LES ARTISTES FRANCOPHONES S'EXPORTENT BIEN!

Il n'y a encore pas si longtemps, rarissimes étaient les productions francophones capables d'obtenir un succès public en dehors des pays de langue française. Les années 90, qui correspondent également à un renforcement des répertoires locaux dans la plupart des états d'Europe, profitent aussi à la scène française, dont la jeune génération a non seulement su assimiler la culture du son propre aux anglo-saxons mais aussi s'inspirer de tous les courants musicaux traversant la France, européens comme issus de l'immigration. Du coup, de Daft Punk à Khaled en passant par Deep Forest et Vanessa Paradis, les artistes francophones, dans des styles étonnement variés, ont pris goût à la cour des grands. Le Petit Journal de RFI Musique vous disait déjà où croiser la route d'un artiste de la zone francophone en tournée à l'étranger, il fera désormais le point, tous les deux mois, sur les disques classés dans les hit-parades de ventes internationaux.

La langue française sort du bois

Il n'y a encore pas si longtemps, rarissimes étaient les productions francophones capables d'obtenir un succès public en dehors des pays de langue française. Les années 90, qui correspondent également à un renforcement des répertoires locaux dans la plupart des états d'Europe, profitent aussi à la scène française, dont la jeune génération a non seulement su assimiler la culture du son propre aux anglo-saxons mais aussi s'inspirer de tous les courants musicaux traversant la France, européens comme issus de l'immigration. Du coup, de Daft Punk à Khaled en passant par Deep Forest et Vanessa Paradis, les artistes francophones, dans des styles étonnement variés, ont pris goût à la cour des grands. Le Petit Journal de RFI Musique vous disait déjà où croiser la route d'un artiste de la zone francophone en tournée à l'étranger, il fera désormais le point, tous les deux mois, sur les disques classés dans les hit-parades de ventes internationaux.

Dion connaît la chanson

Quoi de neuf depuis la rentrée de septembre ? D'abord, à tout seigneur tout honneur, Céline Dion et son nouvel album en français, "S'il suffisait d'aimer", sorti le 3 septembre dernier chez Columbia (Sony Music). Depuis "D'eux" en 1995 (un disque déjà concocté en quasi-totalité par Jean-Jacques Goldman et qui, en se vendant à 6 millions d'exemplaires dans le monde, avait battu tous les records pour un album en français), la Québécoise guimauve s'était vouée corps et âme à sa carrière internationale, via quelques cartons discographiques planétaires "in english" ("The colour of my love", "Let's talk about love", sans oublier "My heart will go on", la bande originale du film "Titanic") qui lui ont conféré une popularité immense dans le monde entier.

Après trois mois de commercialisation, "S'il suffisait d'aimer" a déjà conquis plus de 2,3 millions d'acheteurs, dont 1 million en France, 480.000 au Canada, 120.000 en Allemagne, 100.000 en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, 41.000 au Japon, etc. Logiquement, cet attrait s'est immédiatement traduit dans les palmarès de vente. "S'il suffisait d'aimer" est monté sur la plus haute marche du podium en France, au Canada, en Belgique, en Suisse, en Grèce et en Pologne (selon la chaîne de magasins Music Corner), et s'est placé 3ème en Autriche, 7ème aux Pays-Bas et à Taiwan, 11ème en Allemagne, 12ème en Finlande, 15ème au Portugal et en Hongrie, 17ème au Royaume-Uni et en République Tchèque, 23ème en Corée du Sud, 26ème en Suède, 28ème en Slovaquie, 30ème au Danemark... Quant au single, "Zora sourit", sans faire des ravages, il s'est tout de même classé 20ème en France, 25ème en Suisse, 48ème dans les Flandres, 67ème aux Pays-Bas, et dans les classements radio en Macédoine (5ème), en Bulgarie (9ème) ou encore en République Tchèque (18ème).

Dans le sillage de Céline Dion, on remarque quelques succès localisés pour la chanson française. Ainsi, l'inusableCharles Aznavour, qui vient de triompher sur les planches aux USA pendant plusieurs semaines, a grimpé à la 10ème place au Portugal et à la 34ème en Belgique flamande, avec deux compilations différentes.

