Entretien Natacha Atlas, #SessionLive Anna Majidson, de la méditation à la mandoline

Natacha Atlas (Samir Bahrir) et Anna Majidson (Karolina Sophie). © Samir Bahrir / Karolina Sophie

Natacha Atlas présente son nouvel album The Inner & The Outer (Wise Music Publishing 2021).

Comme pour de nombreux artistes, le monde de Natacha Atlas s'est figé en mars 2020. Elle qui devait présenter au monde et sur scène son dernier album Strange Days paru en novembre 2019, un titre particulièrement annonciateur de la situation que nous vivons toutes et tous actuellement, s’est vue confinée en plein vol. The Inner & The Outer est une réflexion mais aussi une réponse au bouleversement que notre monde vit depuis de longs mois.

Cela faisait longtemps que Natacha voulait revenir aux musiques électroniques, parallèlement à ses multiples expérimentations dans le jazz et les musiques arabes. Longtemps qu’elle voulait explorer d’autres manières de partager avec les artistes qu’elle aime. Il n’est certes pas surprenant qu'elle ait voulu travailler sur ce projet avec Samy Bishai, son partenaire musical (et de vie) depuis plus de dix ans. Compositeur, musicien et arrangeur brillant, ce dernier évolue avec une aisance incroyable entre les mondes de la pop, de la world, de l'électronique, du jazz, de la musique classique ou arabe. Samy a toujours navigué à la pointe de la musique électronique et sa sensibilité lui a permis d’appréhender la conception sonore et la programmation de l’EP en totale harmonie avec l’univers de Natacha.

Tout a commencé avec The Outer, réaction immédiate à ce qui tombait sur le monde, traduction directe des émotions ressenties, collectivement et personnellement. Manifestations de peur, de méfiance, de colère, d’inconfort dans un monde où l’on ne sait plus faire confiance à ses propres repères. Les sons se font angulaires, inquiétants, dissonants. Avec l’éloignement, le choix de travailler avec le beatboxer Jason Singh sur The Outer était devenu une évidence pour Natacha. Elle connaissait et aimait son travail depuis de nombreuses années et les deux artistes qui s'admirent mutuellement, ont souvent évoqué leur souhait de créer quelque chose ensemble. The Outer a été le parfait point de rencontre. Une expérience tellement intense et enrichissante que Natacha a très vite ressenti le besoin de de créer, d’explorer à nouveau telle une réponse plus mesurée qui transcende l’immédiateté et le trouble.

© Samir Bahir / Atlas
Natacha Atlas (Samir Bahrir) et Atlas cover (Atlas).

 

The Inner est né. Pour Natacha, "The Inner est un état émotionnel et contemplatif qui se tourne vers l’espérance, une révélation, un éveil, qui se connecte à une vérité intemporelle et universelle évoquée par les sages et philosophes à travers le monde et l'histoire". The Inner est un moyen de commencer à apprivoiser ses émotions, une manière de guérir, une manière de se détacher des évènements extérieurs. S’attacher la participation de Yazz Ahmed à ce titre s’est avéré naturelle pour Natacha. Les deux artistes se vouent une vraie admiration depuis des années. Le jeu subtil, presque fragile de la bugliste anglo-bahreïnienne, adepte d’un certain jazz arabe psychédélique apporte beaucoup d’intensité à l’intimité du morceau. Musicalement, ce titre est devenu un morceau aux multiples ramifications, Natacha et Samy n’ont pu s’empêcher de s’aventurer dans des variations et déclinaisons de ce thème.

The Inner Dimension est un écho aux exercices quotidiens de respiration et de méditation de Natacha. Il n'est pas étonnant qu'elle ait toujours voulu s’aventurer dans la création d’une musique plus méditative.

Les remixes Inner Stardust et Inner Sunset résonnent comme l’espoir d’un retour à la normale, un retour à certaines expériences sociales et humaines. On se prend à rêver d’un verre tout en contemplant un coucher de soleil sur un roof top à Los Angeles.

