Hommage à Tony Oladipo Allen 1940-2020

Tony Allen. © Blue Note

Tony Allen est mort jeudi 30 avril à Paris, après avoir fait un malaise dans l’après-midi. Il avait 79 ans. Éric Trosset, son manageur lui dit : « Tes yeux voyaient ce que la plupart des gens ne pouvaient pas voir. Tu es la personne la plus cool sur terre. Comme tu disais souvent : la fin n’existe pas. »

Pour rendre lui hommage, nous rediffusons une session live enregistrée en 2014 en compagnie de l’artiste argentin Raul Barboza. Le gentleman drumler sortait Film Of Life.

© RFI/Laurence Aloir
Tony Allen et Raùl Barboza à RFI.

Tony Allen est né en 1940 à Lagos au Nigéria. Figure essentielle de la scène de Lagos, Tony Allen rencontre Féla Kuti, et l’aventure démarre Koola Lobitos. De retour d’une tournée aux USA en 69, les deux musiciens posent les fondations de l’afrobeat : mélange de rythmes yorubas et de jazz et de funk américain. Mais le musicien, c’est Tony Allen. Après 15 années passées avec Féla, notamment avec Africa 70, le batteur de génie s’en va.

© Knitting Rd
Africa 70.

Et c’est entre Paris et Londres qu’il rencontre Damon Albarn (Blur, Gorillaz) et la carrière solo de Tony Allen démarre. Musicien très courtisé, il croisera le père de la techno de Détroit Jeff Mills, Doctor L, The Good The Bad & The Queen. Après un hommage récent à Art Blakey & The Jazz Messengers, Tony Allen venait de sortir l’album Rejoice fruit d’une session extraordinaire en 2010 avec le trompettiste sud-africain Hugh Masekela (disparu en 2018).

 

© Brett Rubin & Bernard Benant
Tony Allen et Hugh Masekela.

Charlotte Gainsbourg, Sébastien Tellier, Grace Jones, Oumou Sangaré ont goûté son délicat jeu de batterie.

Rest in Power Maestro.

 

© RFI/Laurence Aloir

 

(Rediffusion du 1er novembre 2014)

Facebook/Twitter édition