Le festival du Bout du monde, une 20e édition fertile en découvertes

La chanteuse canadienne Elisapie termine sa tournée européenne au festival du Bout du monde, août 2019. © RFI/Oliver Favier

Du 2 au 4 août 2019, le festival du Bout du monde s’est aventuré infiniment plus loin que les chemins de terre battue qui relient les deux scènes de Kermarrec et Landadouec et le chapiteau du Cabaret Seb. Ce rendez-vous finistérien qui a vu passer en vingt ans les plus grands noms de la chanson française et internationale a proposé cette année un cru audacieux et particulièrement riche en découvertes, comme la chanteuse canadienne, Elisapie.

Le public du "Boudu" a toujours des airs de carnaval. Le soir venant, on pourrait croire que les "Gras" de Douarnenez ont pris leurs quartiers d’été de l’autre côté de la baie, sur la presqu’île de Crozon. En ce début du mois d’août, ils sont 60 000 à être venus jusqu’ici, déguisé.es ou non, pour la 20e édition d’un festival qui, musicalement parlant, invite le monde entier à se produire au bout du monde. Pour les accueillir, pas moins de mille sept cents bénévoles ont assuré, cette année encore, une très large part de l’organisation d’un des grands rendez-vous musicaux de la côte bretonne, à mi-chemin entre Brest et Quimper.

Pour les artistes, la concurrence est rude, pour le public, elle est souvent déchirante. Comment choisir entre les transes des Violons barbares, qui mêlent les influences balkaniques, mongoles et françaises, associant la gadoulka bulgare au morin khuur, une vièle à deux cordes et à tête de cheval, et l’étrange fusion de flamenco, de folk et de rythme latino de Jenny & the Mexicats ? Que préférer entre la soul éclatante de la Franco-Britannique Kimberose et l’indéfinissable Yemen blues, que l’insatiable curiosité du chanteur Ravid Kalahani fait voyager de la Mer rouge au sud étasunien en passant par les traditions d’Afrique de l’Ouest ?

Baloji "s’enjaille" au Boudu

Certain.es semblent avoir renoncé à courir d’une scène à l’autre et couché.es dans l’herbe, les yeux fermés derrière leurs lunettes de soleil, s’abandonnent au festin multiculturel comme des boussoles affolées. D’autres viennent pour les valeurs sûres de la pop française, Feu! Chatterton ou Soldat Louis ou pour le Suisse Stephan Eicher, d’autres enfin, peut-être les plus nombreux.ses, vont au petit bonheur la chance.

La joie de la découverte pouvait se lire dans bien des yeux à la fin de la performance enflammée du chanteur belgo-congolais Baloji, souverainement accompagné à la guitare par Pierre "Dizzy" Mandjeku, auquel il a d’ailleurs rendu un hommage appuyé. Les photographes présents à l’avant-scène sont resté.es bien plus longtemps que les trois premiers morceaux d’usage, littéralement happés par un spectacle qui s’est changé en fête visuelle autant qu’auditive.

Il faut dire que le sulfureux auteur de Bleu de nuit, est entré sur scène dans un costume de lin bordeaux, la tête ceinte d’un foulard à fleurs sous un grand chapeau noir, multipliant pendant trois quarts d’heure les variantes vestimentaires les plus impromptues, prenant la pause, imitant une improbable marche militaire, photographiant la foule avant de se mêler à elle, à l’instant même où elle lui a semblé correctement électrisée.

© RFI/Oliver Favier
Le Belgo-Congolais Baloji a livré une performance enflammée au festival Bout du monde, août 2019.

 

La mélancolie boréale d’Elisapie

Plus intime était la performance d’Elisapie, chanteuse canadienne que le public français découvre avec son quatrième album, The ballad of the runaway girl, le premier à traverser l’Atlantique, qui a fini avec le Bout du monde sa tournée européenne. Née à Salluit dans le nord du Québec il y a 42 ans, Elisapie chante en anglais, en français et en inuktikut, une langue inuite qui compte quelque 30 000 locuteurs éparpillés de l’Est sibérien au nord-ouest du Canada en passant par l’Alaska.

Elle a donné un large aperçu de la variété de son talent de la pop mélancolique de Don’t make me blue dont le refrain aussitôt familier a été repris en chœur par l’ensemble du public, jusqu’à la déchirante ballade Unna, dédiée à sa mère biologique. Dans cette chanson, dont le titre signifie "Tiens" et qui sonne comme une offrande, l’ancienne petite fille adoptée s’adresse à cette figure absente pour lui demander si sa naissance fut accueillie avec le même amour qu’elle a aujourd’hui pour ses trois enfants.

Le titre éponyme de l’album ainsi que Ton vieux nom, le seul extrait chanté en français, séduiront les oreilles qui avaient apprécié le premier disque de sa compatriote Martha Wainwright, en 2005, des singles Far away, Factory ou When the day is short. Toutes deux instillent le désir douloureux d’un ailleurs volontiers indéfinissable, entre l’errance et la fuite.

Son concert de l’après-midi s’est achevé sur une ode aux femmes de sa région natale, Arnaq, dont les sonorités crépusculaires ne sont pas sans rappeler le lancinant Kamchatka du chanteur soviétique d’origine coréenne Viktor Tsoï. À la croisée de cultures qui touchent à trois continents, Elisapie incarne l’âme d’un festival où les frontières sont fictives, où les identités se recomposent et se mêlent, indéfiniment.

Site officiel / Facebook du festival
Site officiel / Facebook / Instagram d'Elisapie