Natacha Atlas, titres joués à l’antenne

The Outer voir le clip 

The Inner

Oum Kalthoum Ghannili Shway Shway

Inner Sunset

The Inner Dimension

© Laurence Aloir/RFI
Anna Majidson à RFI.

 

Puis, nous recevons Anna Majidson dans la #SessionLive qui présente son 1er EP solo Mixtape Telecom feat. November Ultra, Jeune Faune, Noraa, Khieu (Dist. The Orchard 2021).

Échappée du duo R&B Haute, révélé par une session COLORS mémorable fin 2017, l’une des plus visionnées du studio berlinois, la compositrice, chanteuse et multi-instrumentiste franco-américaine Anna Majidson entame un nouveau chapitre de sa carrière.Sur ce premier EP solo, Mixtape Telecom, Anna Majidson révèle une dérive pop charmeuse aux atours plus folk qu’à son habitude, proche de ses racines outre-Atlantique. Sur ce nouveau terrain de jeu, la chanteuse ouvre une parenthèse musicale plus épurée, patiemment affinée, au service d’une musique à la spiritualité et l’émotion jamais feintes.

Au détour d’une année 2020 chaotique, se retrouver dans une bulle de créativité sans idées préconçues aura été l’une des composantes essentielles du quotidien de nombre de musiciens. Anna Majidson ne fait pas exception : dès le printemps 2020, elle s’échappe aux confins d’une campagne anglaise où elle s’appliquera à découvrir patiemment l’instrument au cœur de ce premier EP solo, une mandoline. Comme une transition vers une musique plus légère mais profonde, plus personnelle aussi, c’est armée de cet instrument inusuel dans son espace musical qu’Anna Majidson va composer ce qui deviendra Mixtape Telecom. Une parfaite transition entre la dynamique de groupe au sein de feu son duo Haute et les promesses d’une exploration musicale en solitaire.

© Kévin Aubert
Anna Majidson.

 

Née dans une famille de musiciens, élevée entre la France et les États-Unis dont son père est originaire, Anna s’applique à travailler la basse, la guitare et le piano dès son plus jeune âge, dans la plus pure tradition familiale. En 2014, elle rencontre à Montréal le producteur Blasé, avec qui elle forme le duo Haute. Portés entre autres par leur single Shut Me Down, qui totalise plus de 20 millions de vues sur YouTube, poussés par une session COLORS largement remarquée, tous deux se retrouvent en première partie d’Angèle à l’Olympia au printemps 2019, avant la sortie de leur album éponyme fin 2020. Anna Majidson, de son côté, s’est retrouvée en featuring aux côtés de certaines de ses idoles musicales : Seu Jorge en 2018 et Macy Gray en 2020.

Alternant entre chants anglais et français, à l’image de sa double culture, Anna Majidson va puiser cette fois dans une partie de ses influences américaines, résolument country et bluegrass, pour explorer un son à la direction plus pop qu’avec Haute, où l’esprit d’un R&B au groove proéminent et à la production résolument moderne s’imposait de fait.

 

© Karolina Sophie
Anna Majidson.

 

Sur Mixtape Telecom, Anna Majidson retrouve le sens premier de mélodies charmeuses et d’univers où la nostalgie affleure à chaque recoin de morceaux aux structures tour à tour ingénieuses et évidentes. Dans un geste à la pureté simple recherchée, Anna Majidson accueille les contributions de qualité d’invités internationaux : les Français November Ultra et Jeune Faune, la chanteuse allemande Noraa et l’Américaine Khieu.

Titres interprétés par Anna Majidson à RFI

Wayside Live RFI voir le clip

Dreaming extrait de l’EP Mixtape Telecom

Echo Live RFI voir le clip 

Swim Live RFI

Son Mathias Taylor.

→ vidéo Anna Majidson 

Recorded at the Greasy Records by Marcus Linon With Max Baby ℗ & © C'est la Vie Films.

+ bonus track Kasai Allstars Kasai.