Du cinéma avec le festival FAME et du Live avec Mandy Lerouge

The Rumba Kings. © Fame/Gaîté Lyrique

FAME, le festival de films sur la musique revient en 2022 pour sa 8è édition !

Nous recevons Olivier Forest, cofondateur de FAME et Florent de la Tullaye, réalisateur du court-métrage Sitos, Kinshasa sur le qui-vive.

Avec un gros plan sur 3 films en compétition qui mettent la rumba congolaise et la République Démocratique du Congo à l’honneur:

Rumba Rules, nouvelles généalogies - de David N. Bernatchez et Sammy Baloji. 

Bakolo Music International - de Tom Vantorre et Benjamin Viré. 

The Rumba Kings - d’Alan Brain.

 

Le festival international de films sur la musique est de retour du 16 au 20 février 2022 à la Gaîté Lyrique (et au Centre Wallonie Bruxelles, pour une soirée de pré-lancement hors les murs) pour cinq jours de projections, de rencontres et de performances audiovisuelles. Et avec, plus que jamais, l’envie de retrouver la salle et le grand écran, et ainsi proposer une véritable expérience collective. Explosion du nombre de productions, des budgets, de l’audience, de la couverture médias... À l’heure où le documentaire musical connaît un engouement sans précédent, FAME s’affirme toujours plus comme le rendez-vous incontournable du genre.

Avec de nombreux films en exclusivité, FAME présente un programme largement inédit: une vingtaine de films sur la musique, qui font la part belle aux figures singulières, aux odyssées électroniques, aux cultures souterraines ou extra-occidentales.

 

© Fame
Bakolo Music International.

 

Du destin souvent difficile des pionnières du folk et du punk à Amanda Lear, du gabber aux artistes autistes d’Astéréotypie, FAME prend des chemins de traverse et célèbre des figures singulières, qui ont toutes quelque chose à nous raconter sur notre monde. Et alors que la rumba congolaise vient d’accéder au patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO, FAME célèbre à sa manière cette fabuleuse épopée musicale : pas moins de trois films en compétition, une table ronde, des DJ sets et de nombreuses personnes invitées ! Et parce que FAME se nourrit de l’énergie de la musique, le festival se prolonge hors des salles avec des rencontres (FAME LAB), des performances (FAME LIVE) et des DJ sets en accès libre (FAME PARTY), sans oublier un programme destiné aux familles (FAME KIDS). Et parce que FAME est un rendez-vous désormais incontournable qui atteste du succès des documentaires musicaux, sont également au programme des rencontres professionnelles qui réunissent auteurs et autrices, figures de la production, sociétés de diffusion ou de répartition des droits, mais aussi les plateformes, pour une série de rencontres thématiques.

 

© Fame/Tullaye
Sitos, Kinshasa sur le Qui-Vive.

 

Commissariat artistique : Benoît Hické et Olivier Forest.

Production : La Gaîté Lyrique en partenariat avec AMORE.

FAME est un membre fondateur du Music Film Festival Network.

 

Playlist

- Moto Abungaka par Rochereau & Nico & Mujos & l’African Fiesta

- Bakolo Music International

- Dj Sitos

- Paul Kamba par Wendo Kolosoy

 

Puis la #Session Live reçoit Mandy Lerouge pour la sortie de l’album La Madrugada (Pias/Believe)

Documentaire de Francesco Garbo

 

© Anne-Laure Étienne
Mandy Lerouge.

 

La Madrugada, de Mandy Lerouge : l’envol d’une voix.

Chanteuse autodidacte ayant grandi dans les Hautes-Alpes, Mandy Lerouge apprivoise le monde de la musique depuis une bonne dizaine d’années, au fil d’aventures qui la mènent du jazz à la musique classique en passant par le trip-hop, sans oublier une formation d’ingénieur du son et une expérience de journaliste. En 2014, un premier voyage en Argentine lui fait découvrir la culture de ses campagnes du Nord et elle tombe amoureuse autant de ses musiques que des expéditions à cheval avec les Gauchos qui parcourent la région en surveillant leurs troupeaux – Mandy est cavalière depuis son plus son jeune âge.

Désormais basée à Marseille, elle a mûri son projet et l’a nourri de rencontres avec plusieurs figures de la musique argentine : Chango Spasiuk, Raúl Barboza, Melingo...

Puis début 2020, elle retourne dans ces contrées et, telle une digne héritière d’Alan Lomax, collecte ce qui deviendra le répertoire de ce premier album si personnel et en même temps si accrocheur... Plusieurs fées se sont penchées sur son berceau : Vincent Segal qui en a effectué la réalisation en "encourageant les prises sans casque et la proximité des musiciens", Gérard de Haro qui a organisé son studio-écrin de La Buissonne pour s’adapter à cette configuration "live" rare ("je n’ai vu ça que deux ou trois fois dans ma vie !"), et bien sûr les musiciens ; le pianiste argentin Lalo Zanelli au jeu sensuel qui a aussi signé les arrangements, son compatriote le percussionniste Javier Estrella tout en flamboyance retenue, le contrebassiste colombien Felipe Nicholls, architecte discret, et en prime une apparition intense du complice Melingo.

Non seulement Mandy Lerouge a réussi son pari, mais elle nous donne aussi une leçon d’intelligence culturelle. Dans cet enregistrement quasi-télépathique où l’élégance mélodique des ballades semble rythmée par le trot des chevaux et les cœurs qui s’emballent, elle transcende avec sa voix magnétique ces danses de tradition orale (le chamamé, la chacarera, la zamba et un zeste de tango canaille). Enfant du métissage – son père est malgache et sa mère française –, elle s’approprie ces musiques populaires qui sont elles-mêmes métissées et les fait s’épanouir dans une nouvelle hybridation, une musique de chambre d’aujourd’hui où le jazz et même le rock ne sont jamais très loin.

Trans-culturalité ? Effet salutaire de la globalisation ? Tout cela à la fois certainement mais en n’oubliant pas le principal : cette "madrugada" qui signifie "l’aurore" doit aussi se lire comme la métaphore de l’envol d’une grande voix. Pascal Bussy.

 

© Laurence Aloir/RFI
Mandy Lerouge à RFI.

 

Titres interprétés au Grand studio

- Entre A Mi Pago Sin Golpear LIVE RFI

- La Noche Feat. Melingo, extrait de l’album La Madrugada voir le clip 

- Romance de la Luna Tucumana LIVE RFI bandcamp.

 

Musiciens

- Javier Estrella, percussions

- Manu Guerrero, piano

- Mandy Lerouge, chant.

 

Son : Benoît Letirant et Mathias Taylor.

 

© Laurence Aloir/RFI
Mandy Lerouge ambiance studio à RFI.