Session Live x 2 avec les Tunisiens Ÿuma & la harpiste française Isabelle Olivier

© Yellow Bird Rd / French Flair

Nos premiers invités sont le duo tunisien Ÿuma, pour la sortie de l’album Hannet Lekloub (French Flair) #SessionLive

 

Hannet Lekloub est le troisième album du duo tunisien Ÿuma, composé de Sabrine Jenhani (chant) et Ramy Zoghlami (chant, guitare). Après Chura en 2016, album autoproduit, et Poussières d’étoiles en 2018, Hannet Lekloub propose onze titres ciselés à l’aune de l’originalité des formes. Et s’il faut mettre une étiquette, ce serait, dit Ramy "celle de l’indie folk". Chanté en arabe tunisien, Hannet Lekloub s’inscrit dans la fertile hybridation du monde contemporain.

Réalisé par les Néerlandais Jo Francken et Pieterjean Maertens (Tamino, Milow) Hannet Lekloub est né au studio Audioworkx, à Hoogeloon, au sud des Pays-Bas. Que cet album génériquement tunisien ait vu le jour dans l’un des épicentres de la dance music, n’est pas un hasard. Parce que si cet album développe un folk chanté à la Peter, Paul and Mary, et orné d’Orient, il est sous-tendu de sons et de rythmes propres à l’électronique nord-européenne.

© Burak Kac
Ÿuma.

 

Passion, patience, maturité : "Cet album est celui de la réconciliation, des retrouvailles", explique Sabrine. Après la sortie de Poussières d’étoiles, et une tournée internationale, le duo a "fait une pause, pris de la distance. Nos parcours artistiques se sont un temps dissociés, et puis la nostalgie de la séparation nous est tombée dessus. C’est ce qu’évoque la chanson Denia Dour, qui décrit le doute, le désarroi". Avec une légèreté musicale tout en grâce, la guitare acoustique en front line et des mots ciselés: "Et alors si j’ai renoué avec la solitude/Depuis ton départ, les jours sont sombres et les nuits sont sans sommeil/Et alors si mon silence en dit long/Et que les gens ont parlé pour moi/ Et le temps a aggravé les choses/Et j’ai fini par tout déballer/Mais comme dit l’adage/La roue tourne".

 

- Denia Dour Live RFI voir le clip 

- Wahan Kbar, extrait de l’album Hannet Lekloub voir le clip 

- Sucre Live RFI voir le clip. 

© Laurence Aloir/RFI
Ÿuma.

 

Musiciens

- Sabrine Jenhani, chant

- Ramy Zoghlami, chant guitare

 

Son : Benoît Letirant, Fabien Mugneret.

Réalisation :  Jérémie Besset.

 

Puis nous recevons la harpiste Isabelle Olivier dans la #SessionLive pour la sortie de son 11e album Smile (Yellow Bird Rd).

 

© Piero Ottaviano
Isabelle Olivier.

 

Pour fêter ses 30 ans de scène, la harpiste Isabelle Olivier sort son onzième album SMILE en hommage à Charlie Chaplin. Le titre Smile est le point de départ de ce projet lumineux. Isabelle Olivier explore de nouvelles textures avec sa harpe mêlant acoustique et électronique pour créer un univers élégant, envoutant et radieux. Dix compositions originales côtoient des reprises de Charlie Chaplin, James Blake ou Cannonball Adderley. 15 ans après son premier album solo Island #41 nominé aux Victoires du Jazz, Isabelle Olivier retrouve la harpe solo. Naviguant entre Chicago et Paris depuis 2012, Isabelle Olivier a conçu ce nouveau projet à la PianoForte Foundation de Chicago lors d’une résidence de création en 2020. Elle a composé une musique aux influences multiples jazz, pop, électro, hip-hop, cubaine, celtique … Si la plupart des titres sont en solo, elle s’est entourée, sur quelques morceaux d’invités qui viennent apporter leur touche et leur sensibilité : Kristiana Roemer, chanteuse germano-américaine, qui a magnifié Hope sur un texte d’Emily Dickinson et Freedom, Tom Olivier-Beuf pour son toucher remarquable à l’accordéon sur Light puis son solo au piano avec un hommage cubain Cuban Smile, Raphaël Olivier pour sa belle présence à la guitare sur Aroma et Cuban Smile et sa production électro sur Harmony, Smile electro et You’re too precious de James Blake, et enfin le batteur Ernie Adams au groove remarquable sur One for Daddy Oh et Cuban Smile. Anecdote fondatrice de ce projet : en 1991, Jean-Louis Chautemps, saxophoniste de jazz, rencontrait Isabelle Olivier pour la première fois lors d’un concert de son groupe "Océan" et lui disait en souriant "musicien de jazz, ce sont les 30 premières années qui sont difficiles. Après tu verras ça ira beaucoup mieux".

