Afro-club, le hit des platines avec Almok, Tenor et Dadju

Le rappeur camerounais Tenor. © https://www.facebook.com/tenorofficiel237/

L’Afro-club cette semaine est rythmé par Jupiter Davibe, Almok, Makhalba Malechek, Tenor, Sarkodie & Rudeboy, Stony, Sidiki Diabaté & Safarel Obiang, Dadju et Jahyanai King & Bamby.

Le voyage de Jupiter Davibe dans Africa By Night
Le Bénino-Guinéen Ibrahim Bah, plus connu sous son nom de scène Jupiter Davibe, livre son tube des vacances. Celui qui revendique ses influences d’artistes tels que Angélique Kidjo, Alpha Blondy ou encore MC Solaar s’essaye à un style musical auquel il nous avait peu habitués. Armé de son flow, sur une vibe dancehall et pop urbaine, il invite à danser dans les clubs du continent. Toutes les capitales africaines sont donc au rythme d’Africa By Night chanté en langues malinké, peul, soussou et français. Une autre facette de Jupiter Davibe très proche du peuple, mettant en exergue la culture et le magnifique paysage de la région des îles de Loos en Guinée.

La Togolaise Almok présente Mawu Bé Sekrétèr
La chanteuse togolaise Almok est de retour sur le devant de la scène après une longue pause. Et cela valait le coup d’attendre, car le visuel de Mawu Bé Sekrétèr est particulièrement soigné, sur une production qui l’est tout autant. Présente sur le paysage musical de son pays depuis 2011, Almok mélange les styles r'n'b et afropop. Son 1er album Mon Idéal sort en 2012 avec pas moins de 13 titres divers et variés. Et le charme opère auprès du grand public. Elle est d’ailleurs consacrée Meilleure artiste féminine de l’année et Personnalité de l’année au Togo. Celle qui a débuté dans les groupes musicaux de son église, et fait ses armes dans la musique classique et traditionnelle apporte une touche d’originalité à l’afro r'n'b. Aujourd’hui, sa notoriété va au-delà de la musique puisqu’Almok est devenue l’égérie et l’ambassadrice de diverses ONG et marques au Togo. Elle collabore même avec le duo Toofan. Entre 2013 et 2015, elle est très active et de nombreuses fois récompensée pour cela grâce aux tubes Nononini, Takouvi et Jiguèguè. En 2017, place à l’afrobeat avec Etoukpé et Lébénè en feat. avec DJ Arafat. Après son passage au Zénith de Paris la même année, Almok s’est donc octroyé une pause pour un retour plus que prometteur.

Le Congolais Makhalba Malecheck rappe sec dans Humour Té
De son vrai nom Elion Nkou Serge Junior, le rappeur congolais Makhalba Malecheck s’est inspiré de son père pour se lancer dans sa carrière musicale en 2007. Lui qui était promis à un avenir en tant que footballeur professionnel a vu ses rêves se briser après une blessure. Pendant son séjour médical à Casablanca, cet amoureux du hip hop a écouté des artistes tels que Kery James, Soprano et Sefyu, pour trouver le chemin des studios. Ce sont des amis marocains qui lui ont donné le surnom de Makhalba qui tire son origine du mot arabe "Maghrebia" qui veut dire Marocain. De retour au Congo, il intègre le groupe de rap COM1UNI pour quelques années avant de se lancer en solo. En 2013, il crée son propre label Boost Da Music et sort son premier maxi single en 2014. Il a fait du chemin depuis et l’artiste met en avant les langues et les valeurs de son pays. Il ne rappe qu’en lingala et en français. Dans Humour Té, Makhalba parle du mérite d'un travail bien fait dont il est lui-même l'exemple.  

La démonstration de rap de Tenor dans Speedy
Le Camerounais Tenor Ebanflang, de son vrai nom Mengoumou Ayia Thierry, originaire de la localité d’Akonolinga a commencé sa carrière musicale en 2014. Il se fait connaître sur la scène internationale en 2016 avec son titre à succès Do le Dab, grâce auquel il est désigné phénomène du rap africain. Depuis, il a signé sur le label Universal Music Africa et compte bien garder son statut de phénomène du rap. C’est le cas avec le titre Speedy dans lequel Tenor revient aux bases de la pratique du rap. Il pose son flow rapide et déterminé, tels Eminem ou Busta Rhymes. "Je dois faire la guerre avec les autres ou moi-même/ mola c’est la même avec des juges et des fautes vu que tout ça/ gêne et y’a des mbocks qui me mentent après qu’elles m’aiment/ et y’a des ennemis qui cultivent la haine", clame-t-il visiblement très remonté et déterminé face à ses détracteurs. À noter que le clip a été réalisé par Serial Shooter.

