La #Session Live de Julien Jacob pour la sortie de "Talam City"

Julien Jacob. © Brijt Henry

TALAM City est le 6e album de Julien Jacob (AZN/ Inouïe Dist.)

Bienvenue dans la ville imaginaire de l’artiste !

Douze plages composent son nouvel opus.

Douze places de sa ville mystérieuse dont Julien nous propose la découverte sensorielle.

"En chacun de nous se trouve un lieu secret", nous dit-il. "Un lieu où reposent notre passé, nos émotions, nos doutes, nos certitudes, nos joies, nos peines, nos forces et nos faiblesses, notre devenir, notre existence…

Nous visitons souvent ce lieu magique afin d’y trouver le repos, la paix, les réponses à nos questions, l’énergie, l’inspiration… chacun de nous possède en lui sa ville imaginaire.

La mienne se nomme TALAM City !"

Dans son nouvel album, Julien Jacob nous conte sa ville dans sa langue imaginaire. Cette langue qu’il a lui-même créée et qu’il nous chante depuis toujours à travers ses albums. C’est un langage non codé qui s’adresse au cœur plutôt qu’à l’intellect. Chacun, selon sa sensibilité, fait son propre voyage.

Comme à son habitude l’artiste, dans cette nouvelle œuvre, signe la production artistique, joue tous les instruments et nous offre ses multiples voix. Oscillant entre graves et aigus, tour à tour caressante, incantatoire, joyeuse, mélancolique, ferme ou rassurante, sa voix unique et envoûtante nous chante sa ville intérieure.

Tantôt cool, rock, roots, l’univers artistique de Julien Jacob ne connaît pas de frontières !

© Brijt Henry
Julien Jacob "Talam City".

 

Julien Jacob, la biographie

L’histoire de Julien Jacob commence par sa naissance au Dahomey (Bénin). Sa famille quitte l’Afrique quelque temps plus tard, et s’installe avec lui dans le sud de la France. C’est loin de sa terre natale que se poursuit sa route…

Sur le vieil électrophone de son père, craquent souvent des vinyles de jazz, de musiques noires américaines et afro-cubaines. Le jeune Julien se prend très tôt de passion pour la musique.

À 17 ans, il est chanteur dans un groupe de rock et découvre la scène. Ensemble, ils iront même jouer au Golf Drouot, à Paris, mythique salle de concerts de l’époque.

Quelques années après, il quitte le groupe et se consacre à la composition de sa propre musique. Cette étape le verra cheminer vers son identité artistique et sera enrichie de rencontres marquantes, comme celle de David Bowie, en tournée en France… ou cette nuit entière passée en compagnie de Fela et de ses musiciens...

À cette époque, Julien écrit ses textes en français, langue qu’il affectionne et dans laquelle il écrira, plus tard, ses livres.

1995, il s’installe en Bretagne, et publie son premier livre ‘ALORS, SOIS’. Un ouvrage poétique et très personnel qui traduit sa vision spirituelle de la vie. Dans la continuité, il enregistre un 4-titres auto-produit.

C’est à partir de cet enregistrement qu’il révèle au public ce qui sera désormais sa particularité : sa langue imaginaire !

Langue non codée qu’il a lui-même créée. Ses mots, véhiculés par ses multiples voix, ont pour chemin de s’adresser aux coeurs où qu’ils soient sur la planète.

Puis, il sort son premier album et, dès lors, part sur les routes. Pour son quatrième album et ceux qui suivront, il décide de prendre en main la direction artistique de sa musique. Dorénavant, il arrangera chacune de ses oeuvres et jouera lui-même tous les instruments !

Son goût pour l’image, l’amène aussi à composer les bandes originales de films documentaires.

La musique de Julien Jacob ne connaît pas de frontières. À chaque sortie de ses productions, il va rencontrer le public aux quatre coins du monde. Il arpente les scènes du WOMAD festival à Singapour, Australie, Nouvelle-Zélande, Seattle, Reading (UK), Palerme (Sicile), Caceres (Espagne), Las Palmas (Canaries). À la sortie d’un concert Womad à Seattle, Peter Gabriel vient le remercier pour sa prestation. Les Francofolies de Montréal et le Paléo festival de Nyon l’accueillent. Il participe au London Jazz festival. Il fait des premières parties prestigieuses (Suzanne Vega, Cesaria Evora...)

Il sillonne également la France et l’Europe à travers de nombreuses salles. Le chanteur Bobby McFerrin l’invite sur scène pour deux concerts en improvisations vocales dans son BOBBLE opéra au sein du STIMMEN Festival en Suisse…

"Je n’ai pour unique passeport que ma musique. Il est la promesse de multitudes de regards échangés et d’émotions partagées par-delà les frontières. Puisse-t-il n’arriver à expiration qu’après mon dernier souffle !"

Sa marche infatigable passera certainement près de chez vous...

© Laurence Aloir/RFI
Hakim Hamadouche et Julien Jacob à RFI.

 

Titres interprétés lors de la #SessionLive

Amouss Live RFI

Talam City extrait de l’album Talam City

Eve Live RFI

 

Musiciens

Julien Jacob, chant

Hakim Hamadouche, mandole-luth

Son Fabien Mugneret et Benoît Letirant.

 

Playlist de Julien Jacob

Rachid Taha Je suis africain, voir le clip 

Otis Redding Dock of the Bay

The Rolling Stones Under my thumb (album Aftermath 1966) et Brian Jones au marimba

Fela Kuti ITT