Afro-Club, le hit des platines avec Gyakie, Elzo Jamdong et Gally Garvey

L'artiste congolais Gally Garvey. © You Know

La Fête de la musique se prolonge dans l’Afro-Club avec un hit des platines composé cette semaine de Bahati & Nadia Mukami, Gally Garvey, Elzo Jamdong, We Love Muzik & Vichou, Miss Tanya & Floby, KO-C et enfin Gyakie.

Les Burkinabè Miss Tanya et Floby se rapprochent pour Sugar Daddy 
Douti Tanya Bikienga, tout simplement appelée Miss Tanya, s'est fait connaître du grand public avec le titre, Ma bague, d’abord. Dès sa plus tendre enfance, elle se prend de passion pour la musique. C'est sa mère qui l'encourage à embrasser une carrière musicale et ce n'est qu'en 2018 qu'elle se lance vraiment en solo. Née à Cinkansé (une ville à la frontière du Burkina Faso, du Ghana et du Togo), elle y a passé toute son enfance jusqu’à ses 20 ans. Ayant étudié au Ghana, elle tire ses influences lyriques et musicales de l'Afrique anglophone. Cela se ressent dans sa musique inspirée des rythmes afro-urbains spécifiques à cette région du continent. Elle prépare actuellement son premier EP, dont la collaboration avec Floby en est le premier extrait. Sugar Daddy est une pépite musicale dans laquelle la chanteuse met en avant ses capacités vocales.

La Ghanéenne Gyakie nous fera danser durant toutes les vacances avec Whine
La chanteuse de 22 ans vient de publier le clip de sa chanson reggae-dancehall Whine dans laquelle elle s’amuse sur la piste de danse, dans la piscine ou ailleurs avec son gang de copines. Gyakie, aussi surnommée "Queen of the Gold Coast" (ancien nom colonial du Ghana, ndlr), poursuit l’exploitation de son EP Seed avec lequel elle effectue une percée fulgurante dans le monde de la musique. Le mois dernier, elle a collaboré avec la plateforme Deezer pour la playlist Ghana By Gyakie pour laquelle elle a listé les chansons de son répertoire mais aussi celui de ses artistes ghanéens préférés notamment Omar Sterling, Sarkodie, Phronesis, Shatta Wale, Kwesi Arthur, Amaarae, Stonebwoy, Kofi Jamar, Kidi, Efya et bien d’autres.

Le Camerounais Ko-c vient détendre l’atmosphère avec Chill
Le rappeur camerounais Collins Njang, alias Ko-c, originaire de la ville de Kumba, continue son ascension vers les sommets afro-urbains de son pays. Depuis 2010, il est clairement actif sur la scène locale avant d’exploser véritablement en 2016 à l’échelle nationale, puis panafricaine. C’est en 2017 que son titre Bollo c’est Bollo le propulse en tête des charts, tout genre musical confondu. Depuis, on ne compte plus ses tubes dans différents styles, dont le dernier en date Caleçon (plus de 10 millions de vues sur YouTube) est chanté en duo avec Coco Argentée. Pour la chanson Chill, KO-C s’attaque au rythme sud-africain en vogue, l’amapiano. Une chanson qui se veut être l’hymne de la détente et de l’amusement, taillée pour oublier les problèmes pendant au moins 3 minutes et 32 secondes. Saurez-vous esquisser les pas de danse de la chorégraphie endiablée du clip vidéo ?

Au Burundi, le duo We Love Muzik et Vichou Love cartonnent avec Like You ?
Quel drôle de nom de scène que celui choisi par Emery Ndikuriyo alias Gusto et Fernand Aransabiye, dit Fernando, les deux membres du groupe We Love Muzic. Les deux garçons se sont rencontrés en 2016 par l’intermédiaire d’un ami commun. À l’époque, Fernand, qui est fils de musiciens, joue dans un live band (karaoké) en résidence dans un club réputé de la capitale Bujumbura. Avec son groupe, ils sortent le morceau Turaborewe qui rencontre un succès d’estime. Gusto, lui, n’imaginait pas faire carrière dans la musique. Ils ont l’idée de créer un groupe de musique à trois mais le projet n’aboutira jamais et ils se perdront de vue durant plusieurs années. Fernando profitera de cette période de flou pour s’adonner à sa passion de DJ avant de retrouver son collègue en 2019. Cette année-là sera celle de la naissance du groupe dans son format actuel. En un peu plus de deux ans d’activités, Gusto et Fernando ont produit plusieurs chansons à succès dont Molo, Fresh ou encore IcaMaMare.