Sarkodie et Rudeboy sont Lucky
Le Ghanéen Michael Owusu Addo alias Sarkodie a invité le Nigérian et ex-membre du groupe P-Square, Paul Okoye alias Rudeboy sur un titre afrobeat urbain à souhait. Le boss de Sarkcess Music signe une collaboration inédite avec le boss de Rudeboy Records scellant ainsi l’alliance musicale entre les deux patries qui dominent l’industrie en Afrique. Cette sortie n’est pas anodine, puisqu’elle annonce l’arrivée prochaine de l’album Black Love de Sarkodie dont la sortie est prévue pour cette fin d’année 2019. Soyez vigilants.

La Guadeloupéenne Stony revient avec Tant pis
La douce voix de Stony nous avait manqué. Celle que l’on a longtemps surnommée le nouveau visage du zouk est de retour avec Tant Pis, un titre à mi-chemin entre kompa et zouk, co-écrit avec l’artiste d’origine haïtienne Joé Dwèt Filé. Stony s'inspire depuis toujours des grandes voix de son île natale. De Tanya Saint-Val à Patrick Saint-Eloi en passant par Édith Lefel, la chanteuse partage son amour pour la Guadeloupe à travers sa musique chaque fois que l’occasion lui est donnée. C’est en mai 2010 qu’elle commence sa carrière solo, alors qu’elle est jeune choriste de gospel. Grâce à son producteur Moun, Stony est au crédit du titre Reviens-moi en featuring avec Daddy Killa, sur la compilation Zouk 2011 de Wagram Music. Et c’est ce titre-là qui propulse Stony en haut de l'affiche. Depuis, elle a fait le tour du monde et est même apparue dans des séries américaines. Après une pause familiale pour cause de bébé, Stony est timidement revenue à la musique, mais n’a rien perdu de sa superbe.

Sidiki Diabaté et Safarel Obiang mettent des couleurs dans BKO-ABJ
Le prince de la kora Sidiki Diabaté revient avec un single énergique et très coloré. Pour l’occasion, il a invité son confrère ivoirien Safarel Obiang, chorégraphe hors pair. Ensemble, ils rendent hommage à leurs capitales respectives : Bamako et Abidjan. BKO et ABJ sont les codes des aéroports des deux grandes villes, comme pour signifier une collaboration qui fera voyager et bouger les fans de Bamako à Abidjan. De la couleur, de la danse et des mélodies envoûtantes, voilà la recette de ce tube. Goré Bastien Junior, plus connu pour le nom de Safarel Obiang a créé plusieurs concepts et chorégraphies qui ont déjà fait bouger toute la Côte d’Ivoire. Son registre de prédilection, c’est le coupé décalé. Actif depuis 2008, ce n’est qu’en 2011 qu’on commence à entendre parler de lui au-delà des frontières ivoiriennes.

Dadju livre enfin le clip Compliqué
Après plusieurs mois d’absence et le succès de son premier album Gentleman 2.0 réédité deux fois, Dadju revient et se confie sur sa vie sentimentale avec Compliqué. "Vous m'avez manqué" avait-il écrit sur son compte Instagram, impatient de retrouver son public et d'affoler les compteurs. Et c’est ce qu’il a fait encore une fois sur un titre dans lequel l’artiste parle de sa vie amoureuse visiblement difficile à gérer regrettant de ne pouvoir trouver une femme qui, comme lui, n'a pas envie de s'engager. Après la version audio, voici le clip de Compliqué qui annonce également une bonne nouvelle aux fans. Dadju va entamer une nouvelle tournée internationale dès le mois de mars 2020.

L’association Jahyanai King et Bamby renouvelée dans Bad A Gyal
Incontournable sur la scène dancehall internationale depuis le succès du tube Who Mad Again en 2017, les Guyanais Jahyanai et Bamby, ne cessent de caracoler en tête des hits. L’association de ces deux voix se termine toujours en bombe taillée pour les pistes de danse. Mêlant à la fois, reggae, dancehall et ragga, c’est en 2005 que Jahyanai s’est véritablement lancé dans la musique. En 2012, il décroche les récompenses de Chanson de l’année et Révélation masculine aux Hit Local Awards. Et il remet ça l’année suivante avec la récompense de Meilleur Interprète Masculin aux Lindors de la musique guyanaise. L’artiste s’est désormais fait un nom. Tous ses spectacles se jouent à guichets fermés. Bamby, quant à elle, a un parcours quasi similaire, bien que plus confidentiel. Passionnée par la chanson depuis l’âge de 3 ans, elle s’est lancée dans la musique en 2015 après que son ami d’enfance, Jahyanai King, l’a poussée à le faire. Depuis, ils ne se quittent plus et ne cessent de connecter ensemble des chansons qui prennent le contrôle des pistes de danse. Et ça ne fait que commencer…

Retrouvez les titres les plus diffusés dans les clubs et discothèques du continent dans la playlist de DJ Face Maker sur Deezer et YouTube avec RFI Musique.