Une soirée avec Denis Péan de groupe Lo’Jo pour l’album "Transe de Papier"

Lo’Jo. © Christophe Martin

Notre invité Denis Péan vient présenter le nouvel album de Lo’Jo "Transe de papiervoir le clip.

Pour décrire la musique de Lo’Jo, il faudrait puiser à la fois dans un dico des rythmes du monde et une encyclopédie des harmonies universelles. On y emprunterait des adjectifs comme bigarré, chamanique, polyglotte, épique, on se baladerait de savanes en déserts, de fleuves en océans, de prairies en bitume, il y aurait des rayons de soleil et des nuages de poussière, des senteurs de pluie, des odeurs de feu et des saveurs d’épices, des flonflons et des youyous, des fiestas et des bivouacs.

Pas un fourre-tout sonore, non, plutôt un grand souk acoustique qui proposerait au chaland esbaudi arômes de guinguette et effluves tziganes, valse apache et bamboche rasta, blues berbère et swing africain, rock et danse du ventre, groove et vaudou. Un sacré Bazar Savant avec henné et barbe à papa, muezzins et camelots.

© Christophe Martin / Yotanka
Lo’jo (Christophe Martin) Lo’Jo (Yotanka).

Déjà trente ans que cette angélique tribu angevine promène autour du monde son hétéroclite et éclectique bagage musical. Pas un groupe, plutôt une caravane, un collectif de fieffés bourlingueurs-funambules-globe-trotters ouverts à toutes les expériences, toutes les rencontres. En une douzaine de disques, la bande à Lo’Jo, venue qui du punk, qui du jazz, qui du rock, a exploré autant de directions musicales que de continents. Comme dit Denis Péan, chanteur et parolier, "notre musique est un jardin anarchique qu’on essaie de cultiver pour le rendre à la fois beau et sauvage." 

 

Le temps, c’est vrai, ne semble avoir aucune prise sur ces nomades enracinés. Même si depuis les débuts de l’aventure des musiciens sont venus, d’autres repartis, l’orchestre s’est stabilisé autour de six membres : Denis, donc, poète à chapeau maniant volontiers l’orgue de barbarie ou l’harmonium indien, Nadia et Yamina, les sœurs choristes et muses tourbillonnantes, Richard le virtuose de l’archet, Kham le bassiste et Baptiste le batteur. Le charme aventureux de Lo’Jo, ce sont ces violons aux coups de reins voluptueux, ces cascades de kora agile, ces chœurs féminins virevoltants et ces percussions acrobatiques, "arômes polyrythmiques, petites fleurs pentatoniques", comme ils disent. Et les textes de Denis, mélange de sabir guttural et de poésie à la Robert Desnos, entre fables de griots et aphorismes humanistes, mêlant français, espagnol, arabe, créole ou anglais. Un cocktail envoûtant et généreux qui a forgé leur réputation de Bamako à New York en passant par Sydney, Barcelone ou Athènes, séduit aussi bien Peter Gabriel que le Quarteto Cedron, Justin Adams, producteur de Sinnead O’Connor ou Robert Plant, ex-chanteur de Led Zeppelin.

© RFI/Laurence Aloir
Denis Péan à RFI.

Il y a une demi-douzaine d’années, les Lo’Jo ont été à l’origine du premier Festival du désert qui a accueilli, près de Tombouctou, aux confins du Mali, une flopée de groupes sahariens, nigériens ou mauritaniens, entre autres le bluesman malien Ali Farka Touré, les Tinariwen, rockers berbères ou, justement, le dénommé Robert Plant. Aujourd’hui, la tribu fête trois décennies de pérégrinations soniques et de tribulations harmoniques. Infatigables baladins du monde, troubadours planétaires et planants avec un nouvel album "Transe de papier" sur le label Yotanka, avec les participations de feu Tony Allen et Robert Wyatt.

 

Titres diffusés extraits de l’album "Transe de Papier" :

Pas pareil, Minuscule, Kiosko Feat. Robert Wyatt, Transe de Papier et Permettez Majesté, voir le clip.

 

Playlist de Denis Péan  

Oum Kalthoum, album El hob kollo, titre éponyme

Blakaz, album Sagaï, Loya feat. Menwar, titre "Tchiombo lila"

Cannonball Adderley, album Jazz Workshop Revisited, titre "Primitivo"

Bembeya Jazz National, album Regards sur la passé Volume 1, titre "Moussogbe".

 

(Rediffusion du 29 novembre 2020).

Culture