Après "Starmania", "Notre-Dame-de-Paris", la nouvelle comédie musicale signée Luc Plamondon (avec Richard Cocciante dans le rôle de Michel Berger) est à son tour un phénomène de music-hall (représentations parisiennes complètes, tournée en France et à l'étranger prévue tout au long de 1999) et discographique. L'album cumule plus d'1,5 million de ventes et domine le Top Albums français depuis plus de deux mois. Le succès est également considérable en Belgique (n°2), et surtout au Canada (n°5), où 350.000 LP ont été vendus rien qu'au Québec. Interprété par le trio Daniel Lavoie/Garou/Patrick Fiori, "Belle", le deuxième extrait tiré de l'album, est n°1 en France depuis dix semaines, et n°4 en Belgique.

Autre phénomène de l'année : Louise Attaque. Signé sur l'indépendant Atmosphériques, le groupe a imposé ses chansons folk-rock au-delà de toutes espérances : 1,6 million de ventes en France, 70 000 en Suisse, 60 000 en Belgique et 12 000 au Québec. Un an et demi après sa mise en bacs, l'album éponyme navigue toujours dans le Top 10 en France (où, fin août, il était encore n°1) et en Belgique (n°7).

En attendant un nouvel enregistrement studio, l'album live de Patricia Kaas, "Rendez-vous" (Sony Music), s'est essentiellement vendu en France (n°9) et en Suisse (n°29).

Dans un registre "chanson rap", la surprise est venue de Manau, Franciliens d'origine bretonne. Tube de l'été en France, le morceau "La tribu de Dana", qui emprunte à Alan Stivell, s'est récemment exporté chez nos cousins belges (n°5), mais aussi - plus surprenant - aux Pays-Bas (n°3 !), tandis que l'album, "Panique celtique" (Polydor/Polygram), trustait la 1ème place en France, la 4ème en Belgique, la 34ème en Suisse, la 42ème aux Pays-Bas et la 50ème au Canada.

Quant à MC Solaar, son audience s'est considérablement réduite hors de France depuis son très remarqué "Prose combat", en 1994. Son récent "MC Solaar", paru sur fond de clash avec sa maison de disques Polydor, n'a pas fait long feu dans les "charts", que ce soit en France, en Belgique ou en Suisse.

Enfin, signalons la bonne fortune en Belgique des deux singles du nouveau chouchou des midinettes, Allan Théo ("Lola" et "Emmène-moi").

La "French touch" fait mouche

Ces trois derniers mois ont d'autre part confirmé les ravages persistants et bienfaisants de la "french touch". Depuis Jean-Michel Jarre, puis Daft Punk, Air et Laurent Garnier, les Français comptent parmi les plus gros vendeurs mondiaux du genre. Cet automne, la tendance paraît même s'être amplifiée. Dans la catégorie poids lourd, Stardust, émanation de Thomas Bangalter, l'une des moitiés du duo Daft Punk, a connu une ascension météorique. Sorti en juillet sur Roulé (le label de Thomas Bangalter) et licencié par Virgin pour la distribution, le single "Music sounds better with you" s'est d'emblée hissé à la 2ème place du Top britannique, ratant la première marche d'un bon millier d'exemplaires. Plus de trois mois après, "Music sounds better with you" n'a toujours pas quitté le Top 75 et totalise à ce jour plus de 600 000 ventes sur toute la Grande-Bretagne (disque de platine). Entre-temps, le titre a mis le feu à tous les continents. En Europe, le bolide a été flashé n°1 en Espagne, en Grèce et au Portugal, n°2 en Italie, n°5 en Irlande, n°7 en Suisse, n°10 en France, n°14 en Norvège, n°17 aux Pays-Bas et au Danemark, n°18 dans les Flandres, n°22 en Allemagne, n°24 en Autriche et n°27 en Suède. En Amérique, "Music sounds better with you" s'est classé 2ème au Canada et 62ème aux Etats-Unis (n°1 dans les clubs). L'Océanie a suivi : 4ème en Australie et 8ème en Nouvelle-Zélande. Le succès de Stardust s'est propagé jusqu'en Afrique du Sud (31ème). Si l'Asie a été moins réactive, Stardust a même brillé dans les classements radios, là où aucun Top des ventes n'est disponible, comme au Liban. En tout, 1,2 million d'exemplaires ont été vendus dans le monde.

Le bon démarrage du single "All I need" relance l'album du groupe Air, vieux de onze mois et acquis par 700.000 Terriens. La Grande-Bretagne a très vite réagi. Normal, c'est le pays qui a le plus plébiscité le duo de Versailles. Plus de 100 000 "Moon safari" (disque d'or) ont été écoulés depuis janvier, soit 2 fois plus qu'à domicile. Ainsi, de l'autre côté du channel, dans la foulée de "All I need" (n°29), "Moon safari" s'est permis quelques réapparitions furtives dans le Top des albums (n°68). Pour l'heure, "All I need" est programmé sur MTV, comme sur de nombreuses radios européennes. Aux Pays-Bas, le titre grimpe et se classait récemment à la 45ème position du Top, réveillant là aussi l'album (96ème).

Mais le grand espoir de la saison en matière de musiques électroniques se nomme Bob Sinclar. DJ de son état, son album "Paradise" s'était déjà vendu à 36 000 exemplaires dans le monde en version vinyle quand East West décide de le sortir en CD dans de nombreux pays, début octobre. Très présent sur les radios européennes avec "Gym tonic", Bob Sinclar vient d'entrer dans les meilleures ventes d'albums en Nouvelle-Zélande (48ème), en attendant mieux. Le nouveau single, "Ultimate funk", brièvement classé aux Pays-Bas (83ème), est lui aussi prometteur.

World remixée et diva crossover

Le reste de nos champions à l'export s'inscrivent dans des styles musicaux pour le moins hétéroclites. Côté world music, les vainqueurs sont ceux qui ont choisi la voie médiane de mixer musiques du monde et électroniques. Deep Forest est l'exemple le plus connu de ce métissage réussi. Commercialisé en janvier dernier, leur dernier album en date ("Comparsa"), qui n'égale pas les excellentes performances de leurs deux premiers (vendus à 3 millions de copies dans le monde), s'est néanmoins distingué aux USA, dans le Top World Music de l'hebdomadaire "Billboard" (n°12).

Carrément plus FM, "Yakalelo", l'un des tubes de l'été en France (produit par TF1 via sa filiale Une Musique) interprété par le groupe

Nomads, s'est illustré aux Pays-Bas (10ème), et pourrait connaître le même accueil dans d'autres pays (Suède, Allemagne, Portugal, Grande-Bretagne...) où Sony Music le distribue.

Le cocktail dance/musique arabo-andalouse de leur premier album ayant particulièrement bien fonctionné (500 000 ventes en 1996), le groupe Alabina, mené par sa chanteuse Ishtar, remet le couvert avec un second opus, "Sahara" (Atoll/Sony Music), vendu à 35 000 exemplaires en France en seulement trois semaines (n°18) et déjà classé dans le Top World Music nord-américain (n°8).

Bien plus mystique, l'album d'Era, "Ameno" (Mercury/Polygram), dont les ventes excèdent les 2 millions en Europe, sévit toujours dans certains pays. En perte de vitesse bien compréhensive ("Ameno" est sorti il y a déjà près de deux ans), le CD fait de la résistance en France (4ème début septembre), au Portugal (7ème), en Pologne (8ème), en Slovaquie (9ème), en Suisse (13ème), en République Tchèque (18ème), aux Pays-Bas (22ème), ainsi qu'en Amérique du Sud.

Sinon, les Américains réservent en ce moment un bon accueil aux productions "world" francophones. Avec Deep Forest, Angelique Kidjo (n°5 avec son dernier album "Oremi") et surtout les Gipsy Kings (n°3 avec le best of "Cantos de amor" et n°15 avec "Compas") ont enflammé le Top World Music du "Billboard", dans lequel la compilation "Jazz à St-Germain" (Virgin) s'est par ailleurs classée 15ème.

En Europe, le retour hispanisant de l'ex-Mano Negra Manu Chao ("Clandestino", chez Virgin) a été gagnant en France (double disque d'or et 11ème du Top) et en Espagne (album de platine et 13ème du Top), et démarre en Amérique latine, notamment en Argentine.

Pour finir, saluons la performance de la jeune diva Emma Shapplin qui, à 24 ans, vient de franchir la barre du million de ventes pour son premier album "Carmine meo", commercialisé il y a tout juste un an. Double disque d'or en France, la contagion Emma Shapplin se poursuit, en Israël (n°1), Grèce (n°7), en Nouvelle-Zélande (n°9), aux Pays-Bas (n°12), en Finlande (n°19) et au Portugal (n°20), jusqu'au Liban.

La preuve est faite que de nombreuses productions francophones s'immiscent dans les Tops hors de France. Rendez-vous dans deux mois pour suivre leur évolution et les nouveautés du moment.

Gilles Rio