Blues, Gospel, Negro Spirituals, Jazz, Rhythm & Blues, Soul, Funk, Rap, Reggae, Rock’n’Roll… l’actualité de la musique fait rejaillir des instants d’histoire vécus par la communauté noire au fil des siècles. Des moments cruciaux qui ont déterminé la place du peuple noir dans notre inconscient collectif, une place prépondérante, essentielle, universelle ! Chaque semaine, l’Épopée des musiques noires réhabilite l’une des formes d’expression les plus vibrantes et sincères du XXème siècle : La Black Music ! À partir d’archives sonores, d’interviews d’artistes, de producteurs, de musicologues, Joe Farmer donne des couleurs aux musiques d’hier et d’aujourd’hui.

Réalisation : Nathalie Laporte
Retrouvez la playlist de l'Épopée des musiques noires sur Deezer

 

En savoir plus sur l'émission, les horaires, le calendrier ... En savoir plus sur l'émission

The Black Pumas, Soulmen d’hier ou d’aujourd’hui?

Éric Burton et Adrian Quesada prêts à rencontrer le public français. © Christian Rose

Depuis que Charles Bradley, Sharon Jones ou Lee Fields ont réanimé la Soul-Music d’antan, la tentation de surfer sur cette humeur surannée ne fléchit pas. Les Black Pumas ont cependant réussi à actualiser un genre profondément inscrit dans "L’Épopée des Musiques Noires".

Si l’on entend clairement l’écho d’un Sam Cooke ou d’un Al Green dans la voix d’Éric Burton (le charismatique chanteur des Black Pumas), son alter ego, le producteur et guitariste Adrian Quesada, a trouvé le moyen de moderniser une interprétation qui aurait pu rapidement s’embourber dans une relecture d’un patrimoine désuet. Ces deux jeunes intrépides se sont rencontrés à Austin dans le Texas où ils ont imaginé un concept périlleux tant l’écueil de ressusciter le passé est grand. Plusieurs obstacles se sont, d’ailleurs, dressés face à leur inspiration débridée.

© Christian Rose
The Black Pumas de passage à Paris.

Inventer une nouvelle musicalité Soul sans se fourvoyer est déjà un sacré défi, mais se lancer dans une telle aventure, au beau milieu d’un État américain historiquement enraciné dans le blues électrique, devient une vraie gageure. Comment se faire entendre et se distinguer quand les riffs de guitare incandescents sont la norme au pays des bottes crottées ? Il faut croire que cette interrogation n’a pas longtemps pollué l’esprit créatif de nos deux trublions. Certes, quelques réminiscences d’antan nous caressent les oreilles, mais leurs mots et leurs notes échappent à toutes catégories. Il suffit d’écouter "Colors", "Fire" ou "Black Moon Rising" pour s’en convaincre.

© Christian Rose
Éric Burton et Adrian Quesada à RFI.

L’écriture est la clé de ce duo plutôt futé dont l’engagement citoyen n’est jamais ostensiblement imposé. L’intelligente poésie musicale des "Black Pumas" peut être lue, entendue, de mille manières. Certains y percevront des accents revendicatifs, d’autres, de simples chansons d’amour. C’est là, la force de ces jeunes Soulmen : rendre universel l’acuité d’un regard critique sur notre XXIème siècle. Dans les années 70, les artistes du label Motown se reposaient sur de fins paroliers et producteurs pour mobiliser leur auditoire et commenter leur quotidien. Éric Burton et Adrian Quesada ont déjà ce talent. Ils susurrent délicatement un message que leurs premiers admirateurs sauront forcément comprendre.

Il ne leur reste plus qu’à nourrir l’élan populaire qui épouse aujourd’hui leur succès naissant. Le concert parisien du 8 novembre 2019 à La Boule Noire sera peut-être leur sésame…

Le site des Black Pumas

© Pias France
Pochette du premier album des Black Pumas.

Facebook/Twitter édition