Blues, Gospel, Negro Spirituals, Jazz, Rhythm & Blues, Soul, Funk, Rap, Reggae, Rock’n’Roll… l’actualité de la musique fait rejaillir des instants d’histoire vécus par la communauté noire au fil des siècles. Des moments cruciaux qui ont déterminé la place du peuple noir dans notre inconscient collectif, une place prépondérante, essentielle, universelle ! Chaque semaine, l’Épopée des musiques noires réhabilite l’une des formes d’expression les plus vibrantes et sincères du XXème siècle : La Black Music ! À partir d’archives sonores, d’interviews d’artistes, de producteurs, de musicologues, Joe Farmer donne des couleurs aux musiques d’hier et d’aujourd’hui.

Réalisation : Nathalie Laporte
Retrouvez la playlist de l'Épopée des musiques noires sur Deezer

 

En savoir plus sur l'émission, les horaires, le calendrier ... En savoir plus sur l'émission

Shirley Caesar, une reine du gospel à Paris

Shirley Caesar sur la scène du Grand Rex à Paris, le 26 octobre 2019. © Pascal Vicart/Gospel Festival de Paris

Le 26 octobre 2019, pour la toute première fois de sa carrière, la reine du gospel américain, Shirley Caesar, se produisait à Paris. L’invitation fut à la hauteur de l’évènement. Un chœur de 130 voix accompagnait la fringante octogénaire lors de la 16ème édition du Gospel Festival de Paris au Grand Rex.

Née en 1938, en Caroline du Nord aux États-Unis, Shirley Caesar est le symbole de cette foi inébranlable qui anime la communauté noire outre-Atlantique depuis des siècles. Issue d’une famille pieuse et modeste, elle a bravé courageusement les obstacles d’une société raciste pour devenir cette femme respectée qui peut s’enorgueillir aujourd’hui de côtoyer les grands de ce monde, les têtes couronnées et les plus hauts dignitaires de la planète. Elle s’est vue honorée de 12 Grammy Awards depuis le début de sa carrière, et a même son étoile sur le fameux "Walk of Fame" de Los Angeles.

Dans les coulisses du Grand Rex, l’un des temples du music-hall parisien classé monument historique depuis 1981, l’excitation était à son comble. Accueillir la "First Lady of Gospel" était pour les choristes, musiciens, techniciens et organisateurs, un enjeu artistique de taille. Les répétitions devaient être précises, sérieuses et rigoureuses. Après deux bonnes heures d’harmonies vocales, le travail de sonorisation semblait convenir à la cheffe de chœur, Isabelle Voitier, et à l’ensemble de cette chorale imposante nommée "Total Praise Mass Choir". Au milieu du public et derrière la scène, nos micros ont suivi cette vibrante soirée œcuménique.

© Pascal Vicart/Gospel Festival de Paris
La chanteuse américaine Karen Clark Sheard et la cheffe de choeur Isabelle Voitier, lors du Gospel Festival de Paris 2019.

Quelques invités de marque ont brillé devant la centaine de voix qui les soutenaient fort mélodieusement. Il y avait évidemment Shirley Caesar elle-même, invitée d’honneur, mais aussi Karen Clark Sheard, chanteuse américaine peu connue en France, mais dont la tessiture rappelait furieusement celle de la regrettée Whitney Houston. Les spectateurs furent aussi enchantés de retrouver sur scène Marcel Boungou, leader des Palata Singers, ce légendaire quatuor congolais dont on espère une renaissance prochaine. Inutile de préciser que la félicité se lisait sur les visages, autant dans les loges que dans la salle de spectacle, lorsque Shirley Ceasar vint parrainer, devant un foule très enthousiaste, le "Gospel Festival de Paris 2019".

Cette grande dame pourrait légitimement être quelque peu blasée tant sa destinée fut riche et prestigieuse, mais la routine n’existe pas dans sa vie. Elle se plaît d’ailleurs à évoquer les évènements auxquels elle prit part tout au long de son existence… " Il y a quelques années, je me suis produite en Afrique de l’Ouest. J’ai chanté devant 300 000 personnes. Je n’oublierai jamais cette expérience mais je dois reconnaître que le concert à Paris avec "Total Praise Mass Choir" fait désormais partie des 10 plus grands évènements auxquels j’ai pu participer ".

Le site du Gospel Festival de Paris

© Pascal Vicart/Gospel Festival de Paris
Marcel Boungou devant le public du Grand Rex à Paris.

Facebook/Twitter édition