Kady Diarra partage l’esprit du Burkina

La chanteuse burkinabè Kady Diarra publie un album intitulé "Burkina Hakili". © Ikandapeye

Entre Afrique et Europe, Kady Diarra assume les multiples facettes de son identité qu’elle traduit sur le plan musical à travers Burkina Hakili, troisième album de cette chanteuse burkinabè installée en France depuis près de deux décennies.

"C’est étrange de savoir que le monde peut s’endormir dans la journée." Lorsqu’elle évoque la période du confinement imposé en 2020 en France, Kady Diarra garde le souvenir d’un environnement étonnamment silencieux. "D’habitude, comme il y a des paysans autour de chez moi, on entend des tracteurs. Mais là, c’était calme. Autant qu’en studio !", poursuit la chanteuse installée en Ardèche dans un village de moins d’un millier d’habitants situé à une soixantaine de kilomètres de Lyon.

Puisque les conditions en extérieur le permettaient, elle a donc mis la dernière main à son album dans son jardin, avec l’intention de "réveiller les esprits" pour montrer que "la vie était toujours là", dans ces circonstances si pesantes provoquées par la pandémie de Covid-19. D’autant que la démarche de l’artiste quadragénaire ne se résume pas à sa dimension artistique : "La musique est une thérapie, et quand on veut être guérisseuse, on essaie de pouvoir soigner tout le monde", considère-t-elle.

Cette volonté de "n’oublier personne" revient souvent dans ses propos. Les chansons du nouvel album en témoignent. D’abord par les différentes langues utilisées qui, au-delà de la question de l’auditoire, racontent aussi en partie l’histoire de Kady Diarra : le bambara, parce que sa mère vient du Mali ; le bwaba car elle appartient à l’ethnie bwa ; le mooré parce qu’elle est du Burkina ; le dioula, parlé en Côte d’Ivoire où elle est née et a grandi ; et enfin le français, pour le pays où réside cette fille d’ancien combattant qui a "fait la guerre pour la France".

Prévenante, l’artiste l’est aussi avec ses musiciens, soucieuse de les laisser s’exprimer. "Il faut que l’on entende ce qu’ils ont envie de dire, ce qu’ils ont dans le cœur, le cri de leur instrument", a-t-elle indiqué au "sorcier" Jean Lamoot, responsable du mixage de très bonne facture, dont elle connaissait le travail sur Mofou, l’un des albums phares de Salif Keita.

Tout au long de Burnika Hakili (qui signifie "l’esprit du Burkina"), le collectif prime sur l’individu, le partage l’emporte sur l’ego. Sur le plan musical, Kady Diarra n’exclut rien a priori : accordéon et cuivres avaient trouvé leur place sur son album précédent Noumou en 2009 – le premier, acoustique, était paru en 2004. "Ce n’est pas fermé. Comme chez moi : ma porte est grande ouverte, on n’a pas besoin de m’appeler pour passer", compare celle qui fut l’invitée du groupe afrobeat Fanga sur son album Natural Juice.

"Je vis dans deux mondes", explique la chanteuse. "Celui d’hier et celui d’aujourd’hui", précise-t-elle pour évoquer le dialogue entre tradition et modernité qui se matérialise dans ses chansons, ses arrangements, ses instruments, et se reflète dans les effectifs de son équipe. Composée en grande partie de ses neveux, parmi lesquels figure Moussa Koita valeur montante de la scène afro-parisienne, entendu entre autres avec Abou Diarra ou le projet Rivière noire, elle compte aussi deux guitaristes français qui font tout autant partie de la "famille".

Entre ballade (Bi Bé Ké Di) et énergie rock (Aw Ko Tian), les instruments tels que le ngoni, le balafon et les percussions croisent guitares et basse tandis que les mélodies occidentales côtoient le chant imprégné de la culture mandingue au fil des onze morceaux de Burkina Hakili. Sans être griotte au sens propre, l’ex-membre de la célèbre troupe Foliba d’Adama Dramé rappelle son appartenance sociale aux nyamakala, ce qui explique que la musique ait fait partie de son quotidien depuis son plus jeune âge. "J’ai fait un album qui me ressemble", observe-t-elle. La réussite de l’entreprise tient sans doute à cette lucidité. 

Kady Diarra Burkina Hakili (Lamastrock) 2021

Facebook / Instagram / YouTube