Blues, Gospel, Negro Spirituals, Jazz, Rhythm & Blues, Soul, Funk, Rap, Reggae, Rock’n’Roll… l’actualité de la musique fait rejaillir des instants d’histoire vécus par la communauté noire au fil des siècles. Des moments cruciaux qui ont déterminé la place du peuple noir dans notre inconscient collectif, une place prépondérante, essentielle, universelle ! Chaque semaine, l’Épopée des musiques noires réhabilite l’une des formes d’expression les plus vibrantes et sincères du XXème siècle : La Black Music ! À partir d’archives sonores, d’interviews d’artistes, de producteurs, de musicologues, Joe Farmer donne des couleurs aux musiques d’hier et d’aujourd’hui.

Réalisation : Nathalie Laporte
Retrouvez la playlist de l'Épopée des musiques noires sur Deezer

 

En savoir plus sur l'émission, les horaires, le calendrier ... En savoir plus sur l'émission

Girma Bèyènè, le film de sa vie…

Pierre Guillaux-Lux et Eric Rebut, heureux de présenter «L’épopée» de Girma Bèyènè à RFI. © Christian Rose

Alors que son inspiration semblait tristement somnoler, le chanteur et pianiste éthiopien, Girma Bèyènè, retrouva les faveurs du public en 2015, après 25 ans d’absence scénique.

Ce retour en grâce, voulu par le producteur français Francis Falceto, est le scénario d’un film émouvant signé Éric Rebut et Pierre Guillaux-Lux. Ces deux cinéastes éclairés ont suivi pendant de longs mois la renaissance d’une légende vivante mue par un lien éternel avec sa regrettée bien-aimée.

Girma Bèyènè doit beaucoup au groupe français Akalé Wubé qui a magnifié son répertoire grâce à un savoir-faire et une tonalité jazz-funk cuivrée irrésistible. Certes, le talent de notre fringant septuagénaire ne doit pas être minimisé mais reconnaissons que les arrangements mélodieux de ses accompagnateurs ont largement contribué à son retour dans le feu des projecteurs. Il s’agit d’ailleurs de l’une des premières séquences du documentaire « My Beautiful Girma » qui narre l’épopée d’un homme simple dont on observe, pendant 52 minutes, la lente résurrection artistique.

© Christian Rose
Pierre Guillaux-Lux et Eric Rebut au micro de Joe Farmer.

 

C’est lors d’une brève prestation improvisée pour l’association Bourgeons, qui œuvre pour la scolarisation des enfants en Éthiopie, que Girma Bèyènè vibrera à nouveau devant un public enthousiaste. Ce moment fugace sera déterminant et l’encouragera à remonter sur les planches. Ainsi, un quart de siècle après avoir renoncé à sa vie de musicien, Girma Bèyènè trouvera la force de croire en son avenir. De Washington à Addis-Abeba, c’est une romance qui rejaillit sous l’œil attendri d’une caméra pudique. Si le contexte géopolitique des années 70 et 80 en Éthiopie pénalisa l’instrumentiste contraint de s’exiler aux États-Unis, l’amoureux transi, le mari éploré, le père bienveillant et le crooner insatiable résisteront à l’érosion du temps.

C’est ce portrait que dessinent les deux réalisateurs, Éric Rebut et Pierre Guillaux-Lux, à travers ce voyage transatlantique frissonnant. Cette destinée unique captive et fascine. La dernière image de ce film haletant est la récompense espérée d’une vie bousculée. Devant un chœur de collégiens appliqués de Seine-Saint-Denis, Girma Bèyènè peut, en musique, se retourner sur son passé malmené et dignement affronter le présent, entouré de ses amis, Mahmoud Ahmed et Eténèsh Wassié. Le temps a fait son œuvre…

Avant de découvrir, bientôt sur les écrans de France et de Navarre, cette épopée palpitante, écoutez donc l’album de Girma Bèyènè et Akalé Wubé, né durant le tournage. Il s’agit du 30eme volume de la série « Ethiopiques » intitulé « Mistakes on Purpose » paru en 2017.

© Buda Musique

 

Facebook/Twitter édition