Festival Les Suds, reportage à Arles 16-18 juillet 2020 (Partie 1)

Birds On A Wire. © Florent Gardin

Les Suds, à Arles ont bien eu lieu ! 
Pour sa 25ème édition, le festival Les Suds à Arles s’est adapté à la situation exceptionnelle liée à la pandémie, en proposant une version écourtée sur 3 jours, avec en tête d’affiche : Birds On a Wire, Sirventès, Ballaké Sissoko et Vincent Segal.

 

Voici l’édito des Suds 

La 25ème édition du festival telle que nous l’avions élaborée, avec ses Soirées Suds au Théâtre Antique, ses Nuits des Forges au Parc des Ateliers, ses Moments Précieux Cour de l’Archevêché, ses Stages & Master Classes… n’aura pas lieu. Pas sous cette forme, le contexte sanitaire ne le permet toujours pas.
Nous ne pouvions cependant nous résoudre à l’idée que les musiques du monde, dont nous portons les couleurs et les valeurs depuis 1996, ne résonnent pas à Arles cet été. Particulièrement cet été, alors qu’un mouvement civique d’une ampleur sans précédent interroge la place que nos sociétés offrent à l’altérité, et alors que la crise sanitaire que nous subissons impose la nécessité de penser la solidarité et l’éco-responsabilité comme une urgence.
L’équipe des SUDS, grâce aux encouragements du public, à la complicité des artistes et au soutien de ses partenaires, a pu inventer une édition singulière, une édition qui, tout en s’adaptant aux contraintes, nous permettra de nous retrouver, d’échanger, de goûter le bonheur de la musique en partage… Concerts aux Alyscamps et à l’Espace Croisière, Apéros découverte et Siestes musicales à l’Espace Van Gogh, Salons de musique, projections, plateaux radio… cette édition exceptionnelle sera fidèle à l’esprit de convivialité et d’exigence qui ont forgé l’identité du festival !

© Florent Gardin
Sirventès.

Nos invités : Marie José Justamond, présidente des Suds, Stéphane Krasniewski, directeur artistique des Suds, Rosemary Standley (chant) et Dom La Nena (chant et violoncelle) du duo Birds On A Wire et Sirventès, avec Manu Théron (chant), Grégory Dargent (oud) et Étienne Gruel (percussions). 

Birds On Wire s’est formé en 2012 autour de Rosemary Standley, la voix de Moriarty et la violoncelliste Dom la Nena. Le duo vient de sortir un nouvel album « Ramages » avec des reprises allant de Fauré à Violeta Parra.

© Florent Gardin
Birds On A Wire aux Alyscamps.

Sirventès et les Poèmes médiévaux avec Manu ThéronÉtienne Gruel et Gregory Dargent.

Présent dès les premiers balbutiements du Trobar (la poésie des troubadours), le sirventés est de style contestataire : il décrit sans ménagement les violences de son siècle, la stupidité des puissants et la fugacité des sentiments humains. Au cliché réduisant le troubadour à un amant éploré réfugié dans sa tour d’ivoire, le sirventés oppose l’image d’un poète-musicien qui brocarde les princes, moque l’Église, pris avec ses contemporains dans les tourments et la guerre.
Les trois musiciens ont choisi de respecter, en les développant ou en s’en inspirant, les mélodies originales, consignées à la fin du XIIIème siècle par les  derniers troubadours. Ils mettent à profit leurs expériences respectives, accumulées lors de rapprochements - utopiques ou avérés - entre les musiques orientales et occidentales, populaires et savantes, anciennes et contemporaines, pour explorer toutes les potentialités de la monodie occitane médiévale. Coutumiers de la digression et de l’improvisation, ils proposent aussi une réponse courtoise, immodérée et surtout inattendue à ceux qui savent, comme nos troubadours, ce que la musique et la poésie peuvent pour atténuer l’absurdité du monde (album chez Accords Croisés).

© Florent Gardin
Sirventès.