Afro-Club, le hit des platines avec Kadja, Vanilla Karr et Lefa

La chanteuse équato-guinéenne Vanilla Karr. © Jonathan Nii Laryea

L’Afro-Club démarre le mois d’août sur des chapeaux de roues avec dans le hit des platines Diamond Platnumz, Focalistic, Mapara A Jazz & Ntosh Gazi, Lefa & Tayc, Sifoor, Saad Lamjarred & Calema, Vanilla Karr & Kiko Golden Boy et enfin Kadja & Paulo Chakal.

En Côte d’Ivoire, le rappeur Kadja fait sensation avec Balance en présence de Paulo Chakal
Itchin Serge Christian, répondant au nom de Kadja sur scène, est sans aucun doute l’un des artistes émergents qui justifie l’existence de l’Afro-Club. Le poulain de Shado Chris s’est lancé dans la musique peu après la révélation du groupe Kiff No Beat. À 27 ans, on aurait pu le qualifier de vétéran et pourtant Kadja n’a rien perdu de sa superbe. Avec les rappeurs J-Haine et D14, ils forment le collectif Aura Corp dont l’artiste Shado Chris est le producteur. L’an dernier il a brillé avec le titre On peut pas reculer en pleine pandémie mondiale. On lui doit également le titre Tout est bien zoh paru un peu plus tôt dans l’année en duo avec Fireman. Récemment invité sur la chaine de télévision RTI 3, Kadja a déclaré que le rap en Côte d’Ivoire n’a pas besoin de clash pour exister alors qu’une vague de joute verbale fait rage dans le milieu actuellement. Une sortie qui n’est pas passé inaperçue auprès du public, mais aussi des acteurs de la musique urbaine ivoirienne.

La chanteuse équato-guinéenne Vanilla Karr s’associe au Togolais Kiko Goldenboy pour le titre afropop Contigo
Vanilla Karr s’est donnée pour mission d’emmener la musique de Guinée-Équatoriale au-delà des frontières de son pays. La jeune pop star, primée à plusieurs reprises, jouit d’une excellente influence nationale. Netvidad Karr Borilo, tout simplement appelée Vanilla, a eu le béguin pour la musique dès son plus jeune âge, avec le soutien de sa famille. En 2007, elle a enregistré une chanson grâce à l’aide de son père qui plus tard la poussera à participer à un concours musical au Centre Culturel espagnol de Guinée où elle a fait sensation. À partir de ce moment-là, elle entame un pèlerinage à travers plusieurs pays d’Afrique centrale, mais aussi de l’Ouest, se produisant ici et là et décrochant même une collaboration avec le Ghanéen Bisa Kdei sur le titre Odo Yewu (2018) ou encore avec le Togolais Kollins sur le titre Comment lui dire (2017). Celle qui a été élue Artiste féminine de l’année 2018 en Guinée équatoriale ne cesse d’accroître sa notoriété. Et ce n’est pas un hasard si elle a invité Kiko Goldenboy, le Togolais de 22 ans, à la rejoindre sur le titre Contigo. L’an dernier, on le remarquait déjà dans l'Afro-Club avec le titre Five Star Boy.

Le rappeur camerounais Sifoor s’envole sur la Côte d’Azur pour Bogota
Sifoor est revenu très fort, sept mois après avoir sorti Play Plait, avec son nouveau single intitulé Bogota. Toujours dans la continuité de ses productions musicales des deux dernières années, le rappeur s’exprime dans son style de prédilection : l’afro-hip hop. Pour Bogota, il s’est néanmoins adapté à la saison estivale, explorant au passage le thème de l’amour car, Sifoor décrit dans cette chanson sa dépendance à une femme, la comparant à une célèbre drogue dure produite en Colombie. Il s’agit d’un extrait de son EP à venir O’Bosso Vol 2 (Afro Swing Edition) qui sortira en septembre. L’artiste de 34 ans, né à Yaoundé, a fait toutes ses classes en France au côté de l’ancien rappeur Black Kent, devenu directeur d’Universal Music Africa. C’est après un voyage sur ses terres natales qu’il prendra définitivement le virage afro-festif dans ses productions en créant le mouvement O’Bosso.

Le rappeur zimbabwéen King98 chante Chini Juu en duo avec le Tanzanien Young Lunya
Ngonidzashe Dondo répond au nom de King98 lorsqu’il enfile sa casquette de rappeur. Et comme son nom l’indique il est né un 15 janvier 1998. L’artiste de hip hop zimbabwéen, basé en Afrique du Sud, s’est rendu à Harare pour mettre en images, sa chanson partagé avec le rappeur tanzanien Young Lunya. King98 a commencé sa carrière en 2017, mais c’est véritablement avec l’album Francesca paru en 2019, sous la tutelle de DJ Simmz, qu’il s’impose véritablement comme un artiste majeur de la zone sud du continent africain. Malgré sa notoriété, King98 continue de poursuivre ses études en arts à l’Université de Pretoria où il s’est installé après l’obtention de son baccalauréat. Il a déjà collaboré avec de nombreux artistes de la scène urbaine africaine tels que ExQ, Nasty C ou encore Diamond Platnumz sur le titre Kachiri il y a un an. King98 doit aussi sa carrière à son père, l’homme d’affaires Thompson Dondo, décédé le 4 janvier dernier à l’âge de 48 ans des suites de la Covid-19.

