Reportage en Norvège à la 32ème édition du Førde Festivalen (2/2)

Sona Jobarteh sur scène au Førde Festivalen. © Lieve Boussauw / Førdefestivalen

"Et le monde vint à Førde…". C’est en 1990 qu’Hilde Bjørkum crée le festival de Førde ou Førde Folk Music Festival, petite ville de 12 000 habitants, à l’ouest de la Norvège.

Voir RFI Vidéos, carte postale norvégienne.

⇒ Førde Folk Music Festival

Le thème de l’édition 2022 : la musique en temps de crise. Et ce sont 3 formations ukrainiennes qui ouvrent l’édition avec une émotion palpable : Marina Sadovska, Drevo & Dyvyna.

© Førdefestivalen
Marina Sadovska, Drevo & Dyvyna.

 

C’est au bar de l’hôtel que nous croisons Svitlana Metvedieva, une des chanteuses ukrainiennes du groupe Dyvyna. Elle vit en Allemagne depuis le mois de mars (la guerre). Pas loin, la chanteuse iranienne Aida Nosrat se rapproche. L’Ukraine et l’Iran unissent alors leurs cordes vocales. Impro. Et entrevue.

© Negar Tahsili
Avec Atine, Dyvyna.

 

Puis nous croisons le groupe Atine avant leur concert. Atine est la rencontre inédite de cinq musiciennes, Aïda Nosrat, Sogol Mirzaei, Christine Zayed, Marie-Suzanne de Loye et Saghar Khadem, a donné naissance à un corpus de chansons iraniennes réarrangées, symbole de l'héritage de leurs trajectoires personnelles et riches de diversité : musique traditionnelle iranienne, arabe, flamenco, jazz et baroque. Le tar, le qanun, la voix, la viole de gambe et les percussions sont ici réunis pour faire résonner la poésie persane du XIXème siècle, mais aussi des compositions inédites.

© Laurence Aloir/RFI
Atine, fin de concert.

 

Puis, nous avons rendez-vous avec Sona Jobarteh au bord du fleuve, au café cardamone à Forde. L’artiste anglo-gambienne raconte son enfance dans une famille de griot, sa détermination à jouer de la kora en professionnelles, l’Académie qu’elle a créée en Gambie en 2015. Et la sortie probable d’un nouvel album 10 ans après Fasiya

© Lieve Boussauw/Førdefestivalen
Sona Jobarteh avec son père.

 

Puis, nous recevons Hallgrim Hansegård et le musicien sami et chanteur de joik Torgeir Vassvik pour le projet Leahkit, une rencontre musicale fascinante entre le fondateur de la compagnie de danse Frikar et le monde sami (voir vidéo de RFI Vidéos Leahkit). Torgeir, petit-fils de guérisseurs, vient du grand nord de la Norvège. Il habite Oslo. Son chant, ses pratiques rappellent chamanisme sibérien / vision animiste du monde, où tout est connecté, tout est vivant. Tous les choix que l’on fait ont des conséquences. De son côté, Hallgrim est en recherche permanente de tout ce qui fait l’histoire de la danse norvégienne. Il a passé quelques mois dans un monastère dans les montagnes du Wudang en Chine pour une approche plus intérieure de la danse.

© Lieve Boussauw/Førdefestivalen
Leahkit.

 

Et puisque les artistes dialoguent avec l’invisible, c’est tout naturellement que nous avons rejoint le chanteur, danseur et prêtre vaudou haïtien Erol Josue (voir vidéo de RFI Vidéos Leahkit + Erol Josué). Pour RFI Vidéos, le trio nouvellement constitué fait une impro, entre transe chamanique d’Europe du Nord et chant vaudou d’Haïti (sur une idée de Torill Faleide, directrice de communication, du festival. Résidence en vue ?)

Erol Josué est, depuis 10 ans, le directeur du Bureau National d’Ethnologie à Port-au-Prince. Il poursuit également une carrière de chanteur. Son dernier album Pelerinaj est sorti en 2021 voir le clip. 

Erol Josué à lire sur RFI Musique. 

© Laurence Aloir/RFI
Hallgrim Hansegård, Erol Josué et Torgeir Vassvik.

 

Musique

- Mariana Sadovska, Drevo et Dyvyna (Ukraine) Drevo Live Førde

- Atine (Iran/ Palestine/ France) Ey Tir Live Førde

- Sona Jobarteh (Gambie/Uk) extrait Cd Djourou de Ballaké Sissoko voir le clip et Gambia voir le clip 

- Torgeir Vassvik (Norvège) Dudinka 

- Erol Josué (Haïti) Ren Sobo a.

 

© Laurence Aloir/RFI
Family Sunday au Førdefestivalen.