Session live avec Giovanni Ceccarelli et Tiwayo, blues & bossa

Tiwayo "Gypsy Soul" ; Giovanni Ceccarelli et Daniele di Bonaventura "Eu Te Amo - Tribute to Tom Jobim". © Blue Note/Bonsaïc Music

Tiwayo Cd The Gypsy Soul of Tiwayo
En 2017, Tiwayo a osé provoquer le destin en contactant le réalisateur qui lui semblait être idéal pour passer le cap du premier album. Mark Neill (Grammy Awards en 2011) a immédiatement été séduit. Deux mois plus tard, il vivait son rêve américain et enregistrait en seize pistes dans le sud des États-Unis. À Memphis, il y a plusieurs années, lors d’une jam, on lui avait donné son surnom : The Young Old, car sa voix n’a pas d’âge. Tiwayo est la retranscription française de ces initiales : TYO. Pendant l’enregistrement du disque, lorsque les musiciens ont essayé de définir sa musique, le terme Gypsy Soul a été une évidence. Gypsy ? Sans ancrage, bohème. Elle aurait beaucoup voyagé, à travers les lieux, les mondes, les époques, les sons, elle transcende les influences. C’est cette définition qui convient le mieux à Tiwayo et qui donne son titre à l’album.

- Site de Tiwayo

- Vidéo Wild de Tiwayo

 

© RFI/Laurence Aloir
Tiwayo à RFI.

 

Giovanni Ceccarelli Cd Eu Te Amo (The Music of Tom Jobim)
Le projet autour du répertoire du compositeur brésilien Tom Jobim est un dialogue entre un bandonéon et un piano. Quelques invités de marque sont invités sur l’album : Ivan Lins, Jaques Morelenbaum et Camille Bertault.

- Site de Giovanni Ceccarelli

- Site Daniele Di Bonaventura

- Trailer Ceccarelli et Bonaventura

© RFI/Laurence Aloir
Giovanni Ceccarelli et Tiwayo à RFI.

 

Morceaux interprétés
Live 1 Tiwayo A place to call my own
Live 2 Giovanni Ceccarelli Eu Nao Existo Sem Voce

Cd Tiwayo Rise Up & Shine
Live 3 Giovanni Ceccarelli Imagina
Live 4 Tiwayo Wild

Cd Daniele Di Bonaventura et Giovanni Ceccarelli Brigas, nunca mais avec Ivan Lins (Joao Gilberto, Ellis Regina)
+ Cd Inna de Yard & Cedric Myton Row Fisherman

Musiciens
Giovanni Ceccarelli
, piano
Rémi Sztern (Tiwayo), guitare, voix.

© RFI/Laurence Aloir
Giovanni Ceccarelli à RFI.

Facebook/Twitter édition