Le rappeur Lefa et le chanteur Tayc font leur mea culpa dans le clip Sorry
L’ex-sociétaire du groupe de rap français Sexion d’Assaut tombe à pic pour la deuxième partie de l’été dans l’Hexagone avec le titre Sorry extrait de son EP Code Pin. Et qui de mieux que le chanteur très en vue Tayc pour l’accompagner sur ce morceau très efficace de 2 minutes et 52 secondes. Les deux artistes implorent le pardon de leur belle dans le clip très coloré tourné au Sénégal (pays d’origine de Lefa) dans un paysage idyllique et réalisé par le talentueux Mahine Sef. Cette collaboration n’est pas la première entre les deux artistes qui s’étaient déjà retrouvés sur les morceaux Mes Défauts (Barack Adama) et Haut-Parleur extraits du projet solo de Tayc Nyxia Tome III. Pour rappel, Lefa a sorti l’EP Code Pin le 9 juillet dernier riche de 6 titres. Ce disque faisait suite à son album surprise DMNR paru seulement le 2 avril dernier. Depuis son retour de congé sabbatique après la mise en pause de Sexion d’Assaut, Lefa est plus que jamais prolifique avec déjà trois albums à son actif dont Monsieur Fall (2016) et Fame (2019) mais aussi plusieurs mixtapes.

Le Tanzanien Diamond Platnumz invite les Sud-Africains Focalistic, Mapara A Jazz & Ntosh Gazi sur son tube amapiano Iyo
Le sensationnel Nasibu Abdul Juma Issack, alias Diamond Platnumz, est attendu à chaque nouvelle sortie. Iyo ne déroge pas à la règle et Diamond a sorti l’artillerie lourde puisqu’il a fait appel au rappeur sud-africain Focalistic, au chanteur Ntosh Gazi et au groupe de compositeurs Mapara A Jazz. Iyo est un morceau léger et dansant qui égayera à coup sûr toutes vos soirées afro-dancefloor. Cette chanson n’est que le deuxième single personnel de l’année pour Diamond qui n’a pourtant pas chômé, étant de toutes les plus grosses collaborations panafricaines du continent depuis le mois de janvier. Iyo succède ainsi à Kamata qui avait bénéficié d’une promotion hors norme en Amérique du Nord en marge des BET Awards 2021. Iyo qui signifie en swahili "Ça", reflète la vie de fête, de plaisirs nocturnes, mais veut aussi propager le message suivant : "Vivre chaque jour comme s’il était le dernier". Diamond Platnumz a confié au sujet de sa nouvelle chanson sur son média Wasafi TV qu’il croit "en l'unité et en la paix" et que "la musique est l'une des choses les plus importantes qui relie différents pays et rassemble des personnes de cultures différentes. C'est pourquoi j'ai décidé de me joindre à mes frères d’Afrique du Sud pour motiver les gens à garder l'unité et la paix". Résultat des courses : plus de 3 millions de vues en moins d’une semaine sur YouTube.

Le chanteur marocain Saad Lamjarred s’associe à Calema et reprend leur titre Te Amo en Enty Hayati سعد لمجرد و كاليما - انتي حياتي
Le chanteur Saad Lamjarred né le 7 avril 1985, n'est plus à présenter dans le monde arabe. Il a grandi dans une famille d'artistes de renommée nationale à l'instar de son père Bachir Lamjarred, immense star au royaume chérifien. Originaire de Rabat, il a commencé à se faire connaître en 2007 en participant à l’émission libanaise SuperStar avant de devenir une célébrité en 2013 avec son titre Mal Hbibi Malou ("Quarrive-t-il à ma bien-aimée ?" ndlr). Il devient une figure majeure de la pop arabe en battant des records d'audience sur YouTube. Au Maroc, il est reconnu comme l'un des premiers chanteurs ayant popularisé la musique pop en dialecte marocain. Malgré ses déboires avec la justice, notamment pour des accusations de viols aggravés sous l'emprise de cocaïne (faits remontants à 2016 et 2018 et dont le procès est toujours en cours), Saad Lamjarred poursuit sa carrière musicale et s’est associé à Calema, le groupe de Sao Tomé-et-Principe, dont il a repris la chanson Te Amo et l’a intitulé Enty Hayati.

Tous les titres de cette sélection sont à écouter dans la playlist de DJ Face Maker sur Deezer & Spotify et à regarder sur YouTube avec RFI Musique.