Véronique Sanson s'affranchit

La sortie du douzième opus de Véronique Sanson est en soi un petit événement. Dans Longue distance, la chanteuse au vibrato inégalé chante toujours les coeurs brisés et solitaires mais en ouvrant un peu plus le sien.

Le retour

La sortie du douzième opus de Véronique Sanson est en soi un petit événement. Dans Longue distance, la chanteuse au vibrato inégalé chante toujours les coeurs brisés et solitaires mais en ouvrant un peu plus le sien.

C’est un album blanc et rouge qui consacre le retour discographique d’une interprète majeure de la variété française. Cela faisait huit ans que Véronique Sanson n’avait sorti de nouvel album depuis Indestructible, si l’on excepte l’hommage à Michel Berger avec D’un papillon à une étoile. Mais enfin pourquoi s’inquiéter de cette absence si l’intéressée elle-même avoue n’avoir rien eu envie d’écrire toutes ces dernières années, refusant d’être présente dans l’actualité simplement pour l’être. Même son piano, elle l’avait abandonné, les mots manquaient aussi, l’envie surtout, après des ennuis de santé et une forte dépression. Mais grâce à Longue distance, c’est une nouvelle page qui s’inscrit dans la carrière de la chanteuse au vibrato jamais égalé. C’est aussi l’album des retrouvailles avec Bernard Saint-Paul, ancien directeur chez EMI et confident depuis de longues années qui réalise ici l’objet de toutes les attentes, enregistré entre Los Angeles, Nashville, Capri et Paris, avec des musiciens américains qui seront aussi sur la tournée. Si la blonde chanteuse est l’une des rares auteures compositeurs interprètes en France, elle a cette fois, laissé le champ libre à huit autres auteurs compositeurs dont Alain Chamfort, Bernard Swell, autre complice de longue date, et Jean-Noël Chaleat.

Un univers clos

Si une mélodie devait se dégager de cet album, ce serait sans nul doute L’homme de farandole composée par Alain Chamfort et Jean-Noël Chaleat ou bien alors Juste un peu d’amour ou pourquoi pas Vue sur la mer ? Car on ne s’approprie pas un nouvel album de "la Sanson" comme ça, en une seule écoute. On se doit de l’écouter en plusieurs étapes. Peu à peu, on entre dans son univers, clos, hermétique quelquefois pour les profanes, mais toujours salvateur.

5ème étage est une déclaration d’amour à sa famille, ceux qu’elle aime et à qui il est plus que temps de le dire. Ses parents, anciens résistants, à qui elle doit beaucoup et sa soeur Violaine, son double, avec qui elle débuta en trio avec Michel Berger au sein des Roche Martin. On attaque ensuite les gros sujets avec La douceur du danger dans laquelle Véronique Sanson met une fois pour toutes les points sur les i. (Même si elle avait déjà effleuré le sujet à plusieurs reprises). Elle y évoque la dépendance à l’alcool, la sienne et celle des autres, hommes et femmes, et ces bouteilles amies avec qui il faut devoir composer. Dans la presse, elle a évoqué librement son attrait de plus en plus fort pour l’alcool et le statut de "pochtronne" qu’il confère un peu trop vite aux femmes. C’est aussi pour ces femmes abîmées qu’elle la chante même si elle l’a dédiée à Renaud et à ses démons passés. Un titre composé par son fils Christopher Stills.

Quinze ans après Allah, (c’était en 1989) une chanson qu’elle a été forcée de retirer de son répertoire pour cause de menaces extrémistes en tout genres, Véronique Sanson chante Vue sur la mer, une chanson pour la paix "Oh pour quel Dieu/Pour quel bout de désert/Pour quel lopin de terre/Où vont toutes nos prières". Un bémol toutefois lorsqu’on croit reconnaître une intro ressemblant fort à une autre mais on l’excuse vite.
Alors bien sûr, la chanteuse, après trente cinq ans de carrière, doute encore: "Ce n’est pas une coquetterie" dit-elle,"je m’avoue incapable de nouveauté. On a souvent l’impression d’avoir tout dit. Et puis j’ai cette flemmardise aiguë, heureusement j’écris des bouts de phrases qui me sauvent lorsque l’urgence venant je dois fournir ma copie"*. Véronique Sanson est souvent touchée par la seule beauté des mots comme "Bahia", "Vancouver" dont elle a créé ensuite les chansons à succès que l’on connaît. Même chose aujourd’hui avec Annecy, dont elle assure que c’est le plus bel endroit pour écrire une chanson d’amour sur une mélodie un peu lancinante.
Touchante enfin lorsqu’elle dit "Je crois qu’on voudra toujours de moi mais peut-être de moins en moins". Même si on ne la croit pas.

Véronique Sanson Longue Distance (Wea) 2004

*Emission TV En Aparté Canal + 25/09/2004
Véronique Sanson sera à l’Olympia, du 1er au 10 mars 2005 et en tournée dans toute la France.