel d’émotions et, non pas, un sujet précis qui ne décrirait pas l’essence plurielle d’une femme. Ces chansons que j’ai choisi d’interpréter sont comme des miroirs grossissants. Elles reflètent avec acuité nos sentiments cachés. Il fallait juste que je parvienne à les dénicher dans le répertoire immense des compositrices que j’admire. J’ai donc réfléchi aux histoires que je voulais raconter et j’ai fini par trouver les œuvres qui correspondaient à mon projet. Il me fallait une chanson par thème : la beauté, la romance, etc. Et après, une première sélection, je m’en suis tenue aux paroles les plus pertinentes".

© Résilience Music Alliance

 

Deux bonnes étoiles ont accéléré la destinée d’Alicia Olatuja. Indirectement, le président Obama lui a ouvert la voie en lui offrant une exposition médiatique inespérée, mais c’est sa future marraine de cœur, la chanteuse Dianne Reeves, qui parvint à susciter l’intérêt du public et des critiques en louant le talent prometteur de sa cadette. Alicia Olatuja ne se lasse pas de raconter leur divine rencontre : "Quand j’ai participé à la cérémonie d’investiture de Barack Obama, elle a tweeté : "Cette jeune femme est fabuleuse !". Je n’en revenais pas ! Je me disais : "Incroyable ! Dianne Reeves me connaît !". J’ai évidemment répondu à son tweet pour la remercier et lui dire combien je l’admirais. Elle m’a alors proposé de venir à son prochain concert à Carnegie Hall. Elle m’a obtenu deux invitations et un pass pour la retrouver dans sa loge. Elle ne savait quasiment pas qui j’étais et elle m’a pourtant fait ce cadeau ! Une fois sur place, j’ai assisté à sa prestation et, soudain, elle a cité mon nom devant le public de cette prestigieuse salle de spectacle new-yorkaise. Elle a expliqué au micro comment elle m’avait découverte. Elle m’a fait entrer dans son univers avec tellement de finesse et de tact. Une fois dans les coulisses, j’étais aux anges. Ce sont des moments que l’on ne peut oublier et que l’on ne veut surtout pas oublier… Depuis lors, je la vois régulièrement, je vais voir ses concerts. Tout cela est magique ! Elle est, pour moi, une légende vivante. Au-delà de son incroyable talent et de sa personnalité si chaleureuse, je l’admire pour sa bienveillance à l’égard des jeunes. Elle n’hésite pas à soutenir des musiciens en herbe. C’est une attitude assez rare dans ce métier. Elle n’a sûrement pas conscience de l’impact qu’elle a sur moi. Sa manière de soutenir notre génération est un véritable bienfait. Sa générosité a indirectement pansé mes blessures psychologiques. Elle n’en sait rien, mais c’est tellement vrai… Elle est pour sûr l’une de mes idoles !".

Curieusement, la voix d’Alicia Olatuja rappelle justement les intonations mélodieuses de la célèbre Dianne Reeves. Saura-t-elle échapper à cet inévitable mimétisme de jeunesse et trouver sa propre tessiture ? Cela ne fait aucun doute quand tant de maîtrise et de grâce se conjuguent si naturellement. Après avoir aisément séduit le public parisien, un autre rendez-vous majeur l’attend dans quelques jours. Elle se produira à l’Apollo Café de New York, le 4 mai 2019… Une nouvelle étape cruciale de son développement artistique !

Le site d'Alicia Olatuja

© Résilience Music Alliance

Facebook/Twitter édition