Blues, Gospel, Negro Spirituals, Jazz, Rhythm & Blues, Soul, Funk, Rap, Reggae, Rock’n’Roll… l’actualité de la musique fait rejaillir des instants d’histoire vécus par la communauté noire au fil des siècles. Des moments cruciaux qui ont déterminé la place du peuple noir dans notre inconscient collectif, une place prépondérante, essentielle, universelle ! Chaque semaine, l’Épopée des musiques noires réhabilite l’une des formes d’expression les plus vibrantes et sincères du XXème siècle : La Black Music ! À partir d’archives sonores, d’interviews d’artistes, de producteurs, de musicologues, Joe Farmer donne des couleurs aux musiques d’hier et d’aujourd’hui.

Réalisation : Nathalie Laporte
Retrouvez la playlist de l'Épopée des musiques noires sur Deezer

 

En savoir plus sur l'émission, les horaires, le calendrier ... En savoir plus sur l'émission

Joyeux centenaire, Hal Singer !

Hal Singer en concert dans les années 1970. © Collection Gilles Pétard

Dans L’épopée des musiques noires, les grandes figures ne sont pas nécessairement celles que l’on perçoit dans la lumière des projecteurs. Nombre de musiciens talentueux ont accompagné l’ère du temps sans fanfaronner. Ils ont été les serviteurs d’un art qu’ils ont défendu corps et âme pendant des décennies. L’un d’eux s’appelle Hal Singer. Il est saxophoniste. Il vit le jour le 8 octobre 1919 à Tulsa (Oklahoma). Ce précieux témoin et acteur du XXe siècle partagea la scène avec Duke Ellington, Billie Holiday, Coleman Hawkins…

Au cœur des années 1940, Hal Singer est un jeune jazzman de 25 ans qui écume les clubs de la 52e rue à New York aux côtés des stars d’alors, Dizzy Gillespie, Roy Eldridge, Don Byas, Red Allen, et quelques autres… Cette flopée de joyeux drilles fait bouillonner le be-bop comme pour échapper à un contexte social particulièrement difficile notamment lorsqu’on a le malheur d’être un Noir dans une Amérique ségrégationniste. 1948 est une excellente année pour Hal Singer. Il entre dans l’orchestre de Duke Ellington. Fort de cette notoriété nouvelle, il enregistre son premier disque sous son nom Cornbread. Le succès est tel qu’il monte son groupe de rhythm & blues et, pendant 10 ans, tourne dans le monde entier. Hal Singer surfe alors sur une humeur nouvelle qu’on appellera bientôt le rock’n roll. Mais pour le moment, cette musique de "nègre", comme on le disait à l’époque, doit rester à sa place et n’est diffusée que sur les radios de la communauté noire. Qu’à cela ne tienne, Hal Singer est confiant et ses nombreux contrats discographiques le hissent au rang des saxophonistes les plus réputés. Billie Holiday, Big Joe Turner ou Ray Charles ne cachent pas leur fierté d’être accompagnés par ce jeune homme plein d’avenir.

© Azzurra Music
Les derniers albums de Hal Singer.

 

Les années passent, Hal Singer est constamment sur scène réclamée par Coleman Hawkins, Dinah Washington, Wilson Pickett, Dexter Gordon et tant d’autres… Si la période est faste professionnellement, les assauts répétés d’une Amérique raciste égratignent chaque jour davantage l’enthousiasme du musicien. Il comprend vite qu’il doit mener de front deux carrières parallèles pour exister dans cette société inégalitaire. Il sera un accompagnateur accompli et un chef d’orchestre valeureux. Au milieu des années 70, Hal Singer réalise que son salut viendra d’ailleurs, hors des États-Unis. Alors, il tourne sans cesse aux quatre coins de la planète. Asie, Amériques, Europe, Afrique, Océanie, il s’enrichit de ses nombreuses rencontres et s’il semble s’épanouir en compagnie de jeunes musiciens, il se fait aussi un devoir de leur transmettre l’héritage de l’ancien qu’il est devenu, un vétéran trop heureux de pouvoir, à son tour, offrir en musique à sa descendance le fruit de son expérience et les récits d’une histoire vécue. Ainsi, lorsque l’on évoque en sa compagnie les grandes figures d’antan, son visage s’éclaire soudain et les photos jaunies de sa jeunesse reprennent les couleurs. Il adaptera d’ailleurs, en 2002, le classique In a Sentimental mood immortalisé, 40 ans plus tôt, par deux de ses héros, Duke Ellington et John Coltrane.

Hal Singer a continué à se produire à un âge très avancé. À 90 ans, il était encore en studio avec le saxophoniste David Murray pour enregistrer l’album Challenge. Tant que sa force vitale le lui permettait, il voulait poursuivre sa route même s’il commençait à faire le bilan d’une très longue aventure artistique. Rares sont les musiciens à avoir traversé un siècle de musique. Hal Singer est l’un d'eux et lorsque l’on pioche dans son imposante discographie, c’est toute l’histoire du jazz qui rejaillit !

Happy 100th Birthday Mister Singer !

→ Site internet de Hal Singer

© Fontana / King Records // Classics / Nocturne / Monumental Recording
Les classiques de Hal Singer à redécouvrir.

Facebook/Twitter édition