Blues, Gospel, Negro Spirituals, Jazz, Rhythm & Blues, Soul, Funk, Rap, Reggae, Rock’n’Roll… l’actualité de la musique fait rejaillir des instants d’histoire vécus par la communauté noire au fil des siècles. Des moments cruciaux qui ont déterminé la place du peuple noir dans notre inconscient collectif, une place prépondérante, essentielle, universelle ! Chaque semaine, l’Épopée des musiques noires réhabilite l’une des formes d’expression les plus vibrantes et sincères du XXème siècle : La Black Music ! À partir d’archives sonores, d’interviews d’artistes, de producteurs, de musicologues, Joe Farmer donne des couleurs aux musiques d’hier et d’aujourd’hui.

Réalisation : Nathalie Laporte
Retrouvez la playlist de l'Épopée des musiques noires sur Deezer

 

En savoir plus sur l'émission, les horaires, le calendrier ... En savoir plus sur l'émission

Ode à Tommy Flanagan

Tommy Flanagan en concert, lors du Festival de Jazz à Vienne, France, en juillet 1995. © Getty images/David Redfern/Redferns

Tommy Flanagan a été un soliste et un accompagnateur de choix tout au long du XXe siècle. Comme nombre de musiciens afro-américains de cette époque, son statut de virtuose fut quelque peu négligé par une société alors très rétive à reconnaître la valeur de ses plus talentueux artistes issus de la communauté noire. Cet instrumentiste discret n’en était pas moins un géant du jazz qui fit paraître des dizaines d’albums sous son nom et répondait avec grâce aux sollicitations de personnalités comme Ella Fitzgerald, Coleman Hawkins, Sonny Rollins, ou John Coltrane. Tommy Flanagan aurait fêté son 90e anniversaire, le 16 mars 2020.

Raconter l’histoire de Tommy Flanagan nous impose de remonter dans le temps, à une époque où les big bands de l’ère swing rythment le quotidien des citoyens américains. Nous sommes alors dans les années 30 et Thomas Lee Flanagan, dit Tommy, voit le jour à Détroit dans le Michigan. La future capitale de la Soul-Music n’a pas encore fait sa révolution artistique et Motown Records n’existe pas dans le paysage musical de cette grande ville du nord des États-Unis. Pour autant, le petit Tommy a déjà les oreilles bien ouvertes et sa curiosité naïve nourrit un don encore immature pour l’harmonie et la mélodie. Il ne le sait pas encore, mais il a en lui des prédispositions pour l’art et la musique, en particulier. C’est à l’adolescence que se révèleront ses talents d’interprète.

© Lone Hill Jazz
L’anthologie de Tommy Flanagan, parue en 2008.

 

De 1956 à 1998, Tommy Flanagan n’a cessé d’enregistrer et de se produire aux quatre coins de la planète. Bien qu’il représenta pour nombre de ses admirateurs un gardien de la tradition, il ne voulait pas être figé dans un genre, un style, une catégorie, qui n’avait pas de sens à ses yeux. Si l’on ne connaît pas l’histoire du jazz, sa musique peut paraître savante et difficile d’accès, mais Tommy Flanagan ne s’en souciait guère. Il faisait confiance à l’ouverture d’esprit de ses contemporains et considérait, à juste titre, que le frisson pouvait survenir à tout moment. Il suffisait seulement de se laisser porter par l’émotion.

Comme son aîné Hank Jones, Tommy Flanagan a eu le privilège d’accompagner la grande Ella Fitzgerald. Certains enregistrements témoignent d’ailleurs de ses prestations prestigieuses et parfois acrobatiques. Prendre des risques, se renouveler est une exigence pour tout improvisateur de talent. L’écueil est de se répéter et de stagner. La nostalgie n’est jamais une source de progrès. Tommy Flanagan le savait et, même si les souvenirs d’un âge d’or du jazz lui trottaient dans la tête, car il en fut l’un des fervents contributeurs, il tenait sans cesse à se remettre en question pour ne pas être dépassé.

Parmi les héritiers de Tommy Flanagan, on peut citer Kenny Barron. Cet autre excellent pianiste, originaire de Philadelphie, naquit en 1943 et s‘est très tôt inspiré de jeu de son illustre prédécesseur. Le 6 décembre 1978, il eut le bonheur d’enregistrer un album avec son chaperon. Ce disque, intitulé "Together", est désormais un classique du jazz.

© Polygram
Le clin d’œil de Tommy Flanagan à son illustre partenaire, Ella Fitzgerald.

 

20 ans plus tard, en 1998, une autre personnalité pleine d’admiration pour Tommy Flanagan aura le privilège de partager plusieurs heures de studio avec son héros. Elle s’appelle Michèle Hendricks, elle est chanteuse, et voulait à l’époque saluer la mémoire de l’illustre Ella Fitzgerald, disparue quelques mois plus tôt. Logiquement, elle se tourna vers celui qui fut son pianiste pendant tant d’années. Le Maestro se fit désirer, mais accepta finalement ce challenge discographique. Il aura fallu presque deux décennies pour que l’on découvre cet enregistrement unique de Michèle Hendricks en compagnie de Tommy Flanagan. Cet album, "A little bit of Ella, Now & Then", parut en 2016 et reçut le prix du meilleur disque de jazz vocal décerné par l’académie du jazz à Paris. En écoutant ces séances de studio, on réalise à quel point Tommy Flanagan maîtrisait l’art de l’improvisation. Quels que soient les changements de tonalités, de rythmes, d’harmonies, il parvenait toujours à s’adapter.

Michèle Hendricks peut légitimement s’enorgueillir d’avoir enregistré un album entier avec Tommy Flanagan. Ce grand artiste a marqué une génération entière de musiciens et d’amateurs de belle musique. On est d’ailleurs en droit de se demander si la relève est assurée. La disparition progressive des virtuoses d’antan nous interroge sur la valeur des pianistes actuels. Ont-ils le toucher, la maturité, l’expérience qui requiert l’excellence pianistique. Tommy Flanagan, à la fin de sa vie, s’inquiétait du peu d’intérêt des jeunes pour son art. Ses doutes sont aujourd’hui contredits par l’avènement d’une génération d’instrumentistes vraiment talentueux, les Christian Sands, Alfredo Rodriguez, Harold Lopez Nussa, Roberto Fonseca, Thomas Enhco, Grégory Privat, et quelques autres, qui ont su s’inspirer du patrimoine de leurs aînés pour imprimer leur identité sonore dans la grande et riche histoire du jazz. Mais que le présent ne nous interdise pas de célébrer les icônes du passé. Tommy Flanagan fut, sans nul doute, un pilier de la culture afro-américaine et un modèle pour nombre de ses disciples.

© Cristal Records
Michèle Hendricks rend hommage à Ella Fitzgerald en présence de Tommy Flanagan.

Facebook/Twitter édition