Blues, Gospel, Negro Spirituals, Jazz, Rhythm & Blues, Soul, Funk, Rap, Reggae, Rock’n’Roll… l’actualité de la musique fait rejaillir des instants d’histoire vécus par la communauté noire au fil des siècles. Des moments cruciaux qui ont déterminé la place du peuple noir dans notre inconscient collectif, une place prépondérante, essentielle, universelle ! Chaque semaine, l’Épopée des musiques noires réhabilite l’une des formes d’expression les plus vibrantes et sincères du XXème siècle : La Black Music ! À partir d’archives sonores, d’interviews d’artistes, de producteurs, de musicologues, Joe Farmer donne des couleurs aux musiques d’hier et d’aujourd’hui.

Réalisation : Nathalie Laporte
Retrouvez la playlist de l'Épopée des musiques noires sur Deezer

 

En savoir plus sur l'émission, les horaires, le calendrier ... En savoir plus sur l'émission

Hommage à Johnny Clegg

Johnny Clegg en concert au Cap le 30 juin 2017. © RODGER BOSCH / AFP

Le 22 mai 2010, Johnny Clegg était venu présenter dans nos studios Spirit is the journey, une anthologie résumant 30 ans d’une carrière, d’une quête, d’un combat pour l’égalité universelle. L’Afrique du Sud était alors au centre des préoccupations. La Coupe du monde de football devait s’y tenir un mois plus tard. Le film Invictus de Clint Eastwood avait fait sensation. Jacob Zuma était depuis un an le nouveau président sud-africain et Nelson Mandela restait, 20 ans après sa libération, la figure tutélaire d’un pays en pleine mutation. Johnny Clegg était heureux de pouvoir évoquer tous ces sujets sur notre antenne…

Disparu le 16 juillet 2019, à 66 ans, Johnny Clegg peut s’enorgueillir d’avoir maintenu un discours, une musicalité, et un esprit rebelle durant les 50 ans d’une épopée qui débuta en 1969, lors de sa rencontre avec Sipho Mchunu, chanteur, guitariste et percussionniste sud-africain. Ensemble, ils créeront Juluka, l’ébauche d’une aventure artistique qui, au fil des décennies, conduira Johnny Clegg aux quatre coins de la planète. L’amitié entre ces deux frondeurs aura une signification symbolique forte dans une société alors régie par les lois de l’apartheid. Un interprète blanc et un instrumentiste noir formaient un groupe uni qui défiait les codes racistes de l’époque.

© Bertrand GUAY / AFP
Le chanteur Johnny Clegg et les danseurs du groupe sud-africain Savuka se produisent sur scène au Zénith de Paris le 10 mai 1988, dans le cadre de trois concerts consacrés à la lutte contre l'apartheid.

 

Bien qu’ils prirent, en 1985, des chemins différents, leur complicité resta intacte. Johnny Clegg poursuivra sa route avec Savuka. Third World Child, le premier album de cette nouvelle formation fera sensation. Au cœur des années 1980, les chansons engagées de ce disque majeur feront le tour de la planète. Asimbonanga et Scatterlings of Africa, notamment, demeureront des hymnes bien après leur création. Ces mélodies et ces paroles fortes accompagneront une période de transformation sociale historique en Afrique du Sud. Il ne faudrait cependant pas réduire le répertoire de Johnny Clegg à ces deux pamphlets célèbres même s’ils ont indirectement fait pression sur un régime autoritaire qui courait à sa perte.

Dans les années 1990 et 2000, Johnny Clegg continuera à s’insurger… Prenons le temps d’écouter When the system has fallen (1993) ou The revolution will eat its children (2006). Ces deux compositions démontrent magistralement l’insoumission d’un artiste ulcéré par les dérives politiques de son temps. Johnny Clegg était un combattant attachant, épris de justice et toujours respectueux des différences culturelles de ses contemporains. Converser avec cet homme de cœur faisait réfléchir et, parfois, nous interrogeait sur nos propres responsabilités de citoyen.

© Alliance/DPA
Apparition surprise de Mandela lors d'un concert de Johnny Clegg à Francfort en 1997.

 

Lors de l’entrevue qu’il nous accorda en mai 2010 à RFI, nous sentions, derrière son sourire éclatant, sa vigilance face aux défis que le XXIème devait relever. Il percevait la fragilité de la nation arc-en-ciel. Nous nous souviendrons longtemps de cette mise en garde lancée à notre micro : "Il manque encore des couleurs à cette nation arc-en-ciel !". Gageons que son esprit libre suscitera l’examen de conscience en chacun de nous…

Facebook/Twitter édition