© Piero Ottaviano
Isabelle Olivier.

 

Isabelle Olivier, biographie

Jazzwoman et harpiste à la forte personnalité musicale, Isabelle Olivier apporte une vague de fraîcheur et de nouveauté sur la scène internationale en y révélant un instrument surprenant et inédit. Elle développe un style très reconnaissable dès les premières notes de son instrument fascinant et rare. Elle a composé, arrangé et enregistré 10 disques et un DVD. Compositrice évoluant aux frontières du jazz, des musiques celtiques et actuelles, elle est sollicitée dans le monde du cinéma et du spectacle vivant. Elle a voyagé dans 25 pays pour y présenter ses créations musicales. Depuis 9 ans, elle développe un projet franco-américain. Elle a ainsi réalisé un opéra jazz, Don’t worry, be haRpy, adaptation libre du Baron perché d’Italo Calvino avec des chanteurs américains et des musiciens français. Elle poursuit maintenant un projet des deux côtés de l’Atlantique avec des musiciens, danseurs, plasticiens, poètes et comédiens. Elle a été commissionnée en 2017 par L’Art Institute de Chicago, pour composer une performance d’une heure en lien avec l’exposition Gauguin, l’alchimiste qui y était présentée en juillet 2017. Lauréate du Prix de la Villa Le Nôtre à Versailles en 2015, elle est la première compositrice en résidence au Potager du Roi. Elle est actuellement ambassadrice de la nouvelle harpe électro-acoustique Salvi «Rainbow» dans le monde entier. Elle a eu la chance de collaborer avec des personnalités exceptionnelles telles que Peter Erskine, Didier Lockwood, Ernie Adams, Mitch Haupers, Paul Wertico, autant dans le domaine musical que dans d’autres disciplines. Ils lui ont permis de tracer une route artistique magnifique à partir de la musique et de réaliser le potentiel de l’alchimie orchestrale et des rencontres interdisciplinaires. Depuis 2018, elle est compositrice associée au Théâtre de Guyancourt, dans une résidence soutenue par le Ministère de la Culture et la SACEM. Elle a créé 7 spectacles vivants sur deux saisons et poursuit son travail de création, de diffusion et d’actions culturelles. Isabelle Olivier sort en 2019 son dixième album : un projet co-dirigé avec le guitariste Rez Abbasi, soutenu par la fondation FACE, l’ADAMI et la SPEDIDAM. En 2020, elle gagne l’appel à projet "Les Habitants ont du talent", en partenariat avec la Fédération des Centres Sociaux de l’Essonne. Ce projet artistique inclusif et fédérateur tourne autour de la thématique du "Sourire". Il mettra en scène des volontaires qui seront notamment invités à chanter dans leurs langues natives et sera présenté en mai 2021. Isabelle Olivier souhaite ainsi redonner à la musique sa fonction de transmission, en en faisant un révélateur d’ethnies.

© Laurence Aloir/RFI
Isabelle Olivier, David Paycha et Tom Olivier-Beuf à RFI.

 

Titres interprétés

- One for Daddy Oh Live RFI (Nat Adderley) trio harpe, piano, batterie

- Hope (texte Emily Dickinson) extrait de l’album Smile

- Light Live RFI harpe et accordéon 

- Cuban Smile Live RFI trio harpe, piano, batterie voir le clip.

 

Musiciens

- Isabelle Olivier, harpe 

- David Paycha, batterie   

- Tom Olivier-Beuf, piano et accordéon.