#SessionLive Cheick Tidiane Seck, Reggie Washington, Sonny Troupé et Guimba Kouyaté

Cheick Tidiane Seck (Jammin’colorS). © Jammin'colorS

Sortie du double album Black Lives, From Generation To Generation chez Jammin’colorS.

Cheick Tidiane Seck, Immanuel Wilkins, Stephanie McKay, Sonny Troupé, Jacques Schwarz-Bart, David & Marque Gilmore, Reggie Washington, DJ Grazzhoppa, Jean-Paul Bourelly, Jeremy Pelt, Grégory Privat, Marcus Strickland, Alicia Hall Moran… et tant d’autres réunis sur un même album en un collectif d‘artistes qui continuent de lutter contre le racisme à travers la musique.

"La musique est l’arme du futur". Le slogan du totémique Fela Kuti demeure d’actualité en 2021, tant les problèmes qui divisent depuis trop longtemps le monde en noir et blanc restent prégnants dans une société qui semble avoir dans sa grande majorité été sourde aux messages des artistes. Car le Nigérian est loin d’être le seul à avoir porté le débat des droits civiques sur les scènes publiques. Nina Simone comme Bob Marley, Curtis Mayfield comme Abbey Lincoln, Miriam Makeba, comme James Brown, la liste est trop longue des musiciens qui ont fait de leur médium un instrument de luttes. Si les lignes ont bougé sur le terrain de la musique, les fractures sont encore béantes dans un monde qui tend à se replier vers des identités fermées et des idéologies réactionnaires. C’est tout l’enjeu de ce projet, dont le titre renvoie au grand mouvement citoyen américain, qui essaime depuis à travers la planète. Black Lives, from Generation to Generation, un message plus que nécessaire à l’heure où George Floyd comme Adama Traoré sont décédés.

© Jammin'colorS
Black Lives.

 

Cette sélection conçue par Stefany Calembert s’en fait l’écho. La productrice entend démontrer la vivacité de ce message qui traverse depuis des décennies les générations et qui aujourd’hui, plus que jamais, incite à agir. Ici, les plus jeunes n’ont guère plus de vingt ans et le vétéran va bientôt fêter ses quatre-vingt printemps. Ils sont nés à Ségou, Bruges, Washington, Chicago, en banlieue de Pointe-à-Pitre comme dans le Bronx. Ils sont américains, martiniquais, sud-africains ou haïtiens, tous unis autour de cette cause commune, qui en rien ne doit gommer la diversité de leurs origines qui s’exprime ainsi dans une profusion stylistique. C’est l’autre objectif de cette sélection : démontrer en vingt titres la créativité d’une communauté afro-diasporique dont la bande-son raconte à travers un foisonnant éclectisme le destin d’hommes et de femmes qui ont su transcender cet originel arrachement à leur continent.

Ce son, c’est celui du fond des cales des navires négriers, c’est celui des rythmes réinventés loin de leur terreau ancestral, c’est celui d’une voix qui parvient à sublimer ses douleurs, celui d’un saxophone qui hurle face à la ségrégation.

Ce son, c’est celui de l’Atlantique noir, cet océan composé par tant de vies et de morts, cette zone de flux et de remous, d’allers et désormais de retours, d’où auront émergé aussi bien le blues que le rap, le jazz que la biguine. Au cœur ou dans les marges de cet espace informel et pourtant bien réel, ceux qui n’avaient pas le droit à la parole se sont exprimés, un temps dans le secret, aujourd’hui sur tous les canaux médiatiques, faisant résonner au plus haut ce message d’émancipation.

© Jammin'colorS / Mathieu Ridelle
Sonny Troupé et Reggie Washington.

