Pone, un destin hors du commun

Couverture de l'album "Kate and me" de Pone. © DR

Guilhem Gallart, alias Pone, est un des beatmakers qui ont marqué l’histoire du rap français. En 1994, il fonde La Fonky Family avec le DJ Djel et les rappeurs Sat, Le Rat Luciano, Don Choa et Menzo. Aujourd'hui, alors qu'il est atteint de la maladie de Charcot, il vient de sortir un album instrumental, Kate and Me, autour des boucles de la chanteuse Kate Bush. Portrait.

Il faisait partie, avec ses acolytes de La Fonky Family, de la 2e génération du rap marseillais, les kids d’IAM, apparus sur disque en guests du fameux morceau d’Akhenaton Bad Boys De Marseille, inclus sur son premier album solo Métèque et mat. Pone était l’unique compositeur/producteur du premier album de La FF, le désormais classique Si Dieu veut. Deux EPs, deux albums et un live ont suivi avant l’inévitable dissolution du groupe, lié à ces fameuses "divergences musicales", comme on dit dans la langue de bois showbiz.

L’aventure laisse à Pone "des souvenirs assez joyeux. On était très liés et passionnés. Et on avait l’impression d’être au bon endroit, au bon moment". Sur la séparation, il reste diplomate : "Je pense que c’est tout simplement qu’on n’avait plus autant envie d’être ensemble. Il y avait toujours l’amour et le respect, mais l’envie était sérieusement entamée. Le temps a passé et chacun a pris des chemins très différents". On n’en saura pas plus, sinon que dans le cas d’une reformation de La FF, Pone ne fournira pas de sons. "Je ne pense pas que ce soit possible, du moins pas pour les bonnes raisons"

Avant le split de 2007, Pone a collaboré à trois albums de membres de La FF (Sat, Luciano, Don Choa) et à quelques disques phares du rap, dont Les Princes de la ville du 113 et Brut de femme de Diam’s. Derrière ces bornes essentielles dans l’histoire du rap français, près de 3000 sons produits et/ou composés par Pone, qui a récemment mis en ligne l’intégralité de son œuvre sur le site 73bpm.com.

Hors du rap

La suite de l’histoire de Pone quitte hélas le domaine de la musique : suite à des problèmes de santé, il consulte des médecins. Dès les premiers symptômes, il envisage le pire, à savoir la Sclérose latérale amyotrophique (SLA), la maladie de Charcot. "Avant le diagnostic, j’avais un gros doute que ce soit ça, mais aussi un petit espoir que ce ne le soit pas. Mais le diagnostic est tombé en 2015". En septembre 2015, La FF se reforme le temps d’un concert de soutien à Pone. "Nous nous sommes dit que ce serait une bonne occasion, mais on a quand même attendu le plus longtemps possible avant de lui en parler, compte tenu de son état" déclarait alors Sat au quotidien La Marseillaise. Pone : "J’aurais dû mal à exprimer ce que j’ai ressenti. Beaucoup d'honneur et de fierté"

Tandis que la maladie gagne du terrain, Pone se bat. Il se connecte sur un ordinateur et installe un logiciel de commande oculaire activé par une petite barrette infrarouge placée sous l’écran. Son corps est paralysé, pas sa volonté. Activant le contrôle infrarouge avec les mouvements de ses yeux, son ultime espace de mobilité, il pilote son écran, écrit, visionne, communique.

Pone n’a pas lu Le Scaphandre et le papillon, le livre de Jean-Dominique Bauby écrit avec ses yeux après avoir été atteint du "locked-in syndrom", mais il écrit lui aussi un livre de la même façon, Charcot et nous, tiré du site laslapourlesnuls.com qu’il a créé et pour lequel il a rédigé nombre d’articles. L’impulsion pour concevoir cet ouvrage didactique vient à Pone suite au "manque d'information autour des patients, sur un forum que je fréquentais. C’était incroyable, je voyais qu’il y avait des centaines de gens dans le désert, comme je l’ai été". Il contacte Grand Corps Malade, qui lui écrit une préface et une conclusion. La presse ayant relayé le travail de Pone sur le site avant la sortie du livre, une partie des articles est incluse dans ses dernières pages.

Kate Bush

Mais la musique n’est jamais très loin, et Pone y revient. "Pendant deux ans, j’ai pensé qu’il me serait impossible de refaire de la musique. À vrai dire, je n’y pensais même pas". Un des déclencheurs de son nouveau projet, c’est la découverte de l’importance du sample dans l’œuvre de Kate Bush, une de ses artistes préférées, qui fut l’une des premières à utiliser l’échantillonnage de sons.

"Je cherchais un thème pour un projet. Je ne voulais pas sortir des sons comme ça, sans lien. Et vu que j’avais déjà une trentaine de musiques avec des samples de Kate, l’idée est venue". L’idée en question, c’est Kate And Me, un album instrumental qui tourne autour de boucles de la chanteuse. Dix titres écrits, produits et réalisés par Pone (avec la participation de Sébastien Damiani au piano sur le titre Wake Up Naïla).

Et pour ceux qui penseraient que la maladie a émoussé le sens de l’humour du beatmaker, il suffira de lire les crédits du disque : "Mixé par Pone au studio Juste Pour Vos Yeux".  Pour finaliser ce disque, Pone a mis du temps. "Je dirais que ça m’a pris environ trois mois, sachant que c’est surtout le mixage qui a été le plus long. J’ai utilisé uniquement des samples de Kate Bush et quelques petits échantillons de rap US. Pour le mix, je me suis servi de plugs sur Ableton Live (un logiciel séquenceur musical, ndr). J’en possède énormément, je suis un vrai psychopathe des plugs, j’en ai un million !"

Retour dans le game

Pone ignore si Kate Bush, artiste d’une rare discrétion, absente des réseaux sociaux, a eu vent de cet album auquel elle a si largement participé sans le savoir. Peut-être se manifestera-t-elle ? Le suspense demeure. Sorti dans un premier temps en téléchargement gratuit, Kate And Me a finalement été édité en vinyle et CD. Pone est donc de retour dans le game, et même s’il n’a jamais vraiment écouté de rap français, il garde une oreille sur l’actualité. "J’entends des trucs vraiment bien. Naturellement, mon cœur balance davantage vers les artistes qui ne diluent pas leur art dans la variété"

Le rap à l’ancienne avec des samples et des références liées à l’histoire de la musique est en voie de disparition. Pourtant, Pone avoue volontiers "ne pas avoir l’option nostalgie dans son logiciel"

Le beatmaker de La Furie et la foi n’est plus le jeune musicien fougueux des débuts de La FF, mais la foi reste pour lui un moteur essentiel. "Ma foi a une importance centrale, sans elle je ne pense pas que je pourrais traverser cette épreuve". Quand on vient le visiter dans sa chambre/studio, une fois passée l’émotion des premiers instants, on constate que Pone tente de mener une vie aussi normale que possible, discutant, balançant des blagues ("Je n’ai pas mangé depuis trois ans, donc même les betteraves de la cantine me font envie"), entouré de sa femme et de ses deux filles. Et quand on lui demande s’il envisage un nouvel album après Kate And Me, Pone répond simplement : "Inch’Allah"

Pone Kate And Me (La Suite) 2019

Chaîne YouTube