Le rappeur sénégalais Elzo Jamdong fait un retour fracassant avec RGB
Le rappeur sénégalais vient de mettre en ligne le clip RGB dans lequel il se présente comme le maître du rap au pays de Senghor. Elhadji Diallo, alias Elzo Jamdong, chante et rappe principalement en wolof dans cette chanson qui sent bon le rap des années 2000. Il laisse parfois quelques paroles en anglais et en français s’échapper ci et là. Le cofondateur du collectif de rap sénégalais JamDong Community est décidé à s’imposer comme le numéro un de la scène musicale d’Afrique de l’Ouest. Le clip RGB est minimaliste. Le décor sans fard laisse place au discours du rappeur critiquant ses éventuels détracteurs. On est tout de suite plongé dans une ambiance où règlement de compte, solitude et entourage malveillant règne. N'en déplaise à certains, Elzo Jamdong y chante son succès. Et cerise sur le gâteau, Elzo Jamdong annonce à la toute fin du clip, la reprise du festival qu’il a créé, le Teaupla, le 25 décembre prochain.

Le Congolais Gally Garvey invite à un examen des consciences dans Bo Yokaka Wapi
Gally Garvey est de retour quatre mois après avoir sorti Nazali, sa chanson romantique pour la Saint-Valentin. Cette fois-ci, l’artiste congolais revient avec un morceau beaucoup plus rythmé et très dansant. Au-delà de la mélodie entrainante et de la vitesse du tempo, cette chanson se veut être une véritable leçon de vie pour qui veut bien l’entendre. En effet, dans Bo Yokaka Wapi, Gally Garvey en appelle à l’éveil des consciences et invite les gens à prendre leur vie au sérieux, notamment en saisissant les opportunités qui s’offrent à eux. Pour être plus précis, celui que l’on surnomme Gaga, pointe du doigt les jeunes Congolais qui vivent à l’étranger aux dépens de leurs familles restées en Afrique qui s’endettent pour leur assurer un train de vie opulent. Il invite également les jeunes fiancés à officialiser leur union devant le maire. Une chanson qui fera parler d’elle sans aucun doute. À noter que Bo Yokaka Wapi est le 12e single de l’artiste qui commence sérieusement à consolider sa base de fan.

Le torchon brûle entre le Kenya et le Rwanda à cause de la chanson Pete Yangu interprétée par Bahati et Nadia Mukami
Vous ne connaissiez peut-être pas Kelvin Bahati, le chanteur gospel kényan plus connu sous le nom de Bahati. Il est en train de défrayer la chronique et déchaîner les passions en raison de son dernier titre Pete Yangu, partagé avec la chanteuse populaire Nadia Mukami. En effet, les deux artistes sont accusés de plagiat car leur collaboration ressemble étrangement à Peke Yangu, une chanson de la Rwandaise Butera Knowless parue en juillet 2015. Il paraît évident que Bahati et Nadia Mukami ont été largement inspirés par la Rwandaise à tel point que les deux titres se ressemblent à une lettre près. Il en est de même pour les chœurs, les arrangements et le tempo qui résonne zouk. Pas de quoi altérer, ni remettre en cause le talent de Bahati qui est présent dans le game depuis 2010. D’ailleurs la chanson Pete Yangu a reçu un excellent accueil du public et est déjà au-delà du million de visionnages sur YouTube. Ce titre est extrait du premier album de Bahati intitulé Love Like This disponible depuis le 14 juin dernier avec ses 10 titres loin de l’univers gospel de ses débuts.

Tous les titres de cette sélection sont à écouter dans la playlist de DJ Face Maker sur Deezer & Spotify et à regarder sur YouTube avec RFI Musique.