 

Black Lives from Generation to Generation Jammin’colorS / l’Autre Distribution. À paraître le 25 mars 2022. La liberté d’expression ne serait qu’un mot vain sans la diversité des voix pour la porter. Que l’on se nomme Cheick Tidiane Seck, piano tambour malien ; ou Sonny Troupé, tambour enchanté guadeloupéen ; Reggie Washington, maître groover dont la basse narre toute l’épopée du jazz ; ou Jean-Paul Bourelly, érudit chercheur de son qui creuse un singulier sillon en direction d’Haïti. C’est de cela dont parle cette sélection : des maux dits blues, de la soul engagée, des phrasés qui tonnent… Tous ceux-là cohabitent autour d’un même désir d’en finir avec cette vision en noir et blanc qui n’a que trop duré, aussi bien Alicia Hall Moran, mezzo-soprano qui entremêle culture classique et improvisation débridée, que Kokayi, chantre hip-hop capable de délirer sur les octaves, DJ Grazzhoppa dont la science des platines se joue au-delà des querelles de chapelles comme Jacques Schwarz-Bart dont le saxophone s’est illustré autant du côté de la bonne vieille nu-soul que du jazz aux accents caribéens. Pas de transes portées sans cette fondamentale diversalité d’horizons, tel un juste écho à la féconde pensée post-moderne d’Édouard Glissant qui, pour avoir été parmi les activistes du premier Congrès des artistes et écrivains noirs à la Sorbonne en 1956, n’en fut moins, dans les mêmes années, engagé dans la lutte contre la guerre coloniale en Algérie. Le poète philosophe martiniquais ne disait-il pas : "Depuis la révolution de Césaire et tout ce qui s’ensuit, nous commençons à comprendre que nous sommes un peuple et une culture composites. Et ceci, aujourd’hui, n’est pas un manque et un vice, c’est pratiquement un avantage".

Nos invités sont Cheick Amadou Tidiane Seck, Sonny Troupé, Reggie Washington, Guimba Tamba Kouyaté et Stefany Calembert-Washington (productrice exécutive).

© Laurence Aloir/RFI
Cheick à RFI.

 

Titres Interprétés à RFI au Grand studio

- Sanga Bô, LIVE RFI Vidéo RFI Vidéos

- Walk Feat. Alicia Hall Moran, extrait de Black Lives

- Siya Woloma, LIVE RFI (version originale sur l’album Mandin Groove 2003) Vidéo RFI Vidéos.

 

Son : Benoît Letirant & Mathias Taylor.

 

CHEICK TIDIANE SECK (voix, claviers). Né en 1953 à Ségou, Mali. Compositeur, arrangeur et musicien, Cheick a écrit et joué avec des artistes tels que Fela Kuti, Mory Kanté, Salif Keita, Youssou N‘Dour, Manu Dibango, Dee Dee Bridgewater, Joe Zawinul. Il est connu pour son album avec Hank Jones intitulé Sarala.

SONNY TROUPÉ (batterie). Né en 1978 aux Abymes, Guadeloupe. Sonny joue des instruments tels que le tambour ka ainsi que de la batterie, et mélange la musique traditionnelle guadeloupéenne et le jazz moderne. Il collabore avec David Murray, Kenny Garrett, Reggie Washington, Mario Canonge, Grégory Privat, Jacques Schwarz Bart, Magic Malik, Lionel Loueke, Alain Jean Marie.

REGGIE WASHINGTON (basse). Né en 1962 à Staten Island, New York. Reggie a été un participant-clé de la révolution Modern Jazz des années 80 et 90. Il s‘est fait connaître en tournée, en enregistrant et en jouant avec Steve Coleman, Branford Marsalis, Roy Hargrove, Chico Hamilton, Oliver Lake, The Headhunters, Cassandra Wilson, Don Byron, Jean-Paul Bourelly et Ronald Shannon Jackson.

Et pour cette session, le guitariste malien Guimba Tamba Kouyaté était présent. Il est déjà venu dans notre studio avec Oumou Sangaré.

+ Bonus Tracks

- Super Biton de Ségou Ndossoke (AfroJazzFolk Collection Vol.1/ Mieruba/Deviation 2022)

- Vieux Farka Gabou Ni Tie (Les Racines/ World Circuit/BMG 2022).

 

Réalisation : Steven Helsly.