Eric Lareine aux Francos

Pour la fête nationale, les Francofolies offraient un florilège de ce que la chanson française contemporaine réserve de meilleur : Eric Lareine, Allain Leprest, Pascal Mathieu et Vanina Michel.

La Bonne Chanson d'un 14 Juillet

Pour la fête nationale, les Francofolies offraient un florilège de ce que la chanson française contemporaine réserve de meilleur : Eric Lareine, Allain Leprest, Pascal Mathieu et Vanina Michel.

Avec Eric Lareine, on fait le plein d'images fortes. Expressions des nuits sombres et contrastes de l'aube, ses visions déferlantes nous portent dans un sillage d'humour, de dérision, où le détail banal devient merveille. Nourri de rock, il se démarque encore des univers chargés d'extases d'alcool et de rêves d'amour plus classiques d'un excellent Allain Leprest. Lui sait aussi nous caresser l'oreille de quelque musique tendre, de douces mélodies.

Ruptures, passions, vent de révoltes, tous deux ont bu le vin de la louve chansonnière à la même mamelle. Toujours, à fleur de peau, ils mettent l'homme à nu, en un voyage ininterrompu au cœur de mots vibrants, gorgés de sens. La chanson qui les hante n'a jamais brisé ses liens avec l'esprit des grands disparus de l'universel music'hall. Faut-il citer des noms, appeler les références, dire que Brel ou Ferré sourient de l'au-delà ? Peut-être vaut-il mieux se taire. Dire seulement les noms de ces vivants, Eric Lareine, Allain Leprest, qui prennent le flambeau et qui le portent haut, fiers, élégants dans leur folie du refus de toute concession. Surtout leur dire merci de préserver une chanson qui roule ses airs profonds d'humanité dans les draps parfumés d'une langue française toujours renouvelée.

Chanteuse et muse, Vanina Michel est aussi directrice des variétés aux Editions Salabert. Depuis plusieurs années, elle y poursuit un travail patrimonial sans précédent, réanimant l'un des plus prestigieux catalogues de la chanson française. Elle n'a pu résister à revenir vers ses premières amours, la scène, et nous entraîne dans l'univers poétique de Jacques Prévert, qu'elle revisite avec beaucoup de fraîcheur .

Pascal Mathieu révèle aujourd'hui sa véritable personnalité pleine de facéties, et c'est aussi un peu grâce à Vanina Michel, son éditrice. On l'avait connu amoureux transi, le voici diseur de petits poèmes lestement troussés, traçant sa gourmandise de volupté d'amour physique en contrepoint de ses agacements politiques. La ministre de la culture, Catherine Trautmann, en visite aux Francofolies, avait tenu à déjeuner auprès du jeune artiste. Venue l'écouter, elle a ri de bon cœur aux jeux de mots du garçon, pas toujours si naïf qu'il veut bien le faire croire.