1. James Chance

Rencontre avec James Chance, figure clé du mouvement no wave.

Saxophoniste, James Chance incarnerait mieux que nul autre le jazz des années 80 avec un mélange explosif de free jazz, de funk et de punk : il serait un mix de James Brown, d'Iggy Pop et du saxophoniste expressif, Albert Ayler. A la tête, au milieu des seventies, d'un mouvement musical éphémère post-punk appelé, no wave, que Brian Eno a mis à l'honneur en 1978, dans une compilation culte : «No New York». Jamais reconnu par les amateurs de jazz, il a une réputation de hargneux : il n'est pas rare qu'il bastonne le public du premier rang. Tout commence à la fin des années 1970, à New York. James Chance joue alors avec Lydia Lunch, au sein de Teenage Jesus and the Jerks. Viré du groupe, il en profite pour monter James Chance and the Contortions. Viendra ensuite le projet qu’il considère comme sa vision d’une dance music commerciale : James White and the Blacks. Laurence Aloir l'a rencontré à l'occasion de la sortie de son nouvel album «The Fix is in».

le myspace de james chance