#SessionLive et reportage Musiques Métisses Angoulême (2/2)

Miksi sur scène. © Musiques Métisses/Jeanne Lepreux

Suite et fin de nos pérégrinations au festival Musiques Métisses et les désormais célèbres sessions Live angoumoisines ! Avec Miksi, Antibalas, Dafné Kritharas, Christine Salem et Patrick Duval.

#SessionLive Miksi au studio RFI Angoulême

La formation Miksi, composée de musiciens réfugiés et d’artistes locaux, est née dans le cadre d’un projet européen porté par le Rocher de Palmer. Sans parler la même langue, mais trouvant dans les notes un moyen de communication idéal, les cinq musiciens de Miksi ont appris à se connaître lors d’une première résidence au Rocher de Palmer en septembre 2020. Réunis par le projet européen Migrants Music Manifesto, ils ont dessiné un premier répertoire inspiré de morceaux traditionnels albanais, kurdes ou syriens réarrangés par le coordinateur du groupe, Nicolas Lescombe. Se retrouvant régulièrement pour de nouvelles résidences et de nouveaux concerts, les artistes forment désormais un groupe solide, lumineux, virtuose, qui nous transporte dans un monde où les frontières s’effondrent, où le dialogue entre les peuples est enfin possible.

Titres interprétés par Miksi
Moj el Bahar (trad syrien) clarinette violon.
Moj e Bukura More (trad Albanie) guitare et accordéon.

Line-up : Yamen Al Yamani au violoncelle (Syrie), Artur Zeqiri au violon (Albanie), Thomas Mazellier au violon et beat maker, Nicolas Lescombe à la clarinette et l' accordéon, Ebrahim Ahmad, au daf (kurde d'Iran).

© Laurence Aloir/RFI
Miksi studio RFI.

 

Puis Chico Man passe une tête dans le studio et nous donne des nouvelles d’Antibalas. Collectif basé à New-York, Antibalas (qui signifie « pare-balles » en espagnol), initié par Martin Pena, poursuit l’œuvre initiée par le regretté Fela Kuti en distillant un afrobeat des plus dynamiques ! C’est un cocktail explosif de jazz, de funk et de rythmes africains, où s’entrechoquent esprit festif et considérations politiques. Avec une solide section de cuivres, un gang de percussionnistes experts, une rythmique funky et des textes chantés en anglais, espagnol et yoruba, Antibalas possède la puissance de feu d’un croiseur prêt à donner un nouveau souffle torride à l’afrobeat !

► Dernier album Fu Chronicles (Daptone 2020).

© Musiques Métisses/Jeanne Lepreux
Antibalas.

 

#Session Live Dafné Kritharas au studio RFI Angoulême

Cette chanteuse franco-grecque puise son répertoire de la convergence des cultures qui ont cohabité sous l’empire ottoman. Sa voix, impressionnante, coule d’une source pure. Forte et claire, ample et souple, elle vibre dans les aigus, résonne dans les graves. Dafné Kritharas l’utilise en instrument pour créer des sonorités virtuoses. Elle ne se contente pas d’interpréter ce répertoire, mais lui donne un souffle moderne, empruntant au jazz ou à l’électro, entourée de musiciens de haut vol. Ils construisent ensemble un son riche, subtil et puissant.

Titres interprétés par Dafné Kritharas
O Peristeronas (Dafné Kritharas)
Kastellorizo.

Line-up : Dafné Kritharas au chant, Paul Barreyre à la guitare/voix, Pierre-Antoine Despatures à la contrebasse.

► Dernier album Varka (Lior Éditions – 2021).

© Dominique Fiant/RFI
Dafné Kritharas.

 

En sortant du studio, je tombe sur Christine Salem, une coupe de champagne à la main, « alon, alon » … Avec sa manière, si personnelle, de donner vie aux chansons, Christine Salem nous envoûte de sa voix grave et suave, le maloya aux fondements de ses chansons, cimenté par un blues puissant. Christine Salem, et cela s’entend, adore cette musique née de la terre, des douleurs et de l’histoire. Pour son nouvel album, Mersi, elle a choisi le violon comme fil conducteur. Au groove des percussions s’emmêlent les envolées de sa mélodie, d’inspiration classique, voire folk.

► Album Mersi (Blue Fanal – 2021).

© Laurence Aloir/RFI
Christine Salem, 2022.

 

Son : Mathias Taylor
Vidéo : Dominique Fiant.