Angola, Cap-Vert et Guinée-Bissau: quand les musiques sonnent le glas de la colonisation de l’Afrique lusophone

Os Tubaroes 1976 (Os Tubaroes) et Bonga 72 (Bonga). © Os Tubaroes / Bonga

Il y a quarante-cinq ans, en 1974, la Révolution des Œillets au Portugal sonnait le glas de la dictature et du même coup, celui de son empire colonial. Le pays et sa jeunesse étaient épuisés par les guerres contre les mouvements indépendantistes du Cap-Vert et de la Guinée-Bissau, du Mozambique et de l’Angola.
Cette décennie troublée fut aussi riche des musiques qui ont accompagné, à mots couverts puis à grands coups de slogans, les luttes de libération et leurs triomphes. Une période qui continue d’ailleurs d’inspirer les artistes.

 

© SMD
Super Mama Djombo.

 

Avec les témoignages de José da Silva, producteur de Césaria Evora et fondateur du label Lusafrica, du chanteur angolais Bonga, des membres du groupe Super Mama Djombo de Guinée Bissau, du groupe Os Tubarroes du Cap-Vert, et du pianiste cubain Omar Sosa, envoyé avec les troupes cubaines en Angola.

 

© RFI/Laurence Aloir
José da Silva, posant devant une photo de Césaria Evora, immortalisée par Youri Lenquette, Maputo mai 2018.

 

Programmation
Super Mama Djombo
Pamparida
Césaria Evora Sodade
Ze Carlos Schwartz Dju di Galinha
Mario Lucio Diogo e Cabral
Orchestra Baobab Cabral
Super Mama Djombo Sol Maior para Comandante
Amalia Rodriguez Grandola-Vila Morena (José Zeca Afonso)
Os Tubarroes Levanta Braço
Bonga Balumukeno
Duo Misoso Tchi Kolonia
Santos Junior Athu Um Njila
Artur Nunes Mana

 

© Cabral
Amilcar Cabral.

 

Vidéo Césaria Evora Sodade

Vidéo Super Mama Djombo Sol Maior Para Comandante 17 minutes !

 

© RFI/Vladimir Cagnolari
Statue de Diogo Gomes, Praia, Cap Vert.

Facebook/Twitter édition

Les Archives

  • 1
  • 2
  • 3
  • 1
  • 2
  • 3