Passi & Co

Après un début de festival des Francofolies un peu poussif, la troisième soirée sur l'Esplanade de Saint Jean d'Acres fut un peu plus animée. On entendit donc Sinclair, le roi du funk made in France et la bande à Passi en seconde partie de spectacle.

Quand le rap débarque à La Rochelle.

Après un début de festival des Francofolies un peu poussif, la troisième soirée sur l'Esplanade de Saint Jean d'Acres fut un peu plus animée. On entendit donc Sinclair, le roi du funk made in France et la bande à Passi en seconde partie de spectacle.

Avant que Sinclair n'entre en scène on eut la surprise d'entendre rapper le trio Manau, qui depuis quelques temps investissent les charts français avec " la Tribu de Dana " (dont le thème est emprunté à Alan Stivell) et qui fut repris en chœur par toute l'Esplanade.

Sinclair enchaîna et déversa allègrement son funk tonitruant. Il fut aussi accompagné par le groupe Sweetness et la jeune chanteuse China (qui n'est autre que la fille de Dee Dee Bridgewater) pour quelques morceaux dont " Ensemble ", où chacun eut la possibilité de montrer sa virtuosité vocale.

Mais les plus attendus de la soirée furent sans nul doute Passi et ses acolytes du Secteur A de Sarcelles (près de Paris). Pour leur premier passage à La Rochelle, ils donnèrent un vrai show. Véritable homme de scène, Passi dont les ventes du premier album solo sont parmi les plus importantes en France, chauffa le public à coup de "scarlas " (lascars en verlan) et reprit un ou deux morceaux du Ministère A.M.E.R pour rappeler qu'il n'est pas qu'un gentil rapper qui nous assène des " Il fait chaud " (titre du dernier single sorti) pendant l'été. Arsenik, l'incontournable Stomy Bugsy ainsi que Bisso Na Bisso furent aussi de la fête qui se prolongea tard dans la soirée.

Pour jeudi, on attend Rachid Taha, une Fête aux Têtes Raides avec les Elles et La Tordue et enfin le groupe Louise Attaque qui après 18 mois de tournée et 800.000 albums vendus ont décidé de ne plus accorder d'interview, ayant décrété qu'ils n'avaient plus rien à dire n'y à ajouter. Ce n'est pas grave puisque nous sommes là pour les entendre chanter !