Paris Combo

Quatrième album studio du groupe mené par Belle du Berry : Motifs approfondit le style jazzy-chanson, dopé par l’appel du large, l’Australie, les Etats-Unis... Paris Combo, la tête pleine de projets, se donne les moyens de rayonner hors de l’hexagone.

Motifs

Quatrième album studio du groupe mené par Belle du Berry : Motifs approfondit le style jazzy-chanson, dopé par l’appel du large, l’Australie, les Etats-Unis... Paris Combo, la tête pleine de projets, se donne les moyens de rayonner hors de l’hexagone.

Motifs met du carburant dans le répertoire du quintet, déjà riche de quelques tubes comme Living Room, Moi, mon âme et ma conscience ou encore Irénée… Et le voilà en quête de nouvelles aventures aux quatre coins du monde. Paris Combo poursuit son petit bonhomme de chemin sur une route qui passe par Adélaïde et Los-Angeles. Normal de commencer par l’Australie où le groupe fut invité dans le cadre du festival Highlight Cabaret en juin dernier : David Lewis, le trompettiste-pianiste de la bande, est australien. "C’est un festival très éclectique, explique le natif d’Hamilton, qui embrasse pas mal de formes de cabaret. C’est une combinaison du cabaret français et de shows à l’américaine, on y fait un mix de tout cela, à l’australienne". Nul doute que ces cinq jours de concerts furent accueillis chaleureusement par le public australien qui a pu découvrir, avant nous, le nouveau répertoire : pas moins de quatorze chansons ou instrumentaux, toujours dans le plus pur style jazzy-chansonné qui a fait leur marque de fabrique depuis le premier album en 1997.

"Un groupe c’est comme un grand bateau, affirme David, si on décide un jour de changer de cap, il vaut mieux faire un très long préavis avant de virer à 90 ou 180°… Sinon on va dans l’iceberg. Ici l’intérêt de cet album est que nous avons changé d’équipe pour l’enregistrement, ce qui nous a permis d’approfondir notre style tout en le conservant". Et de fait, la voix cristalline de Belle du Berry est toujours aussi enivrante. Les chœurs de Mano, le contrebassiste, viennent en parfait contrepoint quand il ne se livre pas - comme d’habitude - à une escapade solo sur Discordance, scène de ménage sur fond de jazz à la Georges Benson. Parfaitement savoureux. La pompe manouche, de son côté, avec Potzi le guitariste, la trompette bouchée ou mariachi de David Lewis et la batterie de velours de François François, fonctionne plus que jamais au quart de tour. Une formule qu’ils roderont pour la première fois aux Etats-Unis avec un orchestre symphonique. "Nous avons plusieurs dates de concerts sur la côte ouest, à San Francisco et au Hollywood Bowl, à Los Angeles. On doit jouer avec un orchestre symphonique dans cette incroyable salle ! Cela est très excitant et impressionnant. Ce sera une grande soirée thématique française avec des danseurs du Moulin-Rouge qui ont, eux aussi, été invités. L’orchestre jouera également du Debussy et du Ravel".

Paris Combo, meilleur ambassadeur de la chanson française à l’étranger? On est encore loin des tournées épiques et en cargo de la Mano Negra ou des soirées de gala sold out d’Aznavour. Mais petit à petit le groupe fait parler de lui en Amérique ou en Asie... "Pour jouer à l’étranger, c’est vraiment difficile, mais heureusement nous avons des gens sur place, des tourneurs, des distributeurs de disques qui font très bien leur boulot. Ainsi, on a pu jouer à Sao-Polo au Brésil en janvier dernier. C’est tellement enrichissant et enthousiasmant pour nous de jouer ainsi devant des publics qui ne nous connaissent pas très bien". Un enrichissement qui passe également par des collaborations extérieures. Ainsi, Belle doit signer une chanson sur le prochain album du congolais Lokua Kanza pour son album prévu en janvier 2005. David Lewis, pour sa part, doit accompagner le jazzman John Greaves au Théâtre de l’Oeuvre à Paris et aider à la réalisation d’albums de deux jeunes groupes lyonnais et parisien : Cabane et Drôle de Sire. Des émules du combo parisien ? "Je ne sais pas si on a vraiment fait des émules depuis nos débuts conclut David Lewis. Disons qu’on a peut être aidé certains à ne pas se sentir prisonniers d’un carcan stylistique puisque nous-même entre nos cinq personnalités, nous n’avons pas vraiment de style propre".

Paris Combo, Motifs, Polydor/Universal, 2004
En concert le 7 octobre à Brest, le 14 à Montpellier, le 18 à Nancy, le 22 à Poitier, le 25 à Paris (la Cigale)...
Toutes les dates : 01 53